Shlomit
topblog Ivoire blogs

30/06/2013

Le mensonge de Banki Moon

pour protéger son filleul

 

30 juin 2013

La sortie de Ban Ki Moon ne reflète pas la réalité en Côte d’Ivoire où la paix est devenue une denrée rare. Les Ivoiriens sont unanimes sur le fait que,  Ouattara n’est pas venu en Côte d’Ivoire pour la paix, encouragé  en cela par l’ONU qui se soucie plus du sort de Ouattara seul que du peuple entier.

La sortie de Ban Ki Moon pour révéler une imminente attaque contre le régime de Ouattara est un soutien à Ouattara pour demeurer dans la violence. En effet selon  Ban Ki moon, le parrain de Ouattara,  « Certaines informations, continuent de faire état de la possibilité que de nouvelles attaques transfrontalières soient en préparation avec le soutien d’Ivoiriens liés à l’ancien régime vivant au Liberia et de mercenaires libériens, et un financement venant de l’étranger ». 

 

Où sont les  drones que BAN Ki Moon a promis à Ouattara  pour surveiller sa frontière avec le Liberia, dans le but de compenser la baisse prévue des effectifs de la mission de l’ONU dans le pays (Onuci) ? Ces appareils devraient être à la disposition de l’armée ivoirienne depuis le mois de mars. Ban Ki Moon a l’habitude de pondre des communiqué pour encenser Ouattara qu’il a aidé à voler la victoire de Laurent Gbagbo à la présidentielle de 2010. Cet individu est le seul qui reconnaît que la situation sécuritaire est maitrisée par Alassane Dramane Ouattara. Or selon d’autres observateurs de l’ONU, le respect des droits de l’homme reste "un motif de préoccupation" en Côte d’Ivoire car précisent des révélations de  la mission de l’ONU sur place (ONUCI), entre janvier et juin, "au moins onze personnes ont été tuées et 20 torturées, quatre sont portées disparues et 65 ont été arrêtées de manière arbitraire" par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée) et des "Dozo" (chasseurs traditionnels).

 

En tout cas le constat est amer. A l’intérieur du pays ce sont les dozos qui traumatisent des populations laborieuses.  A Soubré par exemple capitale de la nouvelle boucle du cacao, ces chasseurs traditionnels  tuent et pillent des plantations des populations autochtones  Bété et Bakwé. Plusieurs fois aussi, ce sont des hommes en armes de guerre qui  braquent les camions des acheteurs de cacao. La sécurité est préoccupante dans ces zones là où les dozos (chasseurs traditionnels maliens et burkinabé) qui font la loi. La sécurité est devenue une denrée rare en Côte d’ivoire. Au sommet de l’Etat, le régime ivoirien encourage les arrestations arbitraires. 

 

Ban Ki Moon refuse d’attirer l’attention du président Ivoirien sur sa façon de diriger la Côte d’Ivoire à la manière des fascistes.  Il y a réellement une dictature en Côte d’Ivoire. Ouattara est un dictateur.  L'arrestation de Justin Koua,   responsable de la jeunesse du FPI,  parti de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, est un "message négatif" dans la perspective d'un dialogue politique, a reconnu  un responsable de l'ONU devant le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies. "L'arrestation la semaine dernière du Secrétaire National de la Jeunesse du FPI, au siège de ce parti et sans mandat d'arrêt, constitue un message négatif qui n'est pas de nature à favoriser le dialogue", a déclaré Doudou Diène, expert indépendant de l'ONU sur la situation des droits de l'Homme en Côte d'Ivoire. En vérité le régime de Ouattara est coupable de nombreuses violations des droits de l’homme. Pourtant, il ne cesse de parler de démocratie et d’être loué par Ban Ki Moon. Une  vision nationale nourrie par les intérêts supérieurs du peuple ivoirien et une éthique politique nouvelle doivent l'emporter sur la compétition partisane et politicienne. De toutes les façons la violence appelle la violence.

 

Tant que le régime de Ouattara ne prônera pas la paix, la Côte d’Ivoire s’embourbera dans un climat de violence.  Et Ban Ki Moon ne fait rien pour l’y contraindre. Bien au contraire

eclairdafrique.com

19:44 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

L’hôpital mère-enfant de Bingerville, baptisé Dominique Ouattara

et 2 milliards de FCFA pour le bitumage de la voirie

 

Les Ouattara aux côtés de Kablan Duncan ce samedi à Bingerville

Abidjan, le 29 juin 2013 © koaci.com - La première dame de Côte d’Ivoire a procédé ce samedi à Bingerville en présence de son époux, Alassane Ouattara à la pose de la première pierre de l’hôpital mère-enfant dont les financements ont été réunis par son ONG la Fondation Children of Africa

Dominique Ouattara a rassuré les populations ivoiriennes en particulier celles de Bingerville, première capitale de Côte d’Ivoire, que les travaux de construction de cet ouvrage qui lui tient à cœur prendront fin en décembre 2014.

 

«Une fois la première pierre posée, les travaux se poursuivront sans discontinuer jusqu’à achèvement total de l’hôpital en 2014. Ce sera l’aboutissement d’une œuvre collective à laquelle vous vous êtes tous associés, » a déclaré la première dame en présence de la marraine de sa fondation, la princesse Ira de Furstenberg, de l'ancien ministre français, Philippe DousteBlazy et du professeur Alain Deloche.

Ce samedi étant le lancement officiel des travaux de l’hôpital mère-enfant de Bingerville, baptisé à l’occasion hôpital Dominique Ouattara par la ministre de la Santé et de Lutte contre le Sida, la première dame de Côte d’Ivoire a rappelé à ses hôtes de marques que cette cérémonie consacre son rêve tant espéré de voir les femmes et les enfants bénéficier des meilleurs soins de santé qui soient et ce, dans les meilleures conditions. «Cette cérémonie consacre également plusieurs mois de réflexions, de travail acharné et de solidarité agissante. En procédant aujourd’hui, à la pose de la première pierre de l’hôpital mère-enfant, j’ai le sentiment que nous consacrons une lutte à laquelle la fondation s’est profondément investie depuis sa création, celle de l’accès des populations vulnérables à des soins sanitaires de qualité, » a insisté Dominique Ouattara.

 

L’opérateur en charge de la construction de cet hôpital moderne unique en Afrique de l’Ouest, n’est autre que le consortium ivoirien Cauris, dirigé par Roger M’Bengue retenu à l’issue d’un appel d’offres international. Les mérites de cet architecte ont été reconnus par l’épouse de Ouattara qui a dit sa fierté d’avoir confié l’hôpital à des compétences ivoiriennes avérées.

 

D’un coût total de plus de six milliards de FCFA, l’hôpital sera bâti sur une superficie de 3 hectares offerts par la population d’Adjamé-Bingerville.

Alassane Ouattara a par ailleurs profité de sa présence à Bingerville pour annoncer qu’une enveloppe de 2 milliards de FCFA sera sortie pour le bitumage de la voirie de la commune périphérique d'Abidjan et jadis capitale du pays.

Le président de la république de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a à l’occasion de la cérémonie de pose de la première pierre de l’hôpital mère-enfant rappelé aux populations de Bingerville qu’il respectera ses promesses de campagne, annonçant par ailleurs un investissement de 2 milliards de FCFA pour le bitumage de la voirie. «Je voudrais dire à mes frères et sœurs de Bingerville que leur localité est prise en compte dans le vaste programme de développement qui est en voie de réalisation pour notre pays. Nous avons déjà entrepris la réhabilitation de la voie principale de Bingerville. Nous avons également commencé à travailler sur les voiries comme l’a indiqué l’architecte. Le bitumage des voies d’accès à la piscine municipale et au site mère-enfant Dominique Ouattara et du bitumage de la voie d’accès à l’imprimerie de l’EMPT et pour un montant d’environ de deux milliards de FCFA, » a déclaré, Alassane Ouattara.

 

Le président ne compte pas s’arrêter qu’au bitumage des voiries de Bingerville. Il posera d’autres actions d’envergure dans la localité. «Nous avons bien pensé à élargir le soutien que nous apportons aux populations de Bingerville. Vous savez, nous n’allons pas nous arrêter là. Dans les prochains mois nous procéderons à la réhabilitation et au renforcement des installations d’eau potable à Bingerville. Oui, pour un montant de 1,5 milliard de FCFA, c’est pour cela que nous avons ce grand projet. Tirer de l’eau de Bonoua jusqu’à Abidjan et en ce qui concerne Bingerville, ce projet permettra d’avoir de l’eau potable assez rapidement pour toutes les populations, » a-t-il ajouté.

 

Alassane Ouattara a vraiment de grands projets pour les populations de Bingerville. Le président ivoirien rappelant à ses hôtes qu’il tient ses engagements a par ailleurs indiqué qu’il envisage dans le cadre du programme présidentiel d’urgence de procéder à la rénovation totale de l’hôpital général de Bingerville, la réhabilitation du lycée de jeunes filles de Bingerville du lycée garçon et de l’EMPT. 

 

«Voyez jeunes de Bingerville si je prends le temps de donner la liste de tous ces projets, c’est vous dire que ceci vous permettra d’avoir des emplois. Souvenez-vous quand je suis venu ici, je vous ai dit que mon souci premier était le chômage des jeunes de les trouver une solution. Voila l’hôpital emploiera des jeunes de Bingerville. Mais ces projets permettront de recruter et d’employer de nombreux jeunes, » a précisé Ouattara, invitant au passage les jeunes à se mettre au travail et à la recherche du travail.

 

Wassimagnon

koaci.com

19:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La Libye à la recherche des biens ivoiriens de Kadhafi

Mouammar Kadhafi et Laurent Gbagbo ici en 2007 à Abidjan

Abidjan, le 30 juin 2013 © koaci.com - De sources diplomatiques libyennes, KOACI.COM apprend que le pays de Moustafa Abdel Jalil s’intéresserait depuis peu aux investissements libyens en Côte d'Ivoire et d'éventuels biens directs de Mouammar Kadhafi. En effet, selon nos informations, la Libye serait sur le point d'interpeller les autorités ivoiriennes en ce sens et ce sur base d'informations résultant d’enquêtes qui seraient toujours en cours du côté d'Abidjan.

Le pays d'Alassane Ouattara ne serait pas le seul parmi ceux qui figureraient sur la listes des enquêteurs libyens déterminés à faire la lumière sur l'argent de Mouammar Kadhafi détourné des caisses de l'Etat du pays en reconstruction après la chute brutale de son ancien régime.

Notre source nous révélera, sans pour l'heure nous donner les identités, que Mouammar Kadhafi aurait pu user de prête-noms ivoiriens parmi lesquels figureraient certaines personnalités du pays.

 

Au delà de certaines suspicions dans l'air ivoirien depuis plusieurs années, sur le terrain seules les ostentatoires Banque Sahélo-Sahélienne pour l'Investissement et le Commerce (BSIC) et Oil Libya peuvent attester de la présence libyenne en Côte d'Ivoire. Pour le reste, il faudra enquêter et apparemment la Libye s'y est lancée.

Affaire à suivre...

 

Amy

koaci.com

19:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Hamed Bakayoko fabrique encore un faux complot

30 juin 2013 -Le Quotidien -

Anniversaire_C’est une manœuvre dont les Ivoiriens sont maintenant coutumiers. 

