Shlomit
topblog Ivoire blogs

28/02/2012

L'Hommage d'Accra

Gomont rallonge la liste des exiles morts par la faute de Ouattara

 

28 février 2012    Gomont Diagou / EX maire de Cocody

L’émotion était grande le 23 Février dernier à Accra, date à laquelle les membres de la Coordination FPI en Exil dirigé par  le Dr Assoa Adou ont choisi pour rendre un dernier hommage à leur camarade de lutte Jean Baptiste Gomont  Diagou, maire de Cocody, décédé le 20 Février 2012 des suites d’un arrêt cardiaque.

 

Pour l’occasion, tous les cadres et militants du FPI en exil dans la sous-région Ouest africaine, les membres de la Coalition des Patriotes Ivoiriens en Exil,  et beaucoup d’autres ivoiriens résidents ou en exil au Ghana ont effectué le déplacement.

C’est autour de 17h 30 que le corbillard qui transportait la dépouille mortelle du Maire de Cocody s’est immobilisé devant la chapelle, dans laquelle devait se tenir la cérémonie d’adieu à l’homme qui a mis la moitié de sa vie au service d’une cause : celle de transformer la Côte d’Ivoire en un Etat de Droit, en une nation  au plein sens du terme.

Après la prière de requiem au Funeral Homes de Tema Lashibi, la parole est revenue à M. Guédé Zadi, ex-DG de la Société des Palaces de Côte d’Ivoire, Maire de Guibéroua. Dans son intervention / témoignage, M. Guédé a mis en exergue les qualités d’homme de conviction et d’ouverture, d’homme courageux et rassembleur du défunt. Pour le Maire de Guibèroua, le rappel à Dieu du maire de Cocody,  Président de l’Association des Maires Socialistes de Côte d’Ivoire est une grande perte pour son parti, le FPI, pour ses collègues maires socialistes et pour la Côte d’Ivoire. Il a cependant conclu que « le camarade Jean Baptiste Gomont Diagou n’est pas mort » car dit-il, « Gomon restera à jamais dans la mémoire des combattants pour la liberté ».

 

Dans un message à la fois ferme et émouvant, Dr Assoa Adou, Président de la Coordination FPI en Exil a d’abord salué la mémoire de l’illustre disparu avant de dénoncer les circonstances dans lesquelles M. Gomon a perdu la vie. Selon le Dr Assoa, cette mort vient rallonger la liste des cadres du FPI qui sont décédés en exil par la faute d’un homme, Dramane Ouattara. Le président de la Coordination a rappelé à son auditoire, et à travers celui-ci  aux ivoiriens et à la communauté internationale que ces pertes importantes dans les rangs des pro-Gbagbo sont la conséquence du gèle de leurs avoirs, de l’occupation illégale de leurs biens meubles et immeubles en Côte d’Ivoire et à travers le monde depuis bientôt un an. Selon le Dr Assoa, ces décès causés par le stress quotidien, sont donc liés aux conditions difficiles dans lesquelles se sont retrouvés tous les cadres du FPI/CNRD et les pro-Gbagbo en généra, au lendemain de la chute de leur leader, sous les bombes de la France de Sarkozy.

 

Pendant les dix années où le président Gbagbo était au pouvoir, rappelle le président de la Coordination FPI en exil, cette volonté de mettre à mort les cadres de l’opposition n’avait jamais effleuré son esprit. Au contraire, soutient Dr Assoa, le Président Gbagbo a fait rentrer  Bédié et Ouattara de leurs exils volontaires et les a mis dans des conditions qui leur permettaient de bien jouer leur rôle d’opposants. C’est par des mots de soutien à la famille, représentée par l’ainé des Diagou, que la cérémonie a pris fin.

La dépouille de Gomont est partie de la chapelle à travers une haie spontanément mise en place par ses camarades de lutte sous des acclamations, des pleurs et dans la douleur.

 

Arsène DOGBA

11:10 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.