Même si les acteurs et les téléspectateurs du spectacle changent selon les objectifs visés, il n’en demeure pas moins vrai que la fabrication des faux complots pour les imputer aux proGbagbo, est devenue pour les tenants du pouvoir, un mode opératoire pour justifier leur incapacité à gouverner. Dans l’émission, ‘’parlons-en franchement’’, Hamed Bakayoko, ministre de l’Intérieur du régime Ouattara a cru devoir épater les partisans de son mentor, en accusant Stéphane Kipré d’être complice d’une tentative d’atteinte à la Sûreté de l’Etat. Si le dire devant le petit écran de la chaine de télévision ivoirienne peut paraitre un coup d’éclat pour ses incorruptibles, il n’en demeure pas moins vrai que la pratique est bien connue. Selon des indiscrétions dont nous avons pu nous procurer quelques bribes, le sécurocarte le plus côté du régime tiendrait dans sa besace, plus d’une centaine de faux complots presque toujours prêts à être brandis contre les pro-Gbagbo.

 

Dans le cas du gendre du président Laurent Gbagbo, les raisons sont toutes simples, et passent pour être des moyens d’intimidation de celui qui s’est toujours tissé des bons rapports avec certaines personnalités influentes de la sous-région. Rappelons que Stéphane Kipré serait l’initiateur de la rencontre Macky Sall-FPI au Sénégal il y a de cela quelques mois. Secundo, le désormais déclaré ennemi juré du ministre Hamed Bakayoko fait partie des plus favoris du cercle restreint de Laurent Gbagbo, ce célèbre prisonnier de la Haye. Et dont la dernière visite à son mentor à la CPI n’est pas passée inaperçue.

 

Le fait que le site panafricain d’informations générales ‘’Jeune Afrique’’ en parle dans ses colonnes n’aurait pas plu au pouvoir qui, de fait, veut vaille que vaille s’offrir la peau de M. Stéphane. Sinon, comment expliquer cet acharnement de Bakayoko contre un honnête citoyen ivoirien parce qu’il s’appellerait Stéphane Kipré et parce qu’il aurait visité l’honorable prisonnier ivoirien de la CPI ? Pour cette raison donc, le régime a décidé de le frapper au moyen du tribunal de l’intoxication. A la télévision, Hamed Bakayoko déclare Stéphane Kipré complice du Commandant Jean Noël Abéhi, dans son vrai faux complot contre son régime. Oubliant que plus aucun Ivoirien n’accorde du crédit à ce disque…plus que jamais rayé.

 

connectionivoirienne.net

18:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Accusé par Hamed Bakayoko, Stéphane Kipré réagit :

« La mayonnaise qui consiste à présenter les pro-Gbagbo

comme des putschistes ne prend plus »

 

30 juin 2013

C'est avec stupéfaction et indignation que j'ai écouté, lors du one man show télévisé  de Hamed Bakayoko auquel les ivoiriens sont désormais habitués, des propos diffamatoires déversés sur ma personne. Une vidéo présentée aux téléspectateurs ivoiriens montre un commandant, Jean Noël Abéhi,  me citant comme l'un de ses financiers dans l'achat  de matériels de renseignements pouvant lui permettre d'engager  des actions militaires contre le régime Ouattara.

 

Tout en m’interrogeant sur les conditions et les moyens utilisés pour obtenir ces "aveux". Je tiens à m'élever vigoureusement contre ces propos outranciers, mensongers de nature à entacher mon honorabilité et mon parcours politique. Ma culture politique et mon éducation religieuse m'interdisent le recours au pouvoir d'état par les armes. Je crois en la démocratie et au dialogue. Même si les conditions d'arrivée au pouvoir de monsieur Alassane Ouattara peuvent nous faire douter de notre choix en une prise du pouvoir par les urnes comme la meilleure alternative, je continue de rester accroché à mes choix de préférer la démocratie à la rébellion.

 

Je ne peux pas avoir aidé financièrement le commandant Abéhi, que je n'ai d'ailleurs jamais rencontré depuis mon départ forcé en exil, dans la mesure où et le ministre Bakayoko le sait très bien, mes  comptes bancaires, tout comme ceux de nombreux autres partisans du président Gbagbo ont été gelés par le régime Ouattara, depuis Avril 2011. J'ai donc saisi mon avocat afin qu'il  porte plainte, à  mon nom, pour diffamation.

 

Comment comprendre, qu'à chaque  fois que le président Laurent Gbagbo engage des procédures importantes devant les juges de la cour pénale internationale(CPI) et pouvant lui permettre de recouvrer sa liberté, si injustement entravée, que ce soit toujours ce moment que le régime Ouattara choisit pour brandir des supposées preuves de tentative de déstabilisation?

 

Comment comprendre aussi que ces "aveux" soient rendus publics le jour même où l'opposition ivoirienne, de manière responsable et digne, refuse de prendre part à un simulacre de dialogue avec le pouvoir, tant que les conditions d'un véritable dialogue ne sont pas réunies ?

 

En vérité, cette tactique participe d'une part, à  une tentative d'incrimination de l'opposition en vue de la discréditer aux yeux des ivoiriens et de la communauté internationale et à présenter, d'autre part, le président Laurent Gbagbo, aux juges de la CPI, comme une menace à la stabilité de la Côte d'Ivoire.

 

Je tiens à dire au gouvernement Ouattara que la mayonnaise qui consiste

à présenter les pro-Gbagbo comme des putschistes ne prend plus.

 

En effet, Monsieur Doudou Diene, expert indépendant de l'organisation des Nations Unies(ONU) a reconnu dans son dernier rapport sur la Côte d'Ivoire, que l'atteinte à la sûreté de l'Etat est un thème générique utilisé par le pouvoir Ouattara pour embastiller son opposition. Il faut que le gouvernement Ouattara arrête de faire de la chasse aux pro-Gbagbo un programme de gouvernement. On ne peut pas avoir déployé tant de moyens financiers et matériels pour s'imposer aux ivoiriens et leur servir que la misère.

 

Les ivoiriens attendent du régime Ouattara des solutions aux problèmes liés à la cherté de la vie,  à l'emploi,  à l'éducation, à l'insécurité crées par ses hommes armés, ramassis de délinquants et dozos,  insérés aujourd'hui dans l'armée nationale...

 

Pour finir, j'invite humblement le régime Ouattara à abandonner la haine et l'arrogance pour s'inscrire résolument dans le processus de réconciliation nationale, qui passe obligatoirement par un dialogue franc et direct entre Messieurs Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. C'est cet acte qui donnera une impulsion véritable au retour de la paix, la stabilité et le développement dans notre pays pour le bonheur de tout le peuple ivoirien.

Que Dieu bénisse la Côte d'Ivoire.

 

Stéphane Kipré

Président de l'Union des Nouvelles Générations( UNG) .

Exilé politique  depuis le 11 Avril 2011.

abidjandirect.net

 

 

Commentaire de lecteur :

Jeune frère Stéphane, Tu n'avais même pas besoin de répondre à ce montage grotesque de M. Ahmed Bakayoko que les téléspectateurs avertis ont bien perçus lorsque dans une déclaration solitaire le Cdt de gendarmerie Jean Noel Abéhi se proclame être le nouveau chef de l'exécutif et annonce la dissolution des institutions de la République. Aucun officier subalterne de surcroît gendarme ne peut raisonnablement faire de façon solitaire, une déclaration télévisée de prise de pouvoir par coup d’état dans un pays où l’armée compte de nombreux officiers supérieurs et plusieurs démembrements.

Si Ahmed Bakayoko ne sait pas qu’un officier de gendarmerie ne peut être Chef de l’Armée encore moins Chef d’état major de l’Armée, les officiers eux le savent très bien.

Pire sur la fin de son propos, alors qu'il est supposé avoir déjà pris le pouvoir, le Cdt Abéhi invite les ivoiriens à s’accaparer de machettes et gourdins pour s'entretuer. Quel Président auteur d’un coup d’état appellera son peuple à se découper à la machette plutôt que de l'inviter au calme et d'ordonner à l'armée par réquisition à se ranger derrière lui et son groupe de militaires putschistes.

 

Non seulement ce montage est approximatif et grotesque mais il est surtout ridicule et de très bas de gamme. Cela ne pouvait être autrement puisque son auteur lui-même confesse sur le plateau de la télévision nationale qu'il n'a pas le niveau intellectuel suffisant pour occuper le fauteuil qui est le sien. Cependant, il se donne la liberté intellectuelle de vouloir juger M. Billon sur un dossier hautement technique, financier et juridique… Contradiction pour contradictions…

Jeune frère Stéphane, évite surtout d’engager des frais judiciaires pour de telles banalités. Surtout pas auprès des juridictions ivoiriennes. Ce serait l’ultime erreur à ne pas commettre…

Reste en dehors de cette tempête interne au RHDP qui pointe à l’horizon et tes amis et toi continuez à faire ce que vous avez à faire pour obtenir la libération du Président Laurent Gbagbo.

Personne de sérieux n’y a cru!

Cot Obson

18:32 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Affaire Jean-Noël Abéhi

Pourquoi la « justice télévisuelle » d’Hamed Bakayoko pose problème

 

30 juin 2013

Hambak Comedy Club, épisode 2.

Après le show télévisé du 12 juin 2012, où il se donnait en spectacle à la RTI et faisait diffuser une vidéo des « aveux » de l’ancien ministre Moïse Lida Kouassi et du commandant Katé Gnatoa, qui « reconnaissaient » avoir été partie prenante de tentatives de coup d’Etat, le premier flic du régime Ouattara remet le couvert. Et vient sur le plateau animé par Brou Aka Pascal avec, dans sa mallette, une cassette de la « déclaration de prise de pouvoir » qui aurait été préparée par le colonel Jean-Noël Abéhi si son coup d’Etat supposé avait réussi. Dans son escarcelle, il a aussi un « repentir » filmé de ce dernier.

 

Il est sûr qu’Hamed Bakayoko a réussi à faire le buzz, une nouvelle fois. Mais ses méthodes plus que discutables ont mis mal à l’aise, une fois de plus, y compris dans les milieux qui soutiennent traditionnellement l’actuel régime ivoirien. En effet, le pouvoir Ouattara voudrait-il remplacer subrepticement les institutions judiciaires habituelles, caractérisées par le règne du contradictoire, et un certain équilibre de l’argumentation entre Défense et Accusation, par une sorte de « justice télévisuelle » à la fois spectaculaire et dangereuse pour les libertés, qu’il ne s’y prendrait pas autrement.

Quelle est, en effet, la valeur probante d’éléments audiovisuels tournés on ne sait où par on ne sait qui, et livrés au grand public dans une « opération psychologique » visant à semer l’effroi et la terreur et à jeter en pâture un certain nombre de noms de prétendus complices, au-delà de la présomption d’innocence ? Dans quel cadre juridique ces vidéos ont-elles été tournées ? En tout cas, celle qui est censée être la vidéo préparée pour une éventuelle prise de pouvoir est traversée par un certain nombre d’incohérences. Pourquoi un officier supérieur intelligent se lancerait-il dans des appels à utiliser des « machettes » et des « cailloux » alors que des forces internationales n’attendraient que de telles déclarations pour contrarier sa prise de pouvoir, au nom de « la responsabilité de protéger » ? Le colonel Abéhi était-il assisté de ses avocats quand il passait « à confesse »? Le droit ivoirien prévoit-il de telles « dépositions » filmées et destinées à être diffusées par la télévision nationale ? Les deux vidéos peuvent tout à fait avoir été « fabriquées » pour les besoins de la cause par un régime qui peut faire dire n’importe quoi à ses otages, qui sont, rappelons-le, souvent détenus dans des conditions extrajudiciaires et soumis à de graves formes de torture, selon les rapports des organisations de défense des droits de l’Homme.

 

La RTI a violé la loi sur la presse, à l’instigation d’un ministre du gouvernement

Le premier show télévisé d’Hamed Bakayoko a eu lieu il y a plus d’un an. Il y a plus d’un an, il laissait entendre à l’opinion nationale et internationale que le régime dont il est une des principales figures avait déjà réuni des preuves « accablantes » et des aveux « clairs » provenant de l’ex-ministre Moïse Lida Kouassi (voir la vidéo plus bas) et du colonel Paulin Katé Gnatoa. Pourquoi n’ont-ils donc pas encore été jugés ? Pourquoi ce régime est-il à l’aise quand il s’agit de faire de la propagande médiatique sur les « conclusions » de ses « enquêtes » de police et rechigne-t-il par la suite à passer au débat judiciaire ?

 

L’on se souvient qu’il avait abondamment communiqué, il y a aujourd’hui plus de deux ans, dans la presse française et ivoirienne, sur les éléments de la Garde républicaine qui auraient assassiné les Français Stéphane Frantz Di Rippel, ancien patron de l’hôtel Novotel d’Abidjan, et Yves Lambelin, président du groupe industriel SIFCA. Jusqu’à présent, aucun procès sur cette sombre affaire n’a eu lieu. «Me Pierre-Olivier Sur (cabinet Fischer, Tandeau de Marsac, Sur & associés – FTMS) continue de s’interroger sur le refus apparent de la justice ivoirienne de procéder à la reconstitution de l’assassinat de Stéphane Frantz Di Rippel, demandée il y a plusieurs mois», nous apprenait La Lettre du Continent en décembre 2012. Étrange !

 

Par ailleurs, si l’on suppose que la vidéo de « prise de pouvoir » d’Abéhi sera immanquablement citée au cours de la procédure judiciaire qui le vise, on ne peut que noter qu’Hamed Bakayoko a poussé la RTI à violer la loi portant régime juridique de la presse qui, en son point 73 stipule que « la diffusion d’informations, même exactes, est interdite si celles-ci se rapportent (…) au contenu d’un dossier de justice non encore évoqué en audience publique »Le Nouveau Courrier, qui a l’investigation dans son ADN, considère que cette disposition peut être liberticide. Puisqu’elle est violée avec la complicité directe de l’information – qui est l’exécutif lui-même –, on imagine qu’elle ne sera pas invoquée demain pour persécuter la presse et l’obliger à révéler ses sources. Les dernières nouvelles de l’Eléphant Déchaîné, dont des journalistes ont été convoqués par la gendarmerie nationale au nom de prétendues « fuites sensibles concernant la sécurité de la Côte d’Ivoire », tendent plutôt à démontrer que le régime actuel est plutôt partisan d’une interprétation sélective des textes de lois.

 

Philippe Brou

nouveaucourrier.net



18:08 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Philippe Mangou : tais-toi et mange

Une Philippique de l’Honorable Mamadou Ben Soumahoro adressée au Général Mangou.

 

30 juin 2013

J’ai longtemps hésité avant d’écrire ces quelques lignes qui ont pour ambition de calmer la plaie qui s’est ouverte en mon être, traumatisme  profond causé par un choc aussi réel que la blessure elle-même est censée être virtuelle. Car en fait, une blessure provoquée par une déception est d’autant plus difficile à guérir. Quand on a été ainsi trompé dans son attente et dans son espérance, le retour sur ses sentiments premiers  que l’on croyait définitifs est très pénible et dans le cas qui va nous occuper, véritablement déchirant. Personne au monde n’aurait pu me convaincre que le Général de Corps d’Armée Philippe Mangou aurait pu jeter le manche avant la cognée et s’enfuir dans une Ambassade étrangère à deux pas de la Résidence de son plus grand protecteur  et Chef Suprême Laurent Gbagbo, au moment précis où le Chef de l’Etat était en droit d’attendre de son Chef d’Etat Major Général des Armées ce qui pouvait constituer comme un retour sur investissement sur la personne de ce « brillant officier » qu’il avait nommé dans un incroyable élan de réalisme,  sur la base de ce que ses hommes l’avaient démocratiquement choisi sur la ligne de front des actions militaires de l’opération Dignité. Soulagé et content d’avoir trouvé sa perle rare, le Président Laurent Gbagbo  qui a constamment et en toutes circonstances la construction de la nouvelle Côte d’Ivoire en tête, avait dit ce soir là : « Il y a dans cette armée des garçons dont la Côte d’Ivoire  a de quoi être fière ». Dans ce cas précis, il se trompait et nous aussi, parce que nous avions approuvé son jugement et même applaudi. L’attitude du Président Laurent Gbagbo vis-à-vis de Philippe Mangou n’a jamais changé.

 

Il était Lieutenant-colonel. Il est ensuite devenu Colonel, Colonel-Major, Général de Brigade, Général de division, Général d’Armée, Général de Corps d’Armée. Les « étoiles » ont voltigé sur ses épaules à la vitesse d’un bolide de Formule 1. On sentait bien que le Président Laurent Gbagbo voulait lui donner ici et maintenant tous les instruments de son autorité et de son commandement, en brûlant la politesse à de nombreux autres officiers probablement frustrés. Mais chacun sait qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Comment faire autrement. Toutes les apparences plaidaient en faveur de Philippe Mangou : l’officier était bien fait de sa personne, et nul ne pouvait présumer qu’il était bête. Visiblement, il avait déjà réussi à se faire aimer de ses hommes du rang.  Il impressionnait les civils par son allure martiale et par la qualité de son discours. De surcroît, Philippe Mangou était fils de Pasteur et profondément croyant lui-même. C’est du moins ce qu’il laissait croire. Je n’ai pas d’éléments pouvant me permettre de mesurer le désappointement du Président Laurent Gbagbo mais en ce qui me concerne, je puis vous dire que le jour de la trahison du Général Philippe Mangou, j’ai eu le sentiment que la terre se dérobait sous mes pieds. Pour plusieurs raisons :

 

1 - Philippe Mangou n’a pas trahi le Président Laurent Gbagbo par cupidité ou par cynisme. Pour l’argent je puis témoigner qu’il n’avait aucune raison de se plaindre du Président. Et je peux affirmer maintenant qu’il n’était pas assez intelligent pour être cynique. Le Général Philippe Mangou a tout simplement trahi par impéritie (ndlr :incurie, négligence), par incapacité à assumer ses charges ; il était inapte au commandement. Il n’avait rien compris à la mission que lui imposait ses « étoiles ». Des soldats de ses différentes garnisons ont dit de lui qu’il était un lâche et un fuyard  dans une lettre qui avait les relents d’un brûlot. Ils avaient probablement leurs raisons mais en fait, ils sont passés à côté du vrai caractère de leur chef.  En réalité Mangou philippe n’a pas eu le temps d’apprendre, de comprendre ce qu’est la fonction véritable d’un Général Chef d’Etat Major. Le Président de la République Chef Suprême des Armées, les Officiers Généraux, les Officiers Supérieurs, les sous-officiers, les Hommes de Troupes, le peuple, oui le peuple ; où Mangou Philippe a-t-il laissé tout ce monde, toutes ces familles dont les vies dépendaient de ses ordres. En fait, le Généralissime Mangou Philippe n’était qu’un « petit frimeur » fasciné par son propre uniforme  auquel il n’accordait qu’un pouvoir et une fonction dérisoires de séduction sur « les jeunes filles du Concours Miss District d’Abidjan ».

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

Il me faut remercier les FDS auteurs de la lettre adressée au Général fuyard pour avoir su expliquer preuves à l’appui à leur ancien chef  le sens du mot trahison dont il a oublié la signification depuis qu’il s’est improvisé diplomate (à la gomme) au Gabon.

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

En même temps que l’ordonnance d’Alassane Dramane Ouattara,  notre homme a  sûrement été frappé d’illettrisme aigu.  Si c’était un poste d’Ambassadeur qu’il convoitait, il lui suffisait de le dire, Seigneur Dieu ! Et l’enfant de Mama le lui aurait donné ! Vous avez absolument raison chers enfants des FDS : la promotion vertigineuse de Philippe Mangou a été un véritable gâchis pour tout le monde.

 

2 – J’ai noté que le Général Philippe Mangou accordait à Alassane Dramane Ouattara des qualités de Chanoine : « Ouattara m’a nommé Ambassadeur, c’est la preuve qu’il est bon… »

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

La nouvelle Côte d’Ivoire du RDR vient d’inventer une nouvelle notion dans la gestion administrative : la bonté, la magnanimité, au détriment du mérite et de l’efficacité. En plus, voici un homme, Alassane Dramane Ouattara dont l’ambition démesurée l’a emmené à introduire avec fracas dans notre pays une idéologie mortifère et des actes de barbarie médiévale pour le simple plaisir de nommer ses complices à des postes de hautes responsabilités par « bonté » et il se trouve des hommes assez stupides du type Mangou Philippe pour lui attribuer des satisfécits  dithyrambiques. Décidément, quand on regarde aujourd’hui Philippe Mangou, on est en droit de se dire que : « la bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini »

 

3 - Oui, la bêtise humaine, parce que Philippe Mangou sait pertinemment que Alassane Dramane Ouattara n’est pas bon. Il le sait parce qu’il a été lui-même victime d’un ordre du même Ouattara  qui l’a fait jeter en prison après le coup d’Etat dont la paternité a été attribuée injustement au Général Robert Guéi en décembre 1999.

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

Pendant qu’il purgeait une peine non définie à la MAMA (Maison d’Arrêt Militaire d’Abidjan) comme une trentaine d’officiers des FANCI, Ouattara le véritable commanditaire du Putsch, ordonnait en même temps l’expulsion de sa femme et de ses enfants du logement qui lui avait été attribué en tant que Commandant de la base Militaire d’Akouédo.  Sous mes yeux, une escouade de gendarmes était venue à la MAMA en pleine nuit chercher Philippe Mangou pour qu’il déménage sa famille sans ses meubles. Le nouveau bénéficiaire lorgnait depuis longtemps ses fauteuils et ses équipements électroménagers.  Il ne peut pas dire aujourd’hui qu’il a oublié cet acte  ignominieux et humiliant de Ouattara posé à son encontre,  puisqu’il s’est immédiatement exécuté. Et sa famille s’est retrouvée sous la pluie ce soir là. Si c’est cela un homme bon, c’est que les mots n’ont plus de sens en Français. Ha ! Oui, j’ai oublié dans ma précipitation de vous dire que j’étais détenu dans la même prison (MAMA) au Camp Gallieni sur l’ordre du même Alassane Dramane Ouattara en Décembre 1999. C’est dans l’horrible chaleur de cette Maison d’Arrêt de Forteresse des officiers Ivoiriens que j’ai rencontré Philippe Mangou pour la première fois.  Pourquoi un civil était-il détenu dans une prison militaire ? S’il vous plaît ne vous posez pas trop de questions. Il y a longtemps qu’il m’arrive des choses bizarres dans ce pays ! Non seulement Mangou Philippe sait que Ouattara n’est pas bon, mais il sait aussi que ce personnage boursouflé de suffisance injustifiée se prend pour Dieu. Et c’est là que le militaire médiocre qu’il est, doit se rapprocher d’une théorie vieille comme le monde  pour retrouver le caractère authentique de son nouveau Mentor : « Si tu tues un homme, tu es un assassin. Si tu tues un million d’hommes, tu es un conquérant, si tu les tues tous tu es un Dieu. »

 

4 – Je me suis laissé dire que madame Fatou Bensouda gardait dans sa manche le Général Philippe Mangou pour témoigner contre le Président Laurent Gbagbo à la CPI. Le manque de crédibilité du Général d’opérette devrait la faire frémir de dégoût, s’il lui reste encore un peu de bon sens. Voici donc un homme, Général de son Etat, à qui a été confiée la défense et la sécurité de tout un peuple agressé par une horde de Rebelles et de Dozos aux méthodes barbares d’un autre âge, qui ne trouve rien d’autre à faire que de fuir carrément aux dires de ses propres soldats, sans laisser d’ordres ni  de remplaçant, pour aller se blottir dans le confort douillet d’une Ambassade. Quelle est cette justice qui ne comprend pas que dès lors, la chaîne du commandement a été rompue et que le Président de la République ne pouvait pas avoir donné l’ordre de tuer. En l’occurrence, Philippe Mangou n’était pas le seul à avoir pris le chemin des Ambassades ou de l’Hôtel du Golf. La liste des généraux couards, pleutres et dépourvus d’honneur est longue et ne mérite aucune attention ni aucun respect.

De surcroît, si nous lisons les mêmes journaux, Madame Fatoumata Bensouda doit avoir déjà mesuré la valeur de la récompense attribuée à ses témoins clés. Une Ambassade vaut bien une messe : Libreville… Dakar… ! Quelle injure à l’intelligence des Ivoiriens !

Mamadou Ben Soumahoro,Philippe Mangou, Laurent Gbagbo, FDS, Alassane Dramane Ouattara, Robert Guéi, MAMA, FANCI, Akouédo, Fatou Bensouda , CPI, Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules

Kassaraté Tiapé, Détoh Létho, Brindou M’Bia, Touvoly Bi Zogbo, Yao Yao Jules…c’est quoi ca ? ! 

 

MAMADOU BEN SOUMAHORO

29 Juin 201

claudus.ivoire-blog.com

17:52 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Prédation

L'absurde et la stupidité.

 

De Gaulle fait 300 000 à 400 000 morts au Pershin au Cameroun (Témoignage Max Bardet, Ok Cargo, Grasset, Paris), dépouille/appauvrit les Africains qui sont allés libérer la France de l'emprise nazi entre 1941/1944, impose militairement une monnaie nazie (le franc Cfa), tue Um Nyobè, Ouandié, empoisonne Moumié;

Mitterrand fait tuer Sankara, planifie le génocide rwandais parce que «dans ces pays, un génocide n'a aucune valeur» -- pas même aux yeux des Noirs finalement, bien-sûr! Lagardère confisque le livre scolaire néocolonial (Hachette, Hatier, Edicef...) et leur distribution (Presstalis, ex-NMPP), afin de continuer à servir des mensonges à nos enfants sur notre histoire;

La France s'associe Obama, l'AFP, Jeune Afrique, le Qatar/Al Qaida pour tuer 160 000 libyens, détruire complètement ce pays prospère et acrroître sur les cadavres les parts de marchés de Total en confisquant tous les fonds... La même France s'en va tuer plus de 10 000 Ivoiriens pour «régler» un... contentieux électoral dans le but de régenter l'exploitation pétrolière et maintenir le diktat monétaire...

 

Tout ceci se passe dans une atmosphère continentale où on se relève à peine de plusieurs siècles de cruauté esclavagiste arabe/européenne appuyée par les érudits musulmans, des intellectuels européens connus, le Vatican, les États, les banques, les armées...

Et lorsqu'on demande aux Africains: Que se passe-t-il?/What's going on?

Ils répondent à l'unisson: «C'est le Sionisme!»

Vous avez bien lu!

 

Il semble que c'est le truc à la mode qui permet d'esquiver l'intelligence des stratégies multiséculaires d'États qui ont inscrit la philosophie de la prédation/domination même dans l'élaboration de leur langue...

 

Lorsque nous étions au jardin d'enfants, d'aucuns ne comprenaient pas pourquoi pour des choses évidentes, certains autre enfants «échouaient». Pour les mêmes évidences, d'autres étaient premiers de la classe.

Tout compte fait, c'est compréhensible!

J.-M.S

Jean-Marc Soboth

17:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Bakayoko et le Ennième coup d'état

Un coup-d’état de l’ex Commandant de l’escadron blindé de la gendarmerie nationale Jean Noel Abéhi, déjoué ?

 

Nous ne savons encore rien de la provenance de cette vidéo ; une chose est sûre, il s’agit d’affaiblir la résistance pour qui le Commandant Abéhi est un héro et un modèle. Comme les fameux aveux du ministre Moise Lida Kouassi, ces aveux ont certainement été extorqué au valeureux militaire. Selon certaines sources proches du militaire arrêté au Ghana puis extradé, ce dernier aurait été dénoncé aux services de Ouattara et retrouvé par les autorités ivoiriennes par des exilés moyennant rétribution.

Shlomit

Une vidéo libérée par les services du ministère ivoirien de l’intérieur et de la sécurité d’Hamed Bakayoko ce 28 juin 2013, 24H après la libération des 14 gendarmes, accusés depuis de longs mois d’être dans le coup en préparation ?

Pourquoi faire de la com avec une preuve à charge, en l’absence de tout procès contre le Commandant Abéhi ? Le juge militaire a-t-il autorisé à rendre la video publique ? Quels sont les objectifs inavoués en rendant cette vidéo publique ? Et pourquoi ce timing ?

Affaire à suivre.

 

« Attaque d’Agban »

Les 14 gendarmes libérés hier

 

28 juin 2013 - L’inter -

Fin de calvaire pour 14 gendarmes de la caserne d’Agban, le plus grand camp de gendarmerie du pays, situé au cœur d’Abidjan.

Ils comparaissaient, hier jeudi 27 juin 2013, devant le tribunal militaire d’Abidjan pour violation de consignes dans l’affaire »attaque d’Agban ».

En effet, dans la nuit du 14 au 15 octobre 2011, soit aux environs d’une heure du matin, des tirs nourris ont été entendus au sein du camp de gendarmerie. Cette situation qui faisait suite à la diffusion sur la radio de la gendarmerie nationale, d’un message appelant les hommes à se retourner contre les autorités en place, et attribué au chef d’escadron Jean-Noël Abéhi, a entraîné l’arrestation de 21 gendarmes, présentés comme des proches du commandant Abéhi, qui était à cette époque en exil.

Arrêtés pour atteinte à la sûreté de l’État, trouble à l’ordre public, violation de consignes et détention illégale d’arme à feu, ces gendarmes étaient depuis cette date sous mandat de dépôt. Après un long procès, le juge du tribunal militaire avait ordonné leur relaxe pour vice de procédure.

Mais quelques mois plus tard, ils sont revenus à la barre, cette fois moins nombreux (14 au lieu de 21), les charges ayant été requalifiées. Ils étaient poursuivis désormais pour violation de consignes. De fait, le 15 juillet 2011, une note diffusée par la hiérarchie de la gendarmerie nationale intimait l’ordre à tous les habitants de la caserne d’Agban de déposer les armes et les munitions qu’ils possédaient au magasin d’armes. Une consigne que les prévenus n’avaient pas respectée.

Certains ont affirmé devant le juge qu’ils n’étaient pas informés de l’ordre qui circulait, quand d’autres indiquaient qu’ils n’avaient pas reçu du tout d’ordre. En tout cas, une perquisition dans leurs domiciles respectifs avait permis de mettre la main sur des armes de guerre et des munitions. Dosso Losséni, le procureur militaire, tout en leur reconnaissant des circonstances atténuantes, a requis 4 mois de détention militaire. Une réquisition bien suivie par le juge Koffi Kouadio qui les a condamnés à cette peine. Mais celui-ci a ordonné la levée du mandat de dépôt qui leur était délivré depuis 22 mois.

Ainsi, les 14 gendarmes dont un lieutenant, 7 maréchaux des logis chef (Mdl/c) et 6 maréchaux des logis (Mdl), ont été libérés. Cela s’explique par le fait que les 14 gendarmes ont déjà purgé leurs peines parce qu’ils avaient déjà passé 22 mois en prison avant leur condamnation par le juge.

Hervé KPODION

connectionivoirienne.net


12:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

LETTRE OUVERTE A MANDELA: VOUS AVEZ TRAHI ET VENDU LE PEUPLE NOIR

mercredi, 26 juin 2013

LETTRE OUVERTE A MANDELA: VOUS AVEZ TRAHI ET VENDU LE PEUPLE NOIR


NELSON MANDELA FRANC-MAçON.jpg
Nelson Mandela, franc-maçon de l'Ordre des chevaliers de Malte
 
Cherokee Gérard - Ces traîtres qui ont vendu l'Afrique: le cas Nelson Mandela


La Famille, voici un article qui je crois va mettre à l'eau toutes les convictions que vous pensiez avoir sur l'Histoire de l'Afrique. Je l'ai dit une fois sur cette tribune que Nelson Mandela était un traître pour l'Afrique, vous avez refusé de me croire. Eh bien, voici la lettre ouverte parue dans un journal Sud-Africain qui le démontre bien.

Comme je le dis souvent sur cette page: "Si vous voulez connaître l'Afrique véritable, il faut vous débarrasser au préalable de TOUTES les connaissances antérieures que vous avez de ce continent" car l'Afrique véritable est un TERRIBLE SECRET que les mêmes gens qui nous oppriment ne veulent pas que nous sachions. Mais malheureusement pour eux, j'ai juré de dénicher tous ces petits secrets et de les exposer à la lumière de mes frères Kamites.

A la fin de l'article, je vous expliquerai en détail pourquoi j'ai choisi cette photo pour illustrer mon article. Je vous promets, il est un peu long, mais soyez fort et patient, il faut souffrir pour s'instruire. Et en plus, je suis sur que vous sortirez de là, mieux instruits que beaucoup de nos frères Africains qui préfèrent rester dans l'illusion de vérité que la caverne dans laquelle ils vivent au quotidien veut bien leur montrer (Cf. Allégorie de la Caverne).

Cherokee GérardCher ancien président Nelson Mandela,

J'avais seulement 5 ans quand vous avez été libéré de prison. Je viens d'un milieu pauvre, comme tous les enfants noirs d'Afrique du Sud du temps de l'Apartheid et j'ai été élevé par ma grand-mère. En 1994, l'Afrique du Sud a eu ses premières élections démocratiques, je me souviens que tout le monde, y compris ma grand-mère, était ravi à l'idée de pouvoir voter pour vous et pour le gouvernement de l'ANC. Malheureusement, ma grand-mère est décédée avant d'avoir pu voter en début d'Avril en 1994.

J'ai cru comprendre que vous aviez des rencontres secrètes entre 1985-1990 avec P.W. Botha (ancien président de 84-89) pour avoir un règlement négocié. Ceci nous a été révélé plus tard par le président de l'ANC, Oliver Reginald Tambo, se référant à vos réunions avec le régime colonial-apartheid dans les années 1980 , années cruciales. Il avait déclaré : "Les prisonniers ne peuvent pas négocier leur liberté". Tambo semblait perturbé sur le fait que des haut cadres du partie y compris vous, auraient pu avoir compromis l'organisation.

En 1990, avant que vous ne sortiez de prison vous aviez assuré à vos partisans que la nationalisation des mines, des banques et des minéraux étaient vos objectifs premiers. Cette croyance avait formé la doctrine de base de l'ANC et avait même été inscrite dans un document connu sous le nom "Freedom Charter" (La Charte de la Liberté).

"La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l'héritage des Sud-Africains, sera rendue au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d'aider au bien-être du peuple". Disait "La Charte".

Or il est apparu plus tard que vous et d'autres dirigeants de l'ANC vous étiez affairés à réinterpréter avec créativité l'un des engagements les plus forts contenus dans cette Charte, à savoir "une nationalisation des industries qui conforterait le monopole des capitaines d'industries blancs".

LA NATURE DE LA TRAHISON

Lorsque vous négociez avec le Nationaliste De Klerk (ancien président 1984-89) avec l'intention d'obtenir un compromis qui garantit le maintien du pouvoir Blanc en Afrique du Sud et surtout le maintien des profits tirés des masses noires exploitées, et qui laisse le pouvoir entre les mains des capitalistes blancs dans un avenir prévisible. Comme il le disait fermement: "Je n'ai pas l'intention de négocier quoi que soit qui me fera quitter le pouvoir". Bien au contraire, les négociations ont eu pour but d'empêcher la victoire des masses noires. De Klerk avait tendu un piège pour les noirs et nous avons été pris dans ce piège grâce à vous, M. Nelson Mandela. Vous le saviez bien que toute "négociation" faite avec le Diable DOIT, par défaut, nous conduire en Enfer! A vrai dire, vous vous êtes fait rouler dans la farine par les nationalistes et nous avec.

Echec du transfert du pouvoir lors des négociations

Les négociations ont porté sur deux aspects: l'un politique, l'autre économique. Quand vous négociez avec les Nationalistes, et à partir du moment où vous avez choisi de séparer le pouvoir politique et économique, là était votre plus grande erreur et c'est de là que la trahison du peuple Noir est partie. Le transfert de propriété des richesses et des terres est au cœur d'un transfert de pouvoir. Raison pour laquelle il a été CLAIREMENT stipulé dans la Charte de la Liberté. Mais vous, M. Nelson Mandela, avez choisi de l'ignorer.

Lors de vos négociations toute intelligentsia sud-africaine avait l'oeil rivé sur les tractations d'ordre politiques et négligeait l'aspect économique. Vous craigniez le fait que si les négociations politiques échouaient, il y aurait des manifestations de masse. Les gens n'étaient pas intéressés par les négociations économiques et lorsque les négociateurs économiques rendaient des comptes au peuple, les gens pensaient que c'était trop technique, du coup personne ne s'y intéressait par manque d'éducation. Mais vous, M. l'ancien président, vous étiez plus instruit que le peuple. Vous auriez dû le savoir que ces deux aspects du pouvoir étaient intimement liés. C'est là que nous avons raté à jamais l'occasion d'obtenir notre liberté totale et vous l'avez vendue aux Nationalistes.

=> Ici, Nationalistes, réfère au fait que le parti Blanc au pouvoir (Afrikaner National Party) ne voulait pas un éclatement de l'Afrique du Sud, même bien qu'ils pratiquaient ouvertement une ségrégation raciale. Comme quoi, on voit qu'un parti politique peut s'appeler "Nationaliste", mais en fait il ne vise qu'a la destruction de la Nation qu'il prétend pourtant défendre.

Poursuivons la lecture de la lettre...

Echec des négociations économique et nationalisation de la Banque Centrale Nationale de l'Afrique du Sud.

M. l'Ancien Président, votre mandat obtenu par le peuple était de vous assurer que les valeurs de la Charte soient mises en œuvre, y compris la nationalisation des actifs du pays. Mais au lieu de nationaliser les mines vous vous réunissiez régulièrement avec Harry Oppenheimer, ancien président de la géante compagnie minière anglo-américaine et De Beers, la 1ère compagnie Sud-africaine productrice de Diamant au monde, or ces deux compagnies étaient les symboles économiques même du régime de l'Apartheid.

Peu de temps après l'élection de 1994, vous avez même présenté le programme économique de l'ANC à Oppenheimer pour approbation et fait plusieurs révisions clés pour répondre à ses préoccupations, ainsi qu'à celles des autres grands industriels du pays. Honte à vous pour la vente de minéraux et des terres aux Impérialistes. Les résultats de ces réunions étaient que vous pourriez garder le pouvoir politique, mais l'or et les diamants de l'Afrique du Sud resteraient dans les mains des personnes qui la contrôlaient auparavant. Avez-vous oublié ce que la Charte de la Liberté disait ?

Je vous le rappelle : « La richesse nationale de notre pays, le patrimoine et l'héritage des Sud-Africains, sera rendu au peuple: Les richesses minérales du sous-sol, les banques et les industries qui ont un monopole doivent être transférées à la propriété du peuple dans son ensemble et en entier. Toutes les autres industries et commerces doivent être contrôlés par le gouvernement afin d'aider au bien-être du peuple. »

Un des aspects les plus révélateurs de la transition économique a été la propriété de la Banque Centrale d'Afrique du Sud. Sans aucun doute l'institution la plus puissante du pays. Son sort nous a été expliqué par un homme d'affaire de Durban, Vishnu Padayachee, a qui vous aviez demandé de rédiger un document pour votre équipe de négociation sur les avantages et les inconvénients d'avoir une Banque Centrale autonome, gérée en totale autonomie par votre gouvernement.

Padayachee ne pouvait pas croire ce qu'il entendait : "Quelle question ?!!! Mais bien sûr que nous devons prendre contrôle de cette Banque". Lui et son équipe ont rédigé et présenté le document avec des recommandations claires de ne pas autoriser la Banque Centrale à rester une institution autonome (!). Mais plus tard, il a révélé, que votre équipe de négociation: "N'avait pas le choix de faire une concession sur cette revendication pourtant centrale".

M. Nelson Mandela, à l'époque, la Banque Centrale était une propriété privée appartenant aux Blancs et aujourd'hui elle compte quelque 650 actionnaires qui sont à 99% Blancs. Pourquoi avez-vous laissé cette Banque Centrale aux mains des mêmes Blancs impérialistes qui profitaient de l'Apartheid dans notre pays ?

Au cours des négociations que vous avez accepté et qui non seulement stipulait que la Banque Centrale devait être gérée comme une entité autonome au sein de l'Etat sud-africain, avec son indépendance inscrite dans la constitution Sud Africaine, mais en plus, elle serait dirigée par le même homme qui la dirigeait sous l'Apartheid: Chris Stals. Une autre figure de proue de l'Apartheid, le Ministre des Finances Derek Keyes, a également conservé son poste dans la nouvelle administration. M. Nelson Mandela comment avez-vous permis aux mêmes personnes qui nous ont opprimés d'être en charge de la Banque Centrale du pays ?

Padayachee a déploré qu'avec la perte de la Banque Centrale, « tout serait perdu en termes de transformations économiques ». C'est bien vrai: Tout a été perdu lorsque vous avez vendu la Banque Centrale, réserve de notre pays !!! L'un des engagements de la Charte était aussi la redistribution des terres, ce qui est devenu impossible à réaliser à cause d'une autre clause que vous avez inscrite dans la Constitution et qui protège la propriété privée.

Echec du mythe de la Nation arc-en-ciel !

Vous avez prêché ce mythe de la Nation arc-en-ciel au monde entier, or il n'existe pas; seulement dans votre tête. Réconciliation n'a signifié rien d'autre que "les Noirs doivent pardonner aux Blancs ce qu'ils leur ont fait pendant plus de 300 ans de dépossession, d'humiliation et de souffrance". Je ressens une douleur indescriptible à chaque fois qu'un Sud-africain Blanc - à la boutique, dans un bar, à la Radio ou sur des forums en ligne - dit que : « Nous devons oublier le passé et nous tourner vers l'avenir." C'est comme nous dire à nous, Noirs, que nous devons "oublier notre douleur et nos souffrances". Et surtout venant de gens qui ont bénéficié de ce système raciste et ségrégationniste! Nous avons subi des injures et des abus racistes et nos agresseurs sont aujourd'hui parmi nous. Et vous voulez que tout aille bien ?!!

Vous et Desmond Tutu, un autre chantre de ce foutu mythe de la nation arc-en-ciel, avez passé sous silence notre douleur et notre peine - au grand soulagement des Blancs. Ces mêmes Blancs qui ne parviennent pas à reconnaître leur tort : notre douleur et notre souffrance - et surtout leur rôle en tant que principaux bénéficiaires de ce système. Vous étiez trop préoccupé à ne ne pas semer le trouble dans la mesure où les Blancs auraient été les principales victimes de représailles. C'est l'unique raison pour laquelle vous faites l'objet d'un véritable culte de la personnalité dans la communauté blanche, plutôt que dans la communauté noire, votre propre communauté.

Résultat des courses, les Blancs de ce pays croient que vous êtes la seule personne noire honorable tandis que le reste des Noirs, nous autres, sommes des corrompus, des criminels, des violeurs, des ivrognes et des bouffons incultes.

=>Eh oui !!! Voilà comment les Sud-africains ont été..., sans préservatifs et sans vaseline, par ces gens et surtout, par la faute de quelqu'un qu'on prenait comme l'un des nôtres.

L'article 94 de la Constitution Sud-Africaine qui garantit un "environnement LIBRE et JUSTE" pour tous les sud-Africains est encore un de vos mythes de la Nation arc-en-ciel: Les Noirs ne sont pas libres (sauf si vous décrivez la liberté comme étant la capacité d'être en mesure de voter et le fait de ne pas avoir à transporter un carte d’identité 24h/24 comme au temps de l'Apartheid). Nous ne sommes pas libres et il existe très peu de justice en Afrique du Sud! Tout cela, grâce à vous. Monsieur Nelson Mandela.

L'ETAT ACTUEL DE L'AFRIQUE DU SUD

Etes-vous conscient que les Noirs restent sans terres, sous-alimentés, sans abris, sous-employés et mal représentés dans les postes de cadres supérieurs? L'état de santé et d'éducation pour les noirs reste tel qu'il était, si ce n'est pire que durant l'Apartheid.

Vestiges de l'Apartheid et des structures économiques coloniales, la propriété et le contrôle restent intactes malgré l'acquisition du pouvoir politique dont vous rêviez tant. Etes-vous conscient que la liberté politique sans émancipation économique est vide de sens?

La crise de l'emploi est également définie selon des critères raciaux en raison du fait que, dans le troisième trimestre de 2010, 29,80% des Noirs étaient officiellement au chômage, contre 22,30% de métis, 8,60% d'Asiatiques et seulement 5,10% de blancs. Environ 12 millions de personnes vivent avec moins de 0,25$ par jour (!!!) , tandis que 16 millions de Sud-africains reçoivent des allocations sociales sur une population totale du pays de 50.59 millions.

En termes de répartition raciale du revenu par habitant, le niveau de revenu des Noirs et des personnes de couleurs (métis, indiens, chinois) en 2008 n'était que de 13% et 22% du revenu par habitant des Blancs, comparativement à 10,9% et 19,3% en 1993. L'écart de revenu pour les Indiens a diminué, le revenu par habitant indien en 2008 étant à 60% de celui des Blancs contre 42% en 1993.

=> Il faut savoir que sous l'Apartheid, les Blancs avaient établi une société de caste en Afrique du Sud, comme en Inde où il étaient aussi aux affaires. Elle se composait comme suit: les Blancs étaient au sommet de la pyramide des êtres humains, suivi des chinois qui étaient les plus blancs après eux, venaient ensuite des Indiens qui étaient moins noirs que les noirs, et enfin venait les Noirs à la fin de la pyramide. Mais comble des combles, il y avait des individus en dessous de ces noirs: Les Noirs non Sud-africains, les noirs des autres colonies Britanniques - Zimbabwe, Namibie, Nigeria, Ghana, etc - qui avaient été emmenés de force en Afrique du Sud pour construire le chemin de fer et toutes les infrastructures du pays.

Et avec ça, il y a certaines personnes qui vous diront que la colonisation et autres ségrégations raciales qui ont eu lieu dans l'Histoire étaient des accidents de parcours ??? Ce n'était pas des accidents, c'était des systèmes de pensée bien planifiés et bien étudiés. Ils avaient des gens qui travaillaient afin de perfectionner le système et le rendre optimal. Les Blancs ne nous ont pas fait du mal par accident, c'était un acte conscient et bien pensé (...).
En tout cas, terminons la lecture de cette lettre, désolé je sais que c'est très long, mais je suis sûr que vous sortirez d'ici plus instruits que la grande majorité de nos frères. Il faut souffrir pour s'instruire n'est-ce pas ? Ça fait près de 6h de temps que je suis en train de traduire et d'écrire ce texte en même temps, alors imaginez à quel point j'ai souffert; je souffre en ce moment pour sortir ce texte central pour notre culture Kamite].

En 1995, la médiane des dépenses par habitant parmi les Noirs était de R333 par mois par rapport à celui des Blancs qui était à R3443 par mois (1000 fois plus !!!). En 2008, les dépenses médianes par habitant pour les Africains étaient de R454 par mois par rapport R5668 par mois pour les Blancs.

Source: [Leibbrandt, M. et al. (2010), "Tendances de la Distribution des revenus et pauvreté en Afrique du Sud depuis la chute de l'Apartheid".

L'économie n'a pas réussi à créer des emplois au rythme nécessaire pour réduire le chômage extrêmement élevé, et le système éducatif n'a pas réussi à faire en sorte que les dépenses publiques égalisé sur la scolarisation se traduise par une amélioration de l'éducation des enfants noirs pauvres.

REFLEXIONS FINALES

Monsieur Nelson Mandela, la démocratie n'a pas apporté ce qui était promis, vous en tant qu'ancien président de l'ANC et du pays êtes le premier responsable de cette diversion. M. l'Ancien président qu'avez vous fait des Noirs ? Si ce n'est de poser la dernière brique de notre trahison suprême en vendant notre lutte afin de réaliser votre rêve de victoire politique. Votre rêve qui est devenu le pire cauchemar des Noirs dans notre pays.

Vous nous avez vendus en tant que nation noire pour un "Prix Nobel de la Paix" et c'est la raison pour laquelle il y a ce manque patant de prestation de services et ce manque de prestation de service tout court => en droit, ça s'appelle "Faux, usage de faux et tromperie".

Notre Constitution tant saluée comme la meilleure du monde, vu qu'elle fut l'une des dernières écrites sur la planète (1990) ne favorise que les Blancs alors qu'elle opprime les Noirs. Merci pour rien M. Nelson Mandela. Merci d'avoir transformé les négociations de Kempton Park en une solution à huis-clos pour sauver le capital Blanc et le pouvoir de quelques-uns, et qui a conduit à une telle démocratie dans laquelle la souffrance de la majorité noire devrait se poursuivre.

J'ai un problème avec les gens qui donne un "statut messianique à Madiba" comme un Jésus noir quand nous savons tous que vous avez profondément trahi la nation noire.

Quand j'ai commencé cette lettre, je vous ai parlé de ma grand-mère qui est décédée avant d'avoir pu voter pour vous. Eh bien, je suis content qu'elle n'aie jamais voté pour vous, comme elle aurait voté pour un traître. Ce que vous avez fait est d'avoir continué le travail que le gouvernement de l'Apartheid avait commencé en laissant et creusant les trous de la pauvreté et de l'oppression profonde.

Avant de quitter cette terre, je voudrais que vous preniez vos responsabilités et présentiez des excuses pour vos actes et ce que vous avez fait aux noirs. Vous avez vendu notre terre aux impérialistes, si vous ne parvenez pas à vous excuser avant de mourir, cela signifie simplement que vous êtes un complice pour eux.

Lorsqu'enfin vous finirez par mourir, je vous souhaite de rencontrer des gens comme le Dr Verwoerd Hendrink et P. W. Botha et surtout, je vous souhaite d'avoir du bon temps avec eux et de rire de la façon dont les Noirs continuent de souffrir. Je n'ai que haine pour ce que vous nous avez fait.

Lettre écrite depuis un des trous de l'Enfer sombre et profond dans lequel vous avez laissé vos semblables Noirs.

Cordialement,

Un Sud-africain noir


(c) Lettre ouverte parue dans un Journal Sud Africain.

----------------------------------
Ahhh, que dire de plus ??? Malcolm X nous avait pourtant déjà prévenus "Si vous ne faites pas attention, les médias vous feront aimer les oppresseurs et détester les opprimés". Et c'est exactement ce qui se passe dans le monde, aujourd'hui. Le nom de Mandela est chanté partout sur toutes les télévisions occidentales, car eux mêmes, ils savent comment il nous a trahis.

Donc pour revenir à la photo que j'ai choisie, et je crois que c'est la réponse à la question que l'auteur de cette lettre pose sans cesse: "Pourquoi nous avez-vous trahis?". Ici, on voit Nelson Mandela et son grand ami, le Grand Maître de la loge des "Knights of Malta - Les chevaliers de Malte". Il s'agit d'une des nombreuses société secrètes qui compose la Franc-maçonnerie. Tout comme l'église catholique. Vous ne me croyez pas? Regardez ceci :

1. Voici la structure de la Franc-Maçonnerie, faites un zoom et vous verrez cette organisation. Ils sont juste avant le sommet de la pyramide, vers la droite :
http://sx44.ca/wp-content/uploads/2010/11/structure-of-freemasonry-by.jpg

2. Baladez-vous sur cette page, vous verrez tous les membres affiliés à cette loge: le Pape Benoît 16, la Reine d'Angleterre, le Roi Juan Carlos d'Espagne, et Mandela:
www.wesleytyler.com/2013/02/did-knights-of-malta-fire-pope-benedict.html

3. Baladez-vous aussi ici, et vous verrez la Reine d'Angleterre lors de son intronisation:
www.davidicke.com/forum/showthread.php?t=169225

4. Thabo Mbeki, le successeur de Mandela, lors de son intronisation à la même secte. Et sachez que la plupart des dirigeants Sud-Africains ont appartenu à cette secte :
http://i43.photobucket.com/albums/e372/tlthe5th/knights/ThaboMbeki.jpg

5. Un timbre a même été sorti à la mémoire de Nelson Mandela. Les citoyens Sud-Africains lambda utilisent ce timbre, mais sont-ils seulement conscients de ce qu'il représente ? :
www.redicecreations.com/winterwonderland/orderstjohnmandela.jpg

6. Cerise sur le gâteau, la liste des personnalités appartenant à cet ordre. Vous trouverez les noms de Thabo Mbeki, Georges Bush, Bill Clinton, Valery Giscar d'Estaing, Tony Blair, Berlusconi, etc.:
a. www.biblebelievers.org.au/kmlst1.htm

b.www.orderofmalta.int/wp-content/uploads/2011/08/Chevalier-de-Malte-château-de-Versailles-Joel-Flescher.jpg

Qu'en pensez-vous la Famille, quelle vision du monde avez-vous à présent? Dans un prochain article, je déconstruirai l'image de Dictateur qu'on a collé à Robert Mugabe. Car l'Occident fonctionne toujours avec les mêmes méthodes : mettre les méchants ou tous ceux qui ont trahi leur peuple en avant, tandis que tous ceux qui ont combattu pour leur peuple, sont salis, insultés, traités de tous les noms et ensuite jetés aux oubliettes de l'Histoire.

Mugabe est tout le contraire de ce Nelson Mandela. Je vous expliquerai pourquoi, dans une prochaine publication. Et c'est la raison pour laquelle quand les médias ont annoncé que ses deux filles le poursuivaient en justice pour une affaire d'argent, il y a 3 semaines, je n'ai rien dit. Car elles seules savent qui étaient réellement leur père.

Méfiez-vous aussi de ce Martin Luther King et de ce Ghandi que tous les médias occidentaux nous présentent comme les libérateurs de leurs peuples respectifs. Eux aussi, il a une histoire sécrète derrière eux. Je vous le démontrerai prochainement... promis, juré !

Si vous avez encore un peu de jus, j'ai mis une petite vidéo intitulé "Afrique du Sud: Que la Chasse aux Blancs commence!" qui illustre bien la situation explosive de l'Afrique du Sud dont on nous vend le mirage économique.

Les amis, juste un détail que je n'avais pas précisé. Pour faire simple la richesse en Afrique du Sud est distribuée de cette façon: La minorité Blanche (8% de la population) possède 80% des richesses de ce pays et le reste (les Noirs 79%, les Colorés 8%, les Indiens et Asiatiques 2.5%) doivent se partager les 20% restants. Si vous ne connaissiez pas bien l'Afrique du Sud, voici à quoi elle ressemble. Les Noirs ont conquis le pouvoir politique, mais le pouvoir économique reste aux mains des Blancs.

=>http://4.bp.blogspot.com/-cLnVWHJFp6c/T0Vhyoa5f1I/AAAAAAAAAN0/UYe2Ta2iQM4/s1600/poverty-and-social-unrest-in-south-africa+(1).jpeg

Tout ceci grâce à ce Nelson Mandela!


Par King Shabaka
Envoyé par Fernand AGBO DINDE

02:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

29/06/2013

Poste de Côte d’Ivoire

Les agents en colère, menacent


29 juin 2013

Les agents de la poste de Côte d’Ivoire ne sont pas du tout contents, alors pas du tout. Ils l’ont fait savoir au cours d’une assemblée générale qu’ils ont tenue récemment à la grande poste d’Abidjan Plateau. Selon N’Dri Kouadio Christophe, secrétaire général du Syntraposte (Syndicat national des travailleurs de la poste de Côte d’Ivoire) la situation est très grave dans la maison. Car, certains services de la poste viennent d’être attribués à ses concurrents dans le domaine du transfèrement d’argent. « Aujourd’hui, la réalité est implacable devant nous ; aucune trésorerie n’est disponible dans nos bureaux car les sociétés de téléphonie ont littéralement pris tout le marché. Et la poste vient par ailleurs de signer un accord pour devenir sous-agent d’Orange Money. Si nous ne faisons rien, la poste va disparaître », a-t-il déploré.

 

A en croire N’Dri Kouadio Christophe, ce contrat qui vient d’être signé va tout simplement ‘’tuer’’ la poste. Dénonçant la mauvaise gestion au sein de la structure et le retard accusé pour le paiement des salaires du mois de juin, le secrétaire général a fait savoir que si cela se repète en juillet, ils se feront entendre par tous les moyens, même s’il faut interpeller le Président de la République.

Venu soutenir ses collègues, Aké Siméon, secrétaire général du Syncaposte a revelé que jusque-là aucune des promesses faites pour redresser le secteur a été tenue.

 

Pour lui, cette situation infortunée que vivent les agents de la poste dépasse le Dg. C’est pourquoi, il faut aller au sommet, c’est-à-dire solliciter une rencontre avec le ministre de tutelle pour savoir ce qui ne va pas. Venus de tous les coins du pays pour prendre part à cette AG, les postiers ont d’abord félicité le Président de la République, Alassane Ouattara pour le plan de redressement de la poste qu’il a mis en place, avant de demander qu’il aille jusqu’au bout. Notons que depuis le 4 janvier 2013, l’Etat de Côte d’Ivoire a validé en conseil des ministres extraordinaire, le plan de redressement opérationnel et financier de la poste, au grand bonheur des postiers qui ont d’ailleurs poussé un ouf de soulagement. Ceux-ci ont salué cet évènement qui devrait leur faire espérer en des lendemains meilleurs. Mais pour eux, cela reste encore une utopie.


Lazare Kouadio

rapporté par Woyô-Mogô Beugre

22:56 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Nouveau traité de Défense entre Paris et Abidjan

La Françafrique de papa réhabilitée

 

Hollande et Ouattara : continuité parfaite du sarkozysme militant.

Hollande et Ouattara : continuité parfaite du sarkozysme militant.Nouveau Courrier a pu consulter l’avis de la Commission Défense de l’Assemblée nationale française, qui date du 14 avril dernier, sur la ratification du nouveau partenariat militaire entre la Côte d’Ivoire et l’ancienne (?) puissance colonisatrice. Un texte qui marque une continuité sans nuance avec l’ère Sarkozy. Et qui place l’ex 43ème BIMA au cœur de la stratégie d’influence de Paris en Afrique de l’Ouest.

C’est un texte parlementaire français que Le Nouveau Courrier a pu consulter. Un « avis parlementaire » fait au nom de la Commission Défense de l’Assemblée nationale sur le projet de loi autorisant la ratification du traité de défense entre Paris et Abidjan. Enregistré le 14 avril dernier, c’est-à-dire il y a un mois, ce texte signifie que la date du vote du texte « unissant » de nouveau, 53 ans après les indépendances, l’armée de la patrie dite « des droits de l’Homme » et les FRCI, qui viennent encore d’être accusées par les Etats-Unis des pires exactions, y compris des crimes de torture caractérisés, se rapproche inexorablement. Il permet aussi de constater la permanence de la politique française de Nicolas Sarkozy à François Hollande…

 

C’est ainsi que le rapporteur qui a centralisé la rédaction de cet avis est Bernard Deflesselles, un député… UMP, c’est-à-dire de l’opposition. C’est en général quand un projet de loi est consensuel qu’une telle configuration est retenue. Il faut toujours se le rappeler : la gauche et la droite de gouvernement ont des vues totalement convergentes sur la Côte d’Ivoire, et soutiennent Ouattara en dépit des crimes de ses troupes. La preuve : après l’exposé du rapporteur, il n’y a eu que deux questions d’ordre totalement général sur le point sur les livraisons d’armes (pour l’instant officiellement mise en parenthèses pour cause d’embargo), le coût de la coopération militaire française (2 millions d’euros pour le volet structurel), et sur le point sur la coopération en termes de renseignement (qui « reprend à peine », selon le rapporteur). Rien de fondamental, donc. Aucune sorte de considération critique sur la nature du régime que soutient la France moins de 20 ans après s’être compromise au Rwanda ! Le rapporteur a lui-même rédigé son document après avoir auditionné un seul homme : le colonel Marc Conruyt, chef du bureau Afrique à l’état-major des armées en France.

 

La présence française en Côte d’Ivoire est-elle désormais permanente ?

Alors que les autorités hexagonales avaient communiqué, sous Sarkozy, sur une fermeture définitive de leur base militaire permanente en Côte d’Ivoire, le 43ème BIMA, il semble que la force Licorne soit installée dans une sorte de « temporaire-définitif », à l’image de l’opération Epervier stationnée au Tchad provisoirement… depuis 1986. « Pour la France, l’appui logistique que constitue sa base de Port-Bouët, qui héberge la force Licorne, a montré toute son utilité depuis le déclenchement de l’opération Serval au Mali. La constitution d’un second pôle de stabilité francophone en Afrique de l’Ouest, avec le Sénégal, est d’autant plus importante dans un contexte de crise dans la région sahélienne », écrit le rapporteur Deflesselles. La force Licorne est présentée comme « un outil stratégique pour la France », dont la mission est de défendre les ressortissants français en Côte d’Ivoire, de « tenir une position de vigilance liée aux événements au Mali » et d’accompagner « la reconstruction de l’armée ivoirienne ». L’accord, qui est conclu pour une période de cinq ans renégociable non par tacite reconduction mais par un nouvel accord, prévoit la mise à disposition du camp de Port-Bouët, de la base abritant le détachement lagunaire et des champs de tir de Lomo Nord et de Grand-Bassam – les deux derniers à titre « temporaire » et « non exclusif ». Ce qui signifie que Licorne sera encore là lors de la prochaine élection présidentielle…

 

Des conseillers français partout : la Françafrique de papa réhabilitée

Avant même la signature du nouvel accord de défense, les conseillers militaires français sont de retour à tous les étages, nous indique le rapport parlementaire. « Neuf coopérants permanents » sont présents avec leur famille pour piloter la restructuration d’une armée ivoirienne plus que jamais soumise au maître. Un conseiller français est détaché auprès d’Alassane Ouattara, un autre auprès de son Premier ministre. Deux conseillers sont « positionnés » à l’état-major des armées – l’un auprès du chef d’état-major Soumäïla Bakayoko, l’autre auprès du département des ressources humaines.  Un conseiller Service civique a été déployé. Un coopérant est placé auprès de l’armée de l’Air. Et un Comité de pilotage franco-ivoirien doit réfléchir à la politique de formation, notamment à la mise en place d’un « institut de recherche et de réflexion stratégique ». Un signe assez piquant du retour de l’ordre ancien ? L’article 8 du traité de Défense à venir stipule que les coopérants militaires français déployés en Côte d’Ivoire dans des missions de plus de six mois… porteront l’uniforme ivoirien ! Par ailleurs, la France est désignée au moins une fois dans le texte parlementaire consulté par Le Nouveau Courrier comme… la métropole !

 

Une autorisation de déploiement ou un vrai accord mutuellement profitable ?

A part le fait qu’il permet à la France de se déployer stratégiquement en Afrique de l’Ouest et de contrôler au plus près l’architecture de « la nouvelle armée ivoirienne », en quoi le nouveau « traité » de Défense sert-il les intérêts de la Côte d’Ivoire ? On a beau chercher, on ne voit pas. Contrairement à Djibouti, la Côte d’Ivoire n’est pas rémunérée pour mettre de vastes espaces à la disposition de l’armée ivoirienne. Si un pays étranger l’attaque, la France ne s’engage pas à l’aider à se défendre. Tout au plus peut-il y avoir des « échanges de vues » entre les deux pays. Le rapport parlementaire français du 14 avril dernier rappelle qu’Henri Bentégeat avait écarté « toute intervention à caractère automatique » dans le cadre de l’application des accords de Défense. « Ceci est conforme au droit international puisque celui-ci prévoit que les parties à un traité gardent la liberté d’apprécier le « casus federis », c’est-à-dire les circonstances de son application », justifient les parlementaires français. En gros, on applique quand ça nous arrange !

 

Nouveau traité de défense ou pas, les choses sont claires. Rédactrice exclusive des résolutions de l’ONU censées résoudre les crises africaines, la France est en réalité maîtresse d’elle-même et de ses différents engagements dans son ex-pré carré. Elle fait ce qui lui plaît, et les accords bilatéraux lui servent surtout à avoir des autorisations de déploiement dans des pays théoriquement souverains. Paris fait, hier comme aujourd’hui, ce qui lui plaît quand ça lui plaît. Pour l’instant, elle a choisi de travailler à la « restructuration » d’une armée dont les chefs sont accusés de crimes contre l’humanité par les défenseurs des droits de l’Homme.

Théophile Kouamouo

 

A lire aussi : Le traité de Défense Paris/Abidjan adopté en quelques secondes à l’Assemblée nationale française, malgré la nature du régime Ouattara

 

A télécharger en format PDF : L’intégralité du traité, de la page 3 à la page 7 du document

 

nouveaucourrier.net

22:56 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

28/06/2013

Pour crier leur déception et leur indignation

Des populations du Nord menacent d’accueillir Ouattara avec des sacs de noix de cajou

 

Passez vos commandes, c’est Ouattara qui paye ! (ou pas…)

Shlomit

 

Bonoua28 juin 2013  |  Notre Voie

Dans notre parution no 4431 des samedi 1er et dimanche 2 juin derniers, à la page 12, nous nous faisions écho de la déception des populations de Folon (département de Minignan) du pouvoir Ouattara. Les populations dénonçaient, en effet, le manque de routes et surtout la mévente des produits agricoles, tels que le coton et l’anacarde.

 

A l’approche de la visite du chef de l’Etat prévue du 2 au 8 juillet prochain dans la région des Savanes, les populations, cette fois-ci de Korhogo, expriment de plus en plus leur déception. Selon des sources jointes à Korhogo, des planteurs d’anacarde menacent d’accueillir Ouattara à l’aéroport avec des sacs de noix de cajou.

« Nous sommes entrain de nous organiser pour que chaque producteur de noix de cajou se rende à l’aéroport de Korhogo avec sa production de cajou. Nous voulons montrer au président nos souffrances et lui montrer que nos produits ne sont pas vus. Ce qui était vendu à l’époque entre deux cents le kilogramme (200 F/ kg) et quatre cents francs (400 F / kg) est vendu aujourd’hui à soixante quinze le kilogramme (75 F/ kg) voire cinquante francs (50 F / kg), et souvent même à crédit, » explique un jeune planteur qui nous a joint par téléphone.

De fait, les populations du Nord avaient beaucoup placé leur espoir en Ouattara, quand celui-ci a accédé au pouvoir. Elles avaient pensé que tout ce qui avait été détruit ou endommagé pendant la crise serait aussitôt réparé. Les populations croyaient dur comme fer que leurs seules cultures pérennes, le coton et l’anacarde, seraient mieux vendues que sous Bédié et Gbagbo.

C’est la déception totale. Les populations frontalières écoulent les noix de cajou dans les pays voisins, surtout au Mali où les prix d’achat sont plus alléchants. « Sous Gbagbo, le prix d’achat descendait souvent jusqu’à cent cinquante francs, mais jamais à cinquante francs ou soixante quinze francs. Pendant la crise, les prix chutaient souvent jusqu’à cent francs. Nous allons vendre directement nos produits au président. Nous l’attendons impatiemment, » ajoute un autre planteur de Korhogo.

 

Comme on le voit, il n’y a pas encore de « solution » pour les parents du Nord, d’Odienné à Bouna en passant par Boundiali, Korhogo, Ferké et Bondoukou.

 

Sam K. D

abidjan.net

12:28 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Procès en extradition du Ministre Justin Koné Katinan

En attendant le verdict du Juge Aboagye

 

28 juin 2013

ImageLe procès en extradition du Ministre Justin Katinan Koné, vient de connaître presque son terme avec la fin des dépositions des différentes parties et la clôture des débats entre les parties le 25 juin 2013.  Le juge attend les écritures des deux parties pour rendre sa décision. Il leur a fixé un calendrier obligatoire. Ainsi, l’avocat de la défense doit déposer ses écritures au plus tard le 9 Juillet 2013, alors que le procureur doit déposer les siennes deux semaines plus tard, soit le 24 Juillet 2013, date butoir. Le juge a fixé la date du 5 août 2013 pour rendre son verdict dans lequel il devra se prononcer sur 5 éléments importants :

 

  • Y-a-t-il un traité d’extradition entre la République du Ghana et celle de la Côte d’Ivoire ? ;
  • Les faits reprochés au Ministre KONE Katinan Justin constituent-ils en eux-mêmes une infraction au Ghana ?;
  • Les poursuites engagées contre le Ministre KONE Katinan n’ont-elles pas un mobile politique direct ou indirect ?;
  • Le Ministre Koné Katinan Justin pourrait-il bénéficier d’un jugement équitable dans son pays ? ;
  • Sa vie ne sera-t-elle pas menacée une fois extradé vers son pays ?

Une action en extradition ne peut prospérer que lorsque ces cinq conditions sont cumulativement réunies.

Entamé le 27 août 2012, suite à l’arrestation du ministre Katinan KONE quelques jours auparavant, soit le 24 Août, le procès avait été reporté plusieurs fois, à la demande du Procureur Ghanéen (Attorney), qui agit dans cette affaire par commission rogatoire, pour le compte de l’Etat Ivoirien.

Dans un souci d’informations, la commission juridique de la Coordination du FPI en exil, témoin de ce procès, revient, dans les lignes qui suivent, sur les points saillants de ce long procès.

(…)

La suite sur le blog de  steve beko

12:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

27/06/2013

Le président Macky Sall et l’homosexualité

27 juin 2013

Et devinez quel sujet a été au centre des propos de Barak Obama en déplacement au Sénégal: défendre le droit des homosexuels. écoutez en deux minutes l’intervention du président sénégalais, intelligente, diplomate et qui a fait ravaler au président américain sa salive, point n’est besoin de continuer la pub occidentale pour le moment ! Voilà une réponse digne donnée à Obama, livrée à l’Occident également et qui clôt pour quelques mois au moins- en attendant la vague prochaine- le débat sur l’homosexualité. A croire qu’Obama ne s’est déplacé que pour plaider la cause des minorités sexuelles, son seul message à l’Afrique en ces temps difficiles !

Sous le prétexte de l’égalité pour tous, en faisant l’impair sur la liberté et la fraternité, la communauté internationale se lance dans cette campagne obscène, la décadence généralisée, la Rome antique comme modèle de civilisation. « Tous égaux » c'est malheureusement comme « la laïcité pour tous », un catéchisme vide, sans foi ni loi... une liberté qu'on vous prend en vous forçant à un ersatz misérable de plaisir minable que vous ne désirez même pas...

Shlomit


20:16 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La Kandiattitude

27 juin 2013

Depuis le début des épreuves du bac, examens de passage en sixième, chaque fois que notre charmante ministre de l’éducation nationale s’exprime, c’est avec des fleurs… un peu comme les adoucissants qui accompagnent la lessive, ils ne servent pas à grand-chose, parfois irritent même la peau, mais laissent momentanément une note gaie et fleurie sur leur passage. Aussi, je vous livre le dernier berlingot adoucissant de Kandia : « Les élèves de maintenant ne lisent pas beaucoup de lecture ».

 

En fait cette chère ministre en jupons, s’exprime dans la langue de Molière avec un arrière goût biblique, hébraïque où il est normal d’utiliser verbe et substantif de la même racine ! « lire une lecture »serait tout à fait possible ; mais voilà, la Bible hébraïque, nous ramène 13 siècles avant notre ère avec Moïse! Alors de deux choses l’une, où Kandia est un fossile très bien conservé, où alors elle nous a caché ses diplômes d’archéologie biblique : elle fait tellement corps avec son sujet, que lorsqu’elle parle, elle gazouille comme Tsipora (l’oiseau, en hébreu)  la femme noire de Moïse !

 

Shlomit Abel

19:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Marine russe/Tartous:

la Défense dément les affirmations des médias

 

Le croiseur russe Petr Veliki dans la base navale de Tartous

Le croiseur russe Petr Veliki dans la base navale de Tartous (archive)Le ministère russe de la Défense a démenti jeudi les informations relayées par les médias locaux selon lesquelles la Marine russe aurait renoncé à sa base navale de Tartous en Syrie.

« Les informations selon lesquelles en raison l’escalade du conflit en Syrie, les navires de guerre russes se ravitailleraient à Beyrouth et non dans le port syrien de Tartous, qui abrite un point de ravitaillement matériel et technique, ne sont que pure invention », a indiqué le département militaire.

 

Plus tôt dans la journée l’hebdomadaire russe VPK, spécialisé dans la défense, avait rapporté que suite à la brusque escalade du conflit en Syrie la Marine russe était à la recherche de ports plus sûrs.

 

La base de Tartous est la seule base navale russe à l’étranger, hors ex-URSS. Créée conformément à un accord intergouvernemental soviéto-syrien de 1971, elle sert actuellement de point de ravitaillement matériel et technique de la marine russe. La 5e escadre soviétique de la Méditerranée, stationnée à Tartous, a été dissoute en 1991 et les navires de guerre russes ont rarement fait escale en Syrie après cette date.

fr.rian.ru

00:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

27 juin 2007, petite page d'histoire

Pourquoi Le président Gbagbo a été arrêté?

Pourquoi le guide libyen a été assassiné par les services secrets français?

 

Commençons par une date. Le 27 juin 2007, le président Laurent Gbagbo recevait le guide libyen Mouammar Kadhafi à Abidjan. La communauté internationale panique. Kadhafi leur pose problème. Tant qu’il est au pouvoir, l’immense richesse de la Libye leur échappe. Laurent Gbagbo leur pose aussi problème. Son arrivée au pouvoir favorise une prise de conscience des ivoiriens sur la nécessité de sauvegarder leur richesse en pétrole, gaz, cacao, café, caoutchouc, diamant, or…

SI, ces deux personnalités politiques africaines de premier plan se mettent ensemble, cela est perçu comme un danger par les occidentaux qui sentent aussitôt leurs intérêts menacés

 

Il faut se dire qu’au départ, les deux leaders n’étaient pas amis. Dramane Ouattara avait réussi à brouiller les relations entre la Côte d’Ivoire et la Libye. Les rebelles et leur mentor avaient mis le guide Libyen de leurs côtés, prétextant que Laurent Gbagbo exterminait les populations musulmanes. Le Woody a bataillé dur pour rencontrer Kadhafi dans le désert libyen pour lui expliquer sa vision de la politique africaine : unité africaine ; maîtrise des ressources ; unification et valorisation des voies de communications ; industrialisation pour obtenir des produits finis à partir des matières premières…

 

Les occidentaux ont donc conclu qu’il fallait absolument éliminer Laurent Gbagbo et Kadhafi pour ne pas perdre le contrôle et l’exploitation des immenses richesses du continent africain. C’est la résultante de cette politique qui a conduit au bombardement, à l’arrestation du président Laurent Gbagbo et à l’assassinat du guide libyen par les services secrets français.

 

En ce jour anniversaire de la visite de Mouammar Kadhafi en Côte, le 27 juin 2007, je suis heureux de vous montrer les images de la rencontre. Je voudrais à cette occasion vous demander d’avoir une pensée pieuse pour le repos de l’âme de Kadhafi qui a beaucoup apporté à son peuple et à l’Afrique. Je vous demande aussi de prier et de jeûner pour la libération du président Laurent Gbagbo, son épouse Simone, son fils Michel ainsi que tous les prisonniers politiques qui croupissent dans les prisons dramanistes.

 

Ano Nianzou

00:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

26/06/2013

Syrie : mauvaise nouvelle

La Russie retire son personnel militaire et civil de Tartous

 

 marins russes à Tartous

Marins Russes à Tartous26 juin 2013

Faiblesse ? Lâcheté ? Manque de confiance ? Est-ce un deal avec le gang des barbares pour que le président Bachar al-Assad soit maintenu au pouvoir alors que le coup d’Etat occidental, dure depuis deux ans ou alors la Russie le laisse tomber ? J’avoue ne pas avoir la réponse et surtout, je ne comprends pas ce qui se passe en Russie après tous les évènements tristes qu’ont perpétré les Occidentaux à travers le monde. Irak, Libye etc. Comment et pourquoi la Russie annonce le retrait de son personnel de la seule base militaire qu’elle a en mer Méditerranée ? N’est-ce pas là, l’acceptation d’une invasion de la Syrie par ces tueurs sans foi ni loi qui s’associeraient, bien entendu, avec ceux qui sévissent actuellement sur place ?

 

Depuis  7 h, ce matin, les médias russes sont en ébullition, après les révélations du journal russe Vedomosti. Ils ne comprennent pas, sont déçus par Vladimir Poutine, aussi bien sur ce cas de Tartous, que de celui du sort de l’ancien agent de la CIA et de la NSA, Edward Snowden. Les chroniqueurs russes disent que Poutine a fait preuve de faiblesse et devrait même accorder l’asile politique à l’Américain pour montrer sa fermeté face aux tueurs en série d’Occident, d’autant plus que cet homme a été bénéfique pour toute l’humanité…

C’est de la bouche même du vice-ministre des Affaires étrangères russe, Mikhaïl Bogdanov, que l’annonce officielle stipulant que tous les militaires russes et les civils, qui sont stationnés sur la base militaire de Tartous, en Syrie, vont quitter le pays. Selon Bogdanov, la base de Tartous n’a aucune valeur militaire importante. Ah bon ? Ainsi, dénoncent les médias russes, comme en Irak puis en Libye, le Kremlin, après ses cris de souveraineté et tutti quanti, a donc baissé les bras et passe à une autre étape, une nouvelle étape vers la livraison de la Syrie aux monstres.

 

Lâcher Tartous c’est laisser tomber la Syrie et, Vladimir Poutine, après avoir laissé la population libyenne être massacrée par l’OTAN, sera responsable du massacre des Syriens. Les bras m’en tombent…

Quid des pourparlers de Genève II ?

Peut-on laisser ainsi les Américains faire la loi partout ?

 

allainjules.com

21:12 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Des journalistes français à la rencontre des FRCI

10 juin 2013  |  Le Patriote

 

Cette nouvelle m’avait échappée. Je n’avais jamais entendu parler de cette Association de Journalistes de défense, ici quelques renseignements ; à la lecture des CV et du look de son Président, gageons qu’ils sont au journalisme ce que Jean-Marc Simon était à la diplomatie, des gros bras du quai d’Orsay et des lobbies financiers…Un journaliste rend compte d’une situation, analyse, porte un éclairage sur un conflit, ici ces français “ordinaires” sont chargés de « voir » avec des lunettes grossissantes les progrès accomplis, –on ne nous dit pas dans quel domaine: sécurité, éthique militaire, résorption du chômage, reprise économique, libérations des opposants, réconciliation, etc...-, et l’avancée spectaculaire de la démocratie. A quand le prix Nobel de la paix au démocrate Ouattara? Sachant qu’il est malade , il serait urgent d’y penser rapidement!

Shlomit

 

Bruno Fanucchi, nouveau président de l'Association des journalistes de défense

L’association des Journalistes de Défense (AJD) séjourne en Côte d’Ivoire depuis le 03 juin 2013.

La mission du président Bruno Fanucchi est venue à la rencontre des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI).

 

Ce séjour en terre africaine et particulièrement en Côte d’Ivoire, devrait assurément permettre aux hôtes français de mieux s’imprégner des progrès réalisés par les autorités ivoiriennes, en très peu de temps après la crise postélectorale.

 

abidjan.net

 

21:02 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |