Shlomit
topblog Ivoire blogs

31/01/2012

l'acte à poser : refuser de payer la dette

Comment le FMI fabrique la misère et la cache sous le tapis ?

 

31/01/2012

Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), s'est rendue au Nigeria, puis au Niger du 18 décembre au 22 décembre 2011.

Sa visite au Niger avait pour objectif d' « assurer l'avenir économique du Niger dans une conjoncture mondiale incertaine  ». Pour cela, un véritable tapis rouge a été déployé : Mme Lagarde a pu rencontrer des représentants des institutions financières et du secteur privé, prendre part à un conseil des ministres et prononcer un discours à la chaire de l'Assemblée Nationale. Pas étonnant dans ces conditions qu'elle se dise « très satisfaite du degré de coopération du partenariat qui existe entre le Niger et le FMI. Nous sommes en accord sur l'essentiel ».

Qu'importe la langue de bois, main basse sur les ressources

A Niamey, devant le président nigérien Mahamadou Issoufou, Christine Lagarde a déclaré que « le Niger se trouve à un moment décisif de son évolution (...) Il faut se rendre à la difficile évidence que relativement peu de pays ont réussi à bien gérer leurs ressources naturelles » dénonçant « les investisseurs peu scrupuleux qui ont investi au détriment des populations locales ». Pour le FMI la solution réside alors dans l'utilisation « avec intelligence et précaution, [de façon] durable et soutenable, des ressources naturelles au bénéfice du plus grand nombre ».

Ce n'est pas un hasard si pour sa première visite en Afrique Mme Lagarde, ancienne ministre française de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi, s'est rendue au Niger. Ancienne colonie française, le pays constitue le pré-carré de la Cogema puis d'Areva qui, depuis des décennies, exploitent de manière peu scrupuleuse l'uranium. Le nucléaire, question clé de la campagne présidentielle française de 2012 a très largement besoin de l'uranium nigérien : près d'un tiers de l'uranium des centrales nucléaires françaises provient du Niger. Le pays est le premier fournisseur d'Areva : la moitié de sa production de 2010 était assurée par ses sites nigériens ... La multinationale française loin d'exploiter les ressources du Niger de manière intelligente, durable, soutenable, et au profit du plus grand nombre est largement responsable d'un énorme scandale écologique et social. En décembre 2003, la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) a effectué une mission scientifique au Niger afin d'enquêter sur l'impact radiologique des activités d'extraction de l'uranium conduites depuis plus de 40 ans par des filiales du groupe Areva. « Bien que le matériel de mesure ait été confisqué par les autorités, [cette enquête a permis de] mettre en évidence des pollutions radioactives manifestes, dans la région des villes d'Arlit et Akokan notamment. Les travailleurs des mines d'uranium sont exposés à la radioactivité, mais la contamination de l'air, de l'eau, des sols, au voisinage des mines expose en réalité l'ensemble de la population à des radiations. Il s'agit de faibles doses, mais qui peuvent à la longue avoir des conséquences sanitaires multiples. » [1]

Last but not least, le Niger est devenu en novembre 2011 producteur de pétrole avec des sites de forages dans l'est du pays.

Grâce à la surexploitation de ses ressources naturelles et à l'abandon de sa souveraineté politique et économique, le Niger pourrait connaître en 2012 l'une des plus fortes croissances économiques du monde (14%) ... de quoi faire des envieux dans le contexte de marasme économique mondial.
 
Austérité mon amour

Lors de sa visite, Mme Lagarde s'est également rendue à Boubon, à l'ouest de Niamey, où elle a rencontré des potières qui font la renommée de ce village. Elle y a joyeusement déclarée que le FMI « n'est pas seulement une institution désincarnée qui prescrit des mesures d'austérité à travers le monde  » il est « très sensible aux particularités  » de chaque pays ... Malheureusement pour Madame Lagarde, le FMI ne trompe aujourd'hui plus personne, et si c'est dans les vieux pots qu'on fait les bonnes soupes, cette visite au Niger n'annonce rien de bon pour la population qui va une fois de plus payer les pots cassés des mesures d'austérités drastiques.

Le Niger est l'un des pays les plus pauvre de la planète avec 16 millions d'habitants dont six millions sont menacés par la famine. Il apparaît quelque peu cynique pour la directrice générale du FMI d'expliquer que la pauvreté et la famine sont le fâcheux résultat d'une mauvaise météo : « la vie n'est pas toujours facile, je sais que les questions alimentaires en particulier sont un vrai problème, la saison des pluies a été faible ». Le FMI ne fait pas le beau temps et il est en grande partie responsable de la crise alimentaire qui touche de nombreux pays du Sud. Dès le début des années 80, le FMI et son amie la Banque mondiale ont contraint les pays du Sud à adopter des politiques d'ajustement structurel qui se sont révélées dramatiques à de nombreux égards : réduction des surfaces destinées aux cultures vivrières et spécialisation dans un ou deux produits d'exportation, fin des systèmes de stabilisation des prix, abandon de l'autosuffisance en céréales, fragilisation des économies par une extrême dépendance aux évolutions des marchés mondiaux, forte réduction des budgets sociaux, suppression des subventions aux produits de base, ouverture des marchés et mise en concurrence déloyale des petits producteurs locaux avec des sociétés transnationales... [2]
 
Du Sud au Nord, le FMI est responsable de la crise

Le FMI semble s'inquiéter d'une « conjoncture mondiale incertaine », or il est largement responsable de la crise de la dette qui touche les pays du Nord comme ceux du Sud.

La crise de la dette que connaît aujourd'hui l'Europe contient les même ingrédients que celle qui frappe les pays du Sud depuis les années 80 ... Le FMI a lancé il y a quelques jours (le 18 janvier 2012) un appel pour collecter plus de 500 milliards de dollars pour faire face à la crise de la dette en zone euro. Le FMI intervient en Europe au sein de la Troïka (avec la Banque centrale et la commission européenne) en octroyant des prêts aux pays sur-endettés pour que ceux-ci puissent rembourser les banques privées (dans le cas de la dette espagnole, italienne, grecque et portugaises, les banques privées créancières sont principalement allemandes et françaises, ce qui explique en partie l'agitation du couple Merkel-Sarkozy, occupé à sauver les banques privées de leurs pays ....) En échange des prêts du FMI, les états surendettés doivent se soumettre à un plan d'austérité, dont le contenu est bien connu des peuples du Sud : privatisation, licenciement des fonctionnaires, augmentation de la TVA, etc.

Bref difficile de croire que le FMI « n'est pas seulement une institution désincarnée qui prescrit des mesures d'austérité à travers le monde  » , l'histoire montre simplement le contraire.

La crise de la dette en Europe a remis l'institution sur pied car depuis les années 2000 elle était bien mal en point. D'une part, le FMI s'était fait une très mauvaise réputation en raison des plans d'austérité sévère qu'il a imposés aux pays du Sud et dans les années 2000, différentes luttes populaires ont poussé des gouvernements, comme celui de l'Argentine, à mettre l'institution à la porte. D'autre part, à partir de 2004, la conjoncture favorable des prix des matières premières a permis à de nombreux pays (tels que l'Algérie, le Brésil, le Venezuela ou la Russie) de se défaire de ses engagements avec le FMI par des remboursements anticipés. Ainsi en quelques années, les montants des prêts du FMI ont brutalement chuté, passant en 2003 de 107 milliards de dollars à 16 milliards de dollars en 2007. Au moment ou Dominique Strauss Kahn en a pris les rênes 15% du personnel soit 380 personnes ont été licenciées et l'institution a été contrainte de vendre une partie de son stock d'or.

En avril 2009, le G20 de Londres décide de confier au FMI le rôle principal de gestionnaire de la crise de la dette en Europe et de porter à 750 milliards sa capacité de prêt qui était de 250 milliards. Fin 2011, les montants des prêts du FMI s'élèvent à 254 milliards de dollars ... de quoi retrouver d'importants bénéfices ...

 

Quand les peuples refusent de payer la dette, l'austérité recule

La dette est un mécanisme d'accaparement des richesses. Pour refuser l'austérité il parait essentiel de se pencher sur la question du remboursement de la dette et de mener des audits citoyens [3]. Des exemples existent et ils montrent qu'il est possible pour les citoyen-ne-s de proposer des alternatives. Quand les peuples refusent de payer la dette, c'est l'austérité qui recule et les droits sociaux qui reprennent le dessus.

 

En Équateur, en 2007 le pouvoir exécutif décide de mettre en place une commission d'audit intégral sur la dette portant sur la période 1976-2006. A l'issue de ce travail, le président de l'Équateur a déclaré qu'il ne paierait pas la part de la dette commerciale jugée illégitime. L'audit a permis à l'Equateur de racheter pour 900 millions de dollars des titres qui en valaient 3,2 milliards. Résultat : une économie cumulée entre capital et intérêts d'environ 7 milliards de dollars. Ces sommes ont été réinvesties dans les dépenses sociales et notamment dans la santé, l'éducation et les aides sociales. Par ailleurs, la part du budget de l'Etat pour le paiement de la dette est passée de 32% à 15% et celle concernant les dépenses sociales de 12 à 25%.

 

L'Islande, le seul pays européen qui a rejeté par un référendum citoyen le sauvetage des banques privées, laissant s'effondrer certaines d'entre elles et jugeant de nombreux banquiers pour leurs crimes financiers connaît des perspectives économiques pour 2012 tout à fait intéressantes. Le pays a terminé l'année 2011 avec une croissance économique de 2,1% et selon les prévisions de la Commission européenne, il connaitra un taux de croissance trois fois supérieure à celui de l'Union Européenne en 2012. Loin de faire de la croissance un cheval de bataille, il est quand même intéressant d'observer que le pays qui atteint la sacro-sainte croissance tant vantée par le FMI et ses compères est celui qui refuse de payer pour les banquiers...

 

Eux ou nous ... Il n'y a pas vingt chemins pour se réapproprier notre souveraineté politique et économique. Il faut exiger de toute urgence l'ouverture des livres de comptes et refuser de payer la dette, le sauvetage des banques, la baisse des impôts des plus riches et des grandes entreprises.

Ce n'est pas un choix, puisqu'il s'agit en clair de nos écoles, nos hôpitaux, nos emplois, nos droits ou de leurs profits. Nous devons avancer, en solidarité avec tous les peuples du monde, vers une vraie démocratie où l'intérêt commun, le partage des richesses et les droits sociaux sont inaliénables. L'acte un reste à poser : nous devons refuser de payer la dette aux créanciers !

 


 

Notes

|1| http://www.criirad.org/actualites/d...
|2| Lire : Le CADTM pointe les responsabilités des mesures imposées par le FMI et la Banque mondiale dans la catastrophe alimentaire mondiale. http://www.cadtm.org/Le-CADTM-pointe-les
|3| http://www.audit-citoyen.org/

Articles de Pauline Imbach publiés par Mondialisation.ca 

 

cameroonvoice

23:57 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Du golfe du Tonkin au golfe Persique

de l'USS Maddox à l'USS Enterprise, prélude à une nouvelle agression américaine

 

Porte-avions USS Enterprise

Porte-avions USS Enterprise31 janvier 2012

C’est à se demander si c’est du lard ou du cochon. Si vous avez oublié votre Histoire du Lycée, je vous invite à aller réviser les incidents dits du « Golfe du Tonkin ».

 

Le 2 et 4 aout 1964, les USA ont prétendu avoir subi une attaque à la torpille contre le navire USS Maddox. En 1995, le General Vo Nguyen Giap, très bon ami de la France depuis Dien Bien Phu (1954), a déclaré que ses forces n’ont jamais attaqué les Américains. Plus tard, en 2005, la NSA déclassifie des documents dont un rapport interne datant de 2001 et selon lequel l’attaque du 4 aout n’a jamais eu lieu.


Ces attaques ont servi comme prétexte à la guerre du Vietnam causant 2 millions de morts chez les locaux et 50’000 morts US. Le cycle prétexte / guerre se perpétue de génération en génération. Les politiques et le complexe militaro-industriel s’enrichissent et les jeunes qui veulent « défendre leur patrie » partent au casse-pipe, massacrant au passage des populations civiles.

Aujourd’hui, les USA veulent la peau de l’Iran. Ce n’est ni le premier, ni le dernier pays qui subit leurs attaques. Dans 50 ans, à moins qu’ils aient fait faillite, ils seront encore en train de fabriquer des raisons pour attaquer d'autres pays.


Connaissant donc la méthode habituelle, on ne peut que s’inquiéter de l’envoi du vieux porte-avions Étasunien "USS Enterprise" dans le golf Persique (1). Ce porte avion a été commandé en 1957 et a été commissionné en 1961. Arrivant à la fin de sa vie, son démantèlement est prévu pour l’année prochaine. Ce navire est propulsé par des turbines à vapeur prenant leur énergie dans 8 réacteurs nucléaires qui coûtent très cher à démanteler.


L’idée d’aller l’agiter sous le nez des Iraniens n’est pas totalement bête. Ces derniers pourraient se fâcher, s’en approcher et soudainement il explosera et coulera chez les Arabes. On est ultra proches du 11 septembre là. Donc la presse annonce que les Iraniens ont coulé l’USS Entreprise. On connait déjà la triste suite. Les veaux vont se faire entuber comme à chaque fois !

Réjouissons-nous de la guerre qui vient. Du chaos sortira la révolution...


fr.ria.ru

no-war.over-blog

23:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Psychose des coups d’État en Côte d'Ivoire

76 personnes arrêtées par la police libérienne.

Commando Beinguiste « Le régime Ouattara est en pleine panique »

Les ombres du Major Bamba et du Commando Beinguiste hanteraient-ils l’Ouest ivoirien, véritable Far west. Assurément, ces deux combattants empêcheraient le gouvernement Ouattara de dormir en créant en son sein, une véritable psychose de coups d’État.


Dans sa traque effrénée contre ces combattants qui ont promis frapper son régime et de le faire tomber, le régime Ouattara fait-il arrêter des chercheurs d’or libériens ?.

En effet, soixante-seize (76) ressortissants libériens et ivoiriens, chercheurs paisibles d’Or, selon le Commando Beinguiste, ont été arrêtés par la police du Libéria. Il on été arrêtés par lors d’une opération menée dans la matinée du vendredi 27 janvier 2012 dans l’un des camps de mineurs d’or de Zwedru (Liberia), située près du fleuve de Cavally à 31 km à l’est de la frontière ivoirienne et à 296 km au sud-est de Monrovia. Il s’agirait selon le régime d’Abidjan, de « mercenaires » s’apprêtant à faire un coup d’Etat en Côte d’Ivoire à partir du Liberia.

Ayant eu vent d’une prétendue arrestation de Combattants à l’Ouest, le Major Bamba et le Commando Beinguiste ont catégoriquement démenti l’information.


« Nous vaquons paisiblement à nos opérations militaires. Nous ne sommes en rien concernés par ces arrestations, qui n’ont rien à avoir avec nos combattants », a déclaré le Major Bamba, dont les hommes avaient frappé Taï le 15 septembre 2011, en infligeant 200 morts dans les rangs des FRCI.
Pour le Commando Beinguiste,
« C’est le signe que le pouvoir d’Abidjan est au bord de la panique. Aucun de nos combattants n’a été arrêté au Liberia. Ce sont de pauvres chercheurs d’or qu’on fait passer pour des faiseurs de coups d’Etat. C’est criminel. C’est la preuve que Ouattara est déjà déstabilisé. Mais nous n’avons encore rien fait, à par des tests militaires à Duekoué et Bangolo, qui se sont avérés très concluants. Notre prochain communiqué à la nation sera publié depuis les studios de la RTI».


Nous y reviendrons.

Memel Lafoi

22:59 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

des irrégularités dans cette république modèle?

Le Conseil constitutionnel annule les élections dans 11 circonscriptions

 

ABIDJAN LE 31 JANVIER 2012 © koaci.com - Les résultats des législatives ont été annulés dans 11 circonscriptions électorales par le Conseil constitutionnel ivoirien a annoncé ce mardi après midi, le président de cette institution, Francis Wodié, s’abstenant par ailleurs de publier la listes des concernées.
« Là où les faits ne sont pas établis, nous sommes amener à confirmer l’élection . De sorte que nous avons confirmé quelques 55 élections. Parce qu’il est dans le pouvoir du conseil ou de confirmer une élection ou d’en modifier de rectifier les résultats ou prononcer l’annulation d’une élection, sur la base des faits démontrés par le conseil comme existants, a ajouté le président du Conseil institutionnel précisant toute fois que l’institution a été saisie sur la validation des résultats de 66 circonscriptions électorales.

En attendant l’organisation d’élections partielles dans les 11 circonscriptions électorales concernées, Francis Wodié a reconnu que l’institution a mis du temps pour établir les faits « Nous attendions des requérants qu’ils prouvent les faits. La volonté du conseil était de vérifier si les élections sont régulières et sincères, parce que nous sommes dans un système de démocratie participative où il ya les électeurs les élus, le peuple et ses représentants. Il faut faire en sorte que la volonté exprimée par le peuple soit effectivement rendue par les urnes et les résultats, » s’est justifié Francis Wodié.

Le président du Conseil constitutionnel a également précisé que ces résultats seront transmis à la Commission électorale indépendante (CEI). « Notre devoir est de garantir les droits des citoyens en matière électorale. Les décisions sont prises par le Conseil constitutionnel, nous les avons communiqué comme la loi nous y oblige à la CEI qui va en tenir compte pour prendre les dernières décisions. Il y a des décisions que nous n’avons pas prises parce que les faits n’étaient pas établis, parce que ces faits n’étaient pas formellement reconnus par la loi comme constituant des irrégularités. Nous avons l’anomalie de certaines situations du point de vu du respect des principes fondamentaux de la démocratie et de l’étique républicaine, » a –t-il insisté.

Cependant, Francis Wodié prévient que prochainement le conseil se prononcera sur ces cas. Tout en s’élevant contre l’intrusion des forces armées dans l’élection législative, le président du Conseil constitutionnel a appelé les ivoiriens au respect du principe de séparation. Francis Wodié a également avoué que des personnes décédées ou absentes du pays ont voté lors des législatives du 11 décembre dernier.

Wassimagnon, KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com

 

koaci.com

22:24 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

la presse française moins béate pour le Préfet

Pourquoi la Presse française émet-elle aujourd’hui des doutes sur la victoire de Ouattara ?

31 janvier 2012

 

Comme si elle se réveillait de la léthargie d’une grande manipulation, la presse française (RFI, France 24, entre autres), qui aux temps critiques de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire supportait corps et âme le candidat du RDR, n’hésite plus à exposer désormais Ouattara comme un grand falsificateur et le perdant de l’élection présidentielle de 2010. Ce lundi 30 janvier 2012, Christophe Boisbouvier de RFI a tendu son micro au Cardinal Christian Tumi, évêque émérite de Douala, réputé pour son aversion pour la langue de bois. La conversation a porté sur les élections généralement truquées en Afrique, l’influence négative de la France en Afrique francophone, la fausse victoire de Ouattara en Côte d’Ivoire et la déportation du président Gbagbo à la Haye

 

Pour qui a suivi l’interview accordée à Ouattara ce 27 janvier par France 24, cet entretien avec le Cardinal Tumi n’est certainement pas fortuit. Il participe d’une détermination assurée de la presse française à exposer, enfin, l’imposture de Ouattara. En effet, c’est ce même Boisbouvier, qui, avec un autre journaliste français, s’est entretenu avec Ouattara à Paris au lendemain de la signature de l’accord de défense entre Sarkozy et Ouattara ; une interview dont Ouattara se serait bien passé, et qui relevait franchement ses inconstances par rapport à la sécurité, à la justice, au caractère régalien de son armée (FRCI), aux crimes des FRCI, au sort de Soro, au parti pris de la France, de l’ONU, et de la CPI, à la démocratie, à sa popularité au sein de la Côte d’Ivoire, à ses relations œdipiennes avec Sarkozy, etc.

Pourquoi la presse française ne se réveille-t-elle que maintenant ? Se serait-elle soudain rendu compte de l’utilisation dont elle a toujours fait l’objet, et désirerait-elle s’affranchir de l’emprise gouvernementale ? Cela reste fort improbable, car la presse française, qu’elle soit privée ou d’Etat, n’a jamais été libre. Elle est mondialement réputée pour son psittacisme du discours gouvernemental. Une autre éventualité serait que, anticipant la chute imminente de Sarkozy, la presse française décide de se désenvouter du poison de l’emprise UMPiste de ces 16 dernières années, afin de se préparer à l’écholalie d’un nouveau maître, socialiste cette fois-ci.

 

Quoi qu’il en soit, de cette contorsion se confirment deux faits : Ouattara est une imposture. Le vrai gagnant des élections présidentielles de 2010 est le président Gbagbo.

 

pourunecotedivoiresouverraine

22:17 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Ado raus !

ADO le PPG ou le Président Par Guerre doit libérer la CI ou nous allons la libérer


31 janvier 20121
ADO va brader encore nos banques aux français sous nos yeux

Ado ne fait que chercher crédit depuis qu’il est au pouvoir : Non seulement le tampiri de sindou n’a encore crée aucun emploi, mais pire il menace sérieusement les emplois de nos populations visées par des licenciements en cascade.

Aujourd’hui le mossi prétend faire un rattrapage pour nos parents du Nord alors qu’en réalité ADO fait un rattrapage pour les étrangers qui sont en train se s’offrir facilement la nationalité ivoirienne par Fraude. Fiers ivoiriens ADO le président par guerre ou PPG est le pire ennemi des ivoiriens car il veut faire massacrer mes parents du Nord par les autres ivoiriens

 

 Fiers patriotes ne ns laissons jamais distraire par ADO LE PPG


ADO étant venu par la guerre, j’ai l’impression que ce mossi veut précipiter son départ en provoquant une guerre civile entre nordistes et sudistes dans le seul but de faire taire les critiques contre son régime génocidaire . Pour moi le seul remède contre cette dictature est la RÉVOLUTION POPULAIRE, raison pour laquelle j’invite tous les patriotes ivoiriens dans les villes et villages à installer discrètement leurs Comites Locaux pour la Défense de la Démocratie et du peuple :

Avec ces comites nous allons organiser la résistance contre la barbarie mais aussi nous organiserons nos offensives à partir de nos villages, villes et quartiers.

 

ADO DOIT PARTIR PAR TOUS LES MOYENS.

Partagez ces infos à vos amis et parents qui ne sont pas connectés.

Ceci est un mot d’ordre patriotique.

Vive la COTE D’IVOIRE.

VIVE LAURENT GBAGBO

 

Moussa Zeguen Toure

20:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

grandes manoeuvres

31 janvier 2012

Les éléments des FRCI se replient de plus en plus à Bouaké.

Ainsi, ceux qui occupaient les bâtiments et les maisons de particuliers au corridor de Gesco et dans le même quartier ont tous plié bagages hier et ont mis le cap sur la capitale de la rébellion dans le centre.

D’autres mouvements de troupes sont attendus dans les jours à venir. Les chefs rebelles menacés d’être conduit à la CPI sont visiblement entrain de prendre leurs dispositions

 

Steve Beko

18:22 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

dégringolade

La plage de Bassam transformée en hôtel de passe

 

31 janvier 2012

Situé à environs 40 km d’Abidjan,  la belle cité balnéaire de Grand-Bassam est l’une des villes touristique de Côte d’Ivoire qui attire le plus grand nombre de visiteurs et de touristes étrangers. Cette ville possède en plus  de sites touristiques vestiges de la colonisation française et témoins de la migration et des mutations au sein des peuples autochtones, de très belles plages qui ne laissent pas indifférents et qui donnent aux touristes la sensation de se sentir chez eux.

Cependant, depuis quelque temps cette plage concurrence les nombreux hôtels de passe qui pullulent dans la ville car elle est devenue le lieu d’expression par excellence de la dépravation des mœurs, de la débauche et de la prostitution sous toutes ses facettes les plus immondes. Trouver des gens en plein ébats sexuels ou en entendre les râles et gémissements à caractères sexuels, est devenu monnaie courante et cela ne surprend plus personne dorénavant.

Partouzes, échangisme,  exhibitionnisme, homosexualité, nudisme… se pratique au  vu et au su de tout le monde sur la plage de Grand-Bassam.


Comment la plage s’est-elle transformée d’un lieu voué à la  contemplation de l’océan, propice au repos et à la nage, en un vulgaire hôtel de passe?    Pourquoi des hommes sensés entretiennent-ils des relations sexuelles sur la plage ?

Suivez nous dans ce dossier pour constater l’ampleur de ce phénomène de mœurs dans notre société.

 

Pour la suite cliquer ici

 

abidjandirect

18:18 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Ouattara à Paris

Une prise de parole problématique, par Théophile Kouamouo

 

30 janvier 2012

ouattara sarkozyDécidément, il faut se rendre à l’évidence. Anne Méaux, patronne de l’agence de communication Image 7, qui corrompait les patrons des médias français pour le compte du dictateur tunisien déchu Zine El Abidine Ben Ali, selon des révélations du Canard Enchaîné, et dont le client africain le plus en cour actuellement à Paris est Alassane Ouattara, fait du bon boulot. A chacune des (très nombreuses) visites en France de l’homme qui dirige aujourd’hui la Côte d’Ivoire, elle lui obtient nombre d’interviews et de plateaux télé. Du coup, l’on peut avoir l’impression (fâcheuse) que Ouattara s’exprime bien plus lorsqu’il est sur les bords de Seine que quand il se trouve sur les rives de la lagune Ebrié.

Anne Méaux assure une bonne visibilité médiatique à son client. Mais ses conseillers politiques gagneraient à s’inquiéter de toute urgence de la qualité de sa prise de parole. En effet, Alassane Ouattara, à chaque fois qu’il se trouve à l’étranger, porte de violents coups de hache à la cohésion nationale, et finit par dévaluer la parole présidentielle par ses approximations et ses incessants règlements de comptes politiciens, s’affranchissant sans scrupules de la vérité historique.

L’on se souvient ainsi qu’il avait affirmé, lors d’un séjour aux États-Unis, qu’Hermann Aboa avait appelé au meurtre des gens du Centre et du Nord dans son émission télévisée – ce qui était absolument faux – et que Laurent Gbagbo se trouvait dans la résidence présidentielle de Korhogo dans le cadre de sa détention – ce qui était tout aussi faux. Lors de sa visite d’Etat à Paris, l’ancien directeur général adjoint du FMI a récidivé.

 

Le génocide selon Alassane Ouattara

«Je viens d'abord remercier le président Sarkozy et son gouvernement pour l'intervention menée en avril sous mandat des Nations unies. Sans elle, il y aurait eu, en Côte d'Ivoire, un génocide pire qu'au Rwanda. Abidjan, c'est 6 millions d'habitants. Tel que c'était parti, on aurait pu avoir un million de personnes assassinées», a dit Ouattara au Monde. On ne relèvera pas la légèreté avec laquelle il manipule les chiffres pour frapper les esprits et joue de la politique-fiction mortifère. On oubliera de dire que c’est ce type de propos qui fonde les discours sur la barbarie noire et la mission civilisatrice blanche. On fera semblant d’ignorer que le seul génocide qui a eu lieu dans l’Afrique contemporaine s’est déroulé, au Rwanda, sous les yeux de l’armée française…

L’histoire nous apprend que les génocides sont des drames particuliers qui ont certaines caractéristiques : ils visent à faire disparaître une communauté ; ils sont préparés idéologiquement, logistiquement, et militairement sur une longue durée. Contre quelle ethnie ivoirienne un projet de génocide était-il donc mis en œuvre ? Par qui était-il mis en œuvre ? Comment ce projet s’est-il manifesté ? Il n’est absolument pas sérieux de prétendre des choses pareilles sans avoir répondu clairement à ces questions. Il est irresponsable de vouloir s’assurer le soutien inconditionnel d’un groupe ethnique en lui faisant croire qu’il a été – et donc qu’il est – menacé d’extinction. De plus, on a beau lire de fond en comble les rapports des organisations internationales de défense des droits de l’Homme sur la Côte d’Ivoire, l’on ne trouve nulle trace d’actes d’épuration ethnique lors de la guerre postélectorale en dehors de ce qui s’est passé dans l’Ouest ivoirien contre les Guérés. C’est là-bas que des milliers de personnes ont été triées sur la base de leurs cartes d’identité et exécutées. C’est là-bas que des villages entiers ont été incendiés, que les habitants ont été chassés, que les greniers ont été brûlés, que de nouvelles populations ont remplacé les anciennes.

 Interrogé à ce sujet par des journalistes français, Ouattara n’a cessé d’invoquer l’argument des affrontements interethniques, histoire de noyer la responsabilité des FRCI dans des considérations sociologiques alambiquées…

 

Le concept dangereux de «rattrapage ethnique»

Interrogé par L’Express sur la nomination de ressortissants du Nord à des postes-clés, Ouattara a répondu ceci : «Il s'agit d'un simple rattrapage. Sous Gbagbo, les communautés du Nord, soit 40 % de la population, étaient exclues des postes de responsabilité». Une fois de plus, les chiffres sont utilisés de manière légère pour servir une thèse douteuse. Mais ce n’est pas le plus important. Est-ce le rôle d’un chef de l’État d’alimenter le dolorisme ethnique qui aujourd’hui justifie toutes les dérives ? Quelles études scientifiques permettent à Ouattara d’affirmer qu’il y avait hier exclusion là où les personnalités les plus en vue de l’État reflétaient bien mieux la diversité nationale que ce que l’on voit aujourd’hui ? De plus, si l’exclusion d’une partie des Ivoiriens était avérée, la correction ne devrait-elle pas venir d’une politique transparente d’affirmative action dont un des objectifs serait notamment l’augmentation des taux de scolarisation, plus bas que la moyenne nationale, des fameuses «communautés du Nord» ? Laurent Gbagbo, dans son programme, prévoyait la réouverture des internats de jeunes filles dans les régions septentrionales du pays. A part la cession de la force publique à des «comzones», caporaux quasi analphabètes bardés de gris-gris au nom du «rattrapage», que propose Ouattara ?

 

La question de la liquidation des banques publiques

«Nous allons procéder à la liquidation des banques publiques. C’est ce que nous avons fait il y a 20 ans, malheureusement ces banques publiques sont revenues au premier plan. Je ne pense pas que la place de l’Etat soit nécessairement dans les banques. Nous allons donc, à nouveau, procéder à la liquidation des banques publiques qui s’apparentent souvent à des caisses pour les hommes politiques. L’Etat va se concentrer sur ses missions régaliennes», a affirmé Alassane Ouattara face au patronat français. Une fois de plus, la diabolisation de l’adversaire est instrumentalisée par Ouattara pour masquer un projet fondamentalement antinational – le fait que l’annonce soit faite notamment devant les patrons des banques françaises, est à ce titre révélateur.

Déjà, il faut remarquer que la seule banque d’Etat historique qui existe en Côte d’Ivoire est la Banque nationale d’investissement (BNI), anciennement Caisse autonome d’amortissement (CAA). Elle n’a pas été dissoute sous Ouattara quand il était Premier ministre, et elle a pris de la valeur entre 1993 et aujourd’hui. En cas de privatisation, elle vaudra donc plus cher que ce qu’elle aurait valu si elle avait été liquidée sans ménagement. La Versus Bank et la Banque pour le financement de l’agriculture (BFA) sont entrées dans le giron de l’Etat parce qu’elles étaient menacées dans leur survie, et parce qu’il ne fallait pas créer un effet domino en les laissant s’effondrer en pleine crise financière mondiale. Au Nigeria, dans les pays occidentaux, les gouvernements ont fait la même chose.

Dans le fond, l’histoire récente de la Côte d’Ivoire nous montre que les banques privées peuvent devenir frileuses en cas de crise grave. Si la BNI n’existait pas, certaines obligations de l’Etat n’auraient pas été honorées après le déclenchement de la rébellion. Est-ce être prévoyant que de se priver d’un tel instrument dans un pays qui demeure fragile ? Par ailleurs, alors que la Côte d’Ivoire ne peut manier l’arme monétaire pour mettre en œuvre une politique de relance économique, peut-elle se priver de banques qui peuvent appuyer sans rouspéter des programmes comme le Fonds national de soutien (FNS) soutenant les emplois-jeunes, ou des initiatives en faveur du vivrier ou des artisans ?

Ce qui est amusant dans tout cela, c’est qu’au moment où Ouattara se glorifie de livrer le secteur financier de son pays à la voracité des multinationales, son ami Nicolas Sarkozy annonce, dans le cadre d’une interview télévisée surmédiatisée, la création d’une banque publique destinée à soutenir l’industrie, qui sera une filiale de l’Oseo, tout aussi publique, qui appuie déjà les PME.

De son côté, François Hollande annonce que s’il était élu, il mettrait en place une Banque publique de l’investissement (BPI).

Un drôle d’économiste préside aux destinées du pays des Eléphants…

 

Théophile Kouamouo

 

nouveaucourrier

17:53 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

banque et poste, nouveaux services

Une banque propose sa nouvelle offre aux revenus modestes

Versus Bank.Publié le mardi 31 janvier 2012 | Le Temps –

 Les revenus modestes qui ont des difficultés à accéder aux services bancaires ont désormais la possibilité de bénéficier d’un accompagnement adaptée à la Bicici avec le Pack Trankil.

Lancée courant janvier, conjointement, dans quatre filiales de Bnp Paribas en Côte d’Ivoire, au Mali, au Burkina et au Sénégal, cette offre permet aux souscripteurs d’accéder à un compte à vue, d’une carte de retrait et à des services bancaires simples. C’est un produit «low cost» dont la simplicité permet une commercialisation au coût raisonnable de 1000 francs Cfa, prix largement inférieur au coût des packages d’entrée de gamme habituels. Par ce nouveau produit, c’est toute une catégorie de clientèle qui reçoit une réponse concrète à la satisfaction de ses besoins de base.

 

 Désormais, artisan, commerçant, ouvrier, étudiant, acteur du secteur informel, tous pourront bénéficier d’un accompagnement durant leur cycle de vie. Cette démarche démontre la volonté et l’engagement de la Bicici à s’impliquer dans le financement de tous les pans de l’économie. Avec les prêts aux entreprises et à l’Etat, en consolidant davantage, l’approche commerciale universelle de la banque.
B.M.

 

La Poste de Côte d’Ivoire : Plaidoyer pour un plan de redressement


Publié le mardi 31 janvier 2012 | Le Temps

S’il devait avoir une priorité pour le gouvernement en ce qui concerne la poste de Côte d’Ivoire, ce serait d’accorder une attention particulière au ‘’Plan de redressement opérationnel et financier’’ que s’apprête à défendre le ministre Koné Bruno des Mptic. Si ce plan est approuvé en conseil des ministres, la poste de Côte d’Ivoire pourrait sortir, enfin, de son laxisme, pour se tourner vers le modernisme. Ce plan à trois volets : institutionnel, opérationnel et financier a été dévoilé par la direction générale, le vendredi 27 janvier dans un restaurant de Treichville au cours d’un déjeuner à l’honneur des patrons de presse.

 Au plan institutionnel, il doit aboutir à la réglementation du secteur postal, si bien entendu un nouveau code des postes est adopté, qu’une convention de concession suivi d’un cahier de charges est mise en place, qu’un contrat de plan est établi, que sont reconstitués les services financiers postaux et enfin qu’une Autorité de régulation est mise sur pied. Voilà quelques clés du volet institutionnel qui, pense le Directeur général de cette société d’Etat, pourront ouvrir la porte qui donne sur «l’accroissement de la productivité et le rétablissement de l’autonomie financière à moyen et à long terme». C’est un volet important car il rendra «opérationnelle» la poste de Côte d’Ivoire.

Quant au volet financier, il vise bien évidemment l’assainissement financier et la reconstitution des capitaux propres. Autant de défis qui se dressent sur le parcours d’une Poste de Côte d’Ivoire qui aspire à sortir de plusieurs années de léthargie. Mais l’entreprise n’entend pas entamer ce noble combat, sans s’armer. Elle s’est dotée d’un attirail de produits (anciens et nouveaux) qui vont l’accompagner. Tout en restant fidèle aux produits de base que sont les boîtes postales qui verront leurs emplacements relookés, l’opération timbre-poste pour la rentrée scolaire, les points de livraison des colis à (diversifier), le réseau des machines à affranchir (à étendre), et la distribution de proximité.

La Poste de Côte d’Ivoire se projette également en avant pour tenter de tenir la dragée haute aux nouvelles technologies de l’information, des communications et télécommunications. Elle s’est donc dotée de produits nouveaux et de produits de partenariat. L’un de ces produits, le Seedad, permet à la poste de jouer un rôle d’intermédiaire dans la délivrance des actes administratifs. C’est-à-dire que l’usager n’a plus besoin d’effectuer des longs et coûteux déplacements pour se faire établir des documents administratifs, il peut désormais s’appuyer sur le réseau de la poste qui travaille en synergie avec les collectivités décentralisées, notamment avec la faîtière des communes, l’Uvicoci. Ce produit s’inscrit dans la gamme des grandes innovations destinées à faciliter la vie des citoyens. La poste ivoirienne, grâce à un de ses partenaires fait le transfert d’argent, à cet effet, elle s’apprête à exploiter un nouveau produit des transferts Imt sur son réseau.

S.A.

ivoirebusiness

17:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Escalade...

De nouveaux bâtiments de l'US Navy entrent en mer Rouge

 

31 janvier 2012

fibdumonde.jpgLe sous-marin nucléaire américain Annapolis accompagné du destroyer USS Momsen ont franchi le canal de Suez et gagné la mer Rouge, a annoncé lundi le portail égyptien Alamat.

Lors du passage des navires américains, l'administration du canal a pris des mesures de sécurité exceptionnelles, en interrompant le trafic des ferries et le trafic automobile sur le pont qui enjambe le canal.

Le point de destination des deux navires n'est pas annoncé, mais leur entrée en mer Rouge coïncide avec l'apogée des tensions entre Washington et Téhéran, qui a menacé de fermer unilatéralement le détroit d'Ormuz à la suite de l'adoption des sanctions contre ses exportations pétrolières. 

La Marine américaine a déjà réuni dans le Golfe persique un nombre important de navires, dont les porte-avions Carl Vinson et Abraham Lincoln. Un autre porte-avions, l'USS Enterprise est attendu dans la région au mois de mars.

fr.rian.ru

17:21 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Nouvelle Chronique de Hassane Magued

Côte d’Ivoire : nous avons un message pour Ouattara !

 

Lundi, 30 Janvier 2012 

Il dit être porteur d’un projet de rattrapage ethnique. Le drame, c’est que celui qui en parle n’appartient à aucune des 60 ethnies de Côte d’Ivoire. La chose la plus cynique, c’est que les médias français, malgré le souvenir récent du Rwanda, préfèrent s’inscrire dans le rôle de Radio Mille Collines. Le plus révoltant, c’est que c’est fait à dessein : ils ont menti au monde entier en inventant un conflit entre les ethnies du Nord de la Côte d’Ivoire et celles du Sud, il faut qu’ils continuent dans l’intox et la manipulation pour obtenir ce conflit et transformer leur mensonge en vérité.

 

Mais chose pitoyable, c’est qu’aucun fils du Nord ne lève le petit doigt pour dénoncer la manipulation de l’étincelle ethnique par Ouattara dans une Côte d’Ivoire à la croisée des chemins.

 

Pourquoi tant de cynisme ? Pourquoi chercher contre vents et marrées à provoquer une guerre civile en Côte d’Ivoire ? Pourquoi les organisations dites de défense des droits de l’homme ferment-elles les yeux sur ce jeu dangereux auquel s’adonne Ouattara dans une Côte d’Ivoire qui lui a pourtant tout donné ? Pourquoi cet homme veut-il que les autres Ivoiriens fondent sur leurs frères du Nord pour tout simplement confirmer des thèses élaborées dans les obédiences maçonniques afin se donner raison a posteriori devant l’histoire ?

Ouattara ose dire que les gens du Nord représenteraient 40% de la population ivoirienne et qu’elles n’étaient cependant pas promues à des hauts postes et qu’il était venu comme Don Quichotte, redresser ce tort ! Et personne au Nord, originaire du Nord, ne lève la voix pour dire : mais arrête enfin !!!!

Devrais-je être triste ? Devrions-nous nous révolter ? Dois-je faire mieux que crier mon indignation qui est également la vôtre, crier notre indignation? Est-il besoin de citer Laurent Dona Fologo (ex Président du Conseil Économique et Social), Mamadou Koulibaly (ex Président de l’Assemblée nationale), le Doyen Youssouf Koné (Grand Chancelier), Youssouf Bakayoko (Président de la CEI), le Général Ouattara Thomas d’Aquin, le Général de Division Gaston Houassenan Koné, Gervais Coulibaly, Bouaké Fofana, l’Amiral Lamine Fadiga, tous ces hauts cadres Ministres ou Directeur Généraux de la grande famille Gon, etc. etc. etc. ?

Est-il important de dire au reste du monde que selon les chiffres de l’Institut National de la Statistique (INS) datés du recensement général de la population de 1998, sur une population de 15 millions d’habitants, tous les groupes ethniques du Nord totalisent un effectif de 3.868.635 soit 19.34% de la population et que sur cet effectif, les Dioulas ne représentent que 505.764 soit 03.37% de la population (chiffres extraits d’une récente mise au point du Dr DON MELLO relative aux élections de la honte du 11 décembre 2011) ; est-il nécessaire ?

Oui et non. Oui parce que cette goûte d’eau de la manipulation ethnique promue par Ouattara, fait déborder le vase. Oui parce que trop, c’est trop ! Non, parce que ce qu’un homme sème, il finit un jour par le récolter.

Après avoir manipulé la neutralité religieuse pour en faire un instrument de soutien politique et une bombe à retardement ; après avoir instrumentalisé les peuples du Nord pour obtenir des exclus imaginaires et transformé la jeunesse de cette région en conglomérat de tueurs ; il est assis au pouvoir sur un faux trône, la tête dans les nuées en quête d’inspirations criminelles, les pieds trempés dans le sang de 20 000 civils ivoiriens.

Il a promis mille et une merveilles. Mais il n’a que du bitume de 0,5 millimètre d’épaisseur avec une durée de vie de 6 mois pour tacheter les chaussées ivoiriennes. Rien que du faux. Tous les jours.  Il se faisait appeler aussi " ADO Solution", mais il n’a aucune solution ; il ne sait même pas comment les Ivoiriens se comportent ni de quoi ont-ils besoin. Alors, il recherche la confrontation interethnique, juste pour avoir de la matière première pour son industrie de la mort. Et le rattrapage ethnique est le filtre envoûtant sorti de son laboratoire luciférien pour les politiciens français qui l’y aident.

Comme un extra-terrestre, il ne comprend rien aux choses simples qui font la beauté de la vie sur les terres ivoiriennes. Les choses comme l’amour citoyen, la tolérance fraternelle, le pardon mutuel, les alliances à plaisanterie, l’exception ivoirienne qui fait que partout où l’Ivoirien va en Afrique, les autres Africains savent qu’il est un Ivoirien. Ces choses, Ouattara ne les connaît pas et ne les connaîtra jamais, car pour lui, la Côte d’Ivoire est comme un marché noir où divers groupes mafieux doivent s’affronter pour en avoir le contrôle.

 

Alors, il use de toutes ses armes favorites. Manipulation religieuse ; manipulation de l’orgueil tribal ou ethnique ; jeu de la haine. Mensonge. Oui, il ment partout et n’importe comment. Parce qu’il lui faut une guerre civile. Il lui faut la chienlit. Il est comme une bactérie. Il ne prospère que dans les environnements infestés.

 

Or avec le rattrapage ethnique, la chasse aux autres ethnies, la dictature d’une minorité, la destruction des emplois et la privation de ressources qui l’accompagnent, (tous ces facteurs)  sont des gages pour aboutir à très court terme à une guerre civile qui décimera une grande partie des gens du Nord et provoquera des exodes massifs vers le Mali, le Burkina Faso et la Guinée.

Pour la plupart d’entre ces futurs exilés, ce sera un retour au pays natal. Mais pour les frères Sénoufo, Koyaka, Djiminy, Tagbana et autres, ce sera le cri de désespoir et un véritable exil dans la douleur qui surviendront dans une atmosphère apocalyptique.

 

Mais Ouattara s’en fout des conséquences de son égarement politique digne d’un apatride. Avec une guerre civile, il pourra atteindre le point culminant de ses ambitions : créer une fracture irréparable entre le Nord et les autres régions de la Côte d’Ivoire, pour justifier son aventure ivoirienne. Quelle méchanceté !!!

 

C’est pourquoi je voudrais insister de nouveau : il faut déjouer le piège ethnique !

Nous allons initier des actions de terrain contre ce régime ethno génocidaire importé en Côte d’Ivoire et le chasser par tous les moyens qui s’offrent à nous. Mais sur le théâtre des opérations, nos seuls ennemis sont et doivent rester ceux qui s’inviteront sur le champ de bataille. Tous les autres, terrés dans leurs logis, traumatisés par les bruits jamais entendus qui seront servis à l’ennemi, sont et devront être traités comme des frères à protéger.

 

Alors, criez à Ouattara que les Ivoiriens ne s’entre-tueront pas ! Criez-lui qu’il n’y aura pas de guerre civile ! Que les frères du Nord ne seront jamais une cible de notre Révolution ! Car nous savons que le Mossi qu’il est ne représente pas nos frères Sénoufo, Tagbana, Djiminy, etc. Mais il représente les intérêts des français et des autres voleurs qui se sont associés à eux pour piller notre Côte d’Ivoire.

 

Pour nous, le rattrapage ethnique, ce sera regrouper les 60 ethnies de la Côte d’Ivoire autour d’un même idéal : la Révolution économique et sociale, l’Unité nationale vraie, une Nation forte et respectée.

Nous sommes des bons bergers. Et un bon berger ne laisse pas ses brebis se disperser. Il ne laisse non plus l’ennemi disperser les troupeaux qui sont sous sa garde. Notre devoir est de protéger notre peuple de l’appétit vorace et immoral des prédateurs. C’est pourquoi nous mettrons tout en œuvre pour regrouper les 60 ethnies de la Côte d’Ivoire afin de former une Nation Unie, libre, prospère et respectée.

 

Allez donc dire à Ouattara qu’il vient d’échouer encore une fois !

Le sang des Ivoiriens ne servira plus sa cause, la cause des prédateurs qui l’ont fait. Cette fois-ci, c’est sur son propre sang et celui de ses alliés qu’il doit compter pour son dernier sacrifice humain ! Allez-y et portez-lui ce message !

A Très bientôt.


                                Hassane Magued

 

lynxtogo.info

16:53 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

une revenante

Après la crise post-électorale Jacqueline Lohoues Oble réapparaît :


Publié le mardi 31 janvier 2012 | Soir Info


Elle avait été annoncée mise aux arrêts par les Forces républicaines de Côte d`Ivoire (Frci). D`autres juraient qu`elle s`était exilée pour des besoins de sécurité à la suite de crise survenue après le second tour du scrutin présidentiel d`octobre 2010. Il n`en était rien, à en croire un de ses proches. Jacqueline Lohoues-Oble, c`est d`elle qu`il s`agit, est bel et bien en Côte d`Ivoire.

Le samedi 28 janvier 2012, la première femme candidate à briguer la magistrature suprême de l`histoire de la Côte d`Ivoire est réapparue. C`était à l`occasion d`une cérémonie de remise de prix aux étudiants majors des Facultés universitaires d`Abidjan. Nous avons tenté d`avoir un entretien avec elle. Mais notre requête a essuyé une fin de non recevoir dès qu`elle a été émise. «Mme Oble ne peut pas parler avec la presse pour le moment», laisse entendre notre interlocuteur. Nous insistons. Rien n`y fit. Ce dernier reste campé sur sa position. « Je vous ai dit qu`elle n`est pas là pour ça. Elle ne veut pas se prononcer sur la vie politique de la Côte d`Ivoire », lâche-t-il avec un air menaçant. Par la suite, il finit par faire quelques confidences. En effet, il ressort de ces propos que celle qui a été ministre de l`éducation nationale dans la gouvernement d`Aké N`gbo a décidé désormais de se consacrer à ses activités universitaires et à ses recherches. Nous n`abdiquons pas pour autant. Nous soumettons quand même notre doléance au service communication de l`établissement cité plus haut. « Le Pr Jacqueline Oble n`est pas à cette cérémonie en tant que politique. Elle n`y est pas pour faire valoir ses qualités dans le domaine de la politique. Elle a été invitée en sa qualité d`enseignante permanente et membre fondateur des Faculté universitaires d’Abidjan. C`est tout », a tenu à préciser un membre de ce service sous le sceau de l`anonymat.

 

Toutefois, fait que nous avons tout de même pu remarquer en la première femme agrégée de droit privé en Côte d`Ivoire, son apparence laissait entrevoir une dame bien que sereine et très décontractée, « marquée et déçue par la politique ivoirienne ».

 

DIARRA Tiémoko

 

ivoirebusiness

16:23 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

diversion

Le juge Patrick Ramaël poursuivi par le gouvernement français.

Le Juge Patrick Ramaël qui instruit entres autres le dossier sur la disparition en Côte d'Ivoire du journaliste Franco- canadien Guy André Kieffer, est poursuivi par le garde des Sceaux Michel Mercier pour le « délai anormalement long » dans le traitement de deux affaires et pour son « comportement inadapté à l'égard de sa hiérarchie ».


Qu'est ce qui pourrait expliquer le conflit entre ce juge et sa hiérarchie lorsque l'on sait qu'il a prouvé sa fidélité au gouvernement français et à ses alliés ivoiriens lors de l'affaire Kieffer ? L'on sait par exemple que lors de son dernier voyage en Cote d'ivoire, le Juge Ramael avait tout fait afin de protéger le gouvernement Ouattara mis en cause dans la disparition de Guy André Kieffer par l'un des présumés assassins. Il avait préféré aller déterrer un cadavre à Yakro, alors que tous les habitants de ce paisible village affirmaient mordicus qu'il n'appartenait pas à Guy Kieffer, et avait ignoré (du moins en apparence) le cadavre indiqué par “gorge profonde” l'un des présumés assassins.

Ces accusations ne seraient elles pas le résultat de l'échec de la mission du Juge français en Cote d'Ivoire ? Parti avec les bruits de tambour qui annonçaient de nouvelles arrestations dans le camp Gbagbo, il est rentré dans l'anonymat total, avec pour seul résultat d'avoir amplifié les soupçons selon lesquels Ouattara, ses alliés français et les multinationales qui s'occupent de l'achat du Cacao ne seraient pas étrangers à la disparition du journaliste franco Canadien. A défaut d’être une punition de sa hiérarchie non satisfaite des résultats obtenus lors de sa mission en Côte d'Ivoire, ces accusations pourraient être simplement une diversion qui servirait à présenter ce juge incompétent et grand serviteur de la françafrique, comme étant
une victime d'un système dont il fait pourtant partie.

Action Concrète Communication

 

ACC - Côte d'Ivoire

16:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

30/01/2012

Lettre ouverte à Henriette Dagri

Décoration de Mme Ouattara et colère de Ben Soumahoro

 

30 janvier 2012

10 mois après la chute de Laurent Gbagbo, Mamadou Ben Soumahoro alias WARABA, se signale avec la verve qu’on lui connaît. Dans une lettre ouverte à la Grande Chancelière, Henriette Diabaté, il crie sa colère. Pour tout comprendre, lisez sa lettre ci-dessous du samedi 28 janvier 2012 .

 

Lettre ouverte à Madame le grand chancelier de l’ordre national, Mme Henriette DAGRI DIABATE

 

Madame,

J’ai été choqué récemment par un acte qu’au nom de la République vous avez posé pour le compte de la vénérable institution qui vient de vous être confiée par défaut. Votre niveau d’instruction et votre laborieuse expérience politique me dispensent de vous rappeler que LA GRANDE CHANCELLERIE est placée au faîte de tout ce qui porte une part de l’honneur et de la gloire de notre pays.

 

Le 6 décembre 2011 vous avez élevé MADAME DOMINIQUE NOUVIAN FOLLOROUX OUATTARA à la dignité de Commandeur de l’ordre national de la République de Côte d’Ivoire. Merci de ne lui avoir pas remis les insignes et les attributs de GRAND CROIX DE L’ORDRE parce qu’alors vous auriez mérité une récompense du même nom par la communauté internationale qui vous est si chère.

Je me demande encore aujourd’hui comment vous avez pu concevoir un acte aussi inutile, aussi obséquieux, posé contre le bon sens et aussi peu respectueux des valeurs et des principes républicains élémentaires. Personne ne s’imagine que même dans la nouvelle République bananière qu’est devenue la France, SARKOZY puisse se permettre d’attribuer à son épouse CARLA BRUNI la plus haute distinction de la légion d’honneur de manière aussi légère et injustifiée. Vous avez fait une faute en franchissant le rubicon, parce qu’assurément Dominique Nouvian Folloroux Ouattara qui n’a été élue à aucun poste politique et qui n’a posé aucun acte exceptionnel à part épouser’’ quelqu’un à nous imposé par la très chère communauté internationale, ne mérite pas cette décoration. -Vous avez commis une faute gravissime parce que vous ne vous êtes pas retournée un seul instant pour regarder dans les yeux vos parents, vos enfants et vos petits-enfants pour qui vous prétendez construire l’histoire de ce pays et de l’Afrique, avant de poser un acte aussi peu valorisant pour eux et pour vous-même.

 

 Je crois savoir que dans le PDCI RDA vous aviez des tendances gauchisantes dans vos démarches qui frisaient l’anti colonialisme. Ce qui vous a toujours valu la sympathie des Ivoiriens et des Ivoiriennes. Retournez-vous encore une fois et regardez votre propre carrière, vos aspirations réelles à la dignité et à la liberté de la Cote d’Ivoire. Si c’était pour en arriver à bafouer l’honneur de la Cote d’Ivoire et la faire basculer dans l’indignité, vous auriez pu faire l’économie de tous vos efforts qui viennent ainsi d’être frappés d’infamie. -Vous avez fait une faute parce que vous ne pouviez pas ne pas savoir que la récipiendaire qui n’a jamais cessé d’être française se fiche totalement de ces breloques qui vont sans doute servir à épater quelques tantes, grands-mères, et voisins paysans pecquenots dans de petites fêtes familiales de province.

Enfin, vous avez fait une faute grave parce que vous avez commencé votre ouvrage par l’épouse de ’’qui vous savez’’. A quand le tour des petits copains blancs-français ? Et puis, MADAME DIABATE, vous avez laissé publier cette photo qui exhibe MADAME DOMINIQUE NOUVIAN FOLLOROUX OUATTARA debout entre son mari ALASSANE DRAMANE OUATTARA et la supposée grand chancelier de l’ordre national de Côte d’Ivoire : une image dont le surréalisme le dispute au ridicule et à l’illégalité. On aurait cru que vous vous apprêtiez tous les trois à vous rendre à une libation orientale de quartier pour vous livrer à la plus gigantesque consommation de chawarma. La Côte d’Ivoire mon pays mérite mieux que cela. Le mépris avec lequel vous traitez ce pays est insupportable parce que vous savez pertinemment que même le grand FELIX HOUPHOUET BOIGNY dont le pouvoir ne souffrait d’aucune contestation et qui avait un sens aigu de l’Etat ne s’est pas permis d’accorder un tel privilège à son épouse MARIE THERESE BROU. Son successeur désigné par la constitution le Président HENRI AIME KONAN BEDIE ne l’a pas osé pour HENRIETTE BOMO KOIZAN qui n’en a été que plus respectée. Le général ROBERT GUEI ne l’aurait sûrement pas fait pour son épouse ROSE DOUDOU parce qu’il était un grand soldat qui avait le sens de l’honneur. Inutile de dire qu’une idée aussi dégradante n’a jamais pu effleurer l’esprit sagace de son EXCELLENCE LE PRESIDENT LAURENT GBAGBO CHEF DE L’ÉTAT DE COTE D’IVOIRE et détenteur jusqu’à ce jour du pouvoir que lui ont confié les Ivoiriens.

 

Madame DAGRI DIABATE HENRIETTE, l’acte que vous avez posé est nul et de nul effet, comme était nulle votre propre nomination par un pouvoir lui-même nul, illégal et illégitime. Le symbolisme d’un tel acte est tellement important aux yeux du peuple qu’on ne doit se permettre de le poser qu’en toute responsabilité et justice en écartant toutes les petites combines entre amis. Vous n’avez aucune excuse parce que vous, PROFESSEUR HENRIETTE DAGRI DIABATE savez parfaitement qu’il existe dans ce pays une liste impressionnante de femmes d’honneur. Exemple : FATOU SYLLA DIAKITE, véritable femme d’affaires qui s’est faite toute seule et par son intelligence. Elle est même maire d’une de nos plus belles cités dans le Sud du pays (Tiapoum) -MADAME Zamblé Lou IRIE madele, qui vient de tirer sa révérence sans avoir jamais espéré une si haute récompense. Dites ‘’marché Gouro’’ et vous aurez tout compris. -MADAME MONIQUE DENISE BASQUE, qui a dirigé et tenu à bout de bras la Croix rouge et le Croissant rouge de Cote d’Ivoire pendant plus de trente ans. -MADAME VERONIQUE AKA BRA KANON, dont la légendaire générosité ne pouvait pas vous attendrir parce que vous aviez les yeux exclusivement tournés vers le Nord. -MADAME OUEGNIN MARCELLE, première journaliste ivoirienne qui n’a pas trouvé grâce à vos yeux et qui est pourtant de la même génération que vous. LA GRANDE MADELEINE TCHICAYA, sortie major de toutes ses formations. Première femme diplomate de ce pays à qui on n’a jamais accordé un honneur ni une faveur alors qu’on lui demandait d’être en permanence à la peine. Au lieu de vous préoccuper du sort et de la place des personnes méritantes, vous courrez vous aplatir devant DOMINIQUE FOLLOROUX NOUVIAN OUATTARA. Toutes ces raisons cumulées m’ont conduit à cette décision souveraine : A compter de la date de cette lettre ouverte, moi, MAMADOU ’’BEN’’ SOUMAHORO citoyen vrai de ce pays, décide de vous restituer toutes mes décorations et distinctions honorifiques obtenues sans sollicitation de ma part au cours de mes quarante années de carrières administrative et politique. Et pour que nul n’en ignore, en voici la liste complète : -Commandeur de l’ordre du mérite national -Officier de l’ordre national -Officier de l’ordre du mérite sportif ;

 

Je vous demande de faire en sorte qu’à la prochaine édition du grand livre de la grande chancellerie mon nom ne figure plus aux côtés de personnes frappées à mes yeux d’indignité et d’opprobre et qui de surcroît portent la lourde responsabilité directe de la mort de milliers de citoyens de mon pays uniquement pour assouvir leur soif démesurée de pouvoir.

 

MAMADOU ’’BEN’’ SOUMAHORO, DÉPUTÉ INDÉPENDANT A L’ASSEMBLÉE NATIONALE DE CÔTE D’IVOIRE

 

pourunecotedivoiresouverraine

15:15 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le discours de Nicolas Sarkozy décrypté

Nicolas Sarkozy a "déclaré la guerre" aux Français. Pourquoi ?

 

30 janvier 2012 

Nicolas Sarkozy a "déclaré la guerre" aux Français. Pourquoi ?

Nicolas Sarkozy a repris l'initiative, en prononçant un discours d'une violence sociale inouïe. Tout en se préparant à la candidature ("J'ai RV avec les Français", donc  candidature implicite), l'Occupant de l'Elysée... semble déclarer la guerre aux Français, ce qui apparaît contradictoire. Pourquoi ce "jeu" double ? Pour moi, une seule réponse, presque machiavélique.

 

Voyons d'abord les propositions, d'une rare violence  sociale : Car en misant plus que jamais sur la logique de la compétitivité (qui ne produit en réalité que désindustrialisation et perte d'emplois comme du pouvoir d'achat pour tous au lieu de lutter contre le chômage), Nicolas Sarkozy opère un immense transfert des ressources du patronat aux salariat, très exactement : Un transfert massif des cotisations sociales qui  pèseront désormais, à travers la TVA "sociale", sur les seuls salariés (et sur les retraités comme sur les chômeurs et les ménages), au lieu d'être réparties équitablement entre patronat et travailleurs, ce qui augmentera encore le pouvoir du Capital, et des capitalistes, sur le dos des travailleurs (et des retraités). Et la dérégulation du Marché du Travail laissera libre cours à la loi de la Jungle. Plus que jamais !

 

Plus que jamais, en effet, Nicolas Sarkozy impose ses propres thématiques, ultra-libérales, qui pourtant, et c'est un comble, choquent même un Madelin : "Il s'agit d'un hold-up patronal sur le pouvoir d'achat des salariés", assure-t-il. Si Madelin, le champion du libéralisme, le dit, cela doit être vraiment très grave, en effet.

 

Le prétexte, on le connaît : Si on diminue le coût du travail, on évite la destruction des emplois et les délocalisations, on permet la croissance. En théorie seulement, parce qu'en pratique, les choses ne sont pas si simples.

 

Que propose Nicolas Sarkozy ?

 

Passons sur la création d'une banque d'entreprises (encore un cadeau au MEDEF, il ne s'agit pas d'une banque nationale mais d'une banque pour... les entreprises), sur la flexibilité du temps de travail chère aux ultra-libéraux (finie la durée légale du Travail, l'Etat se désengage), ou sur une augmentation de 30 % de la surface constructible  soi-disant pour abaisser le coût du logement ("le propriétaire architecte" pourra faire n'importe quoi, construire plus sur un même terrain ou ajouter des étages), passons sur tout cela, et même sur la fin inexorable (ou tout au moins la très grande limitation) des emplois publics, sur la suppression des droits de succession (encore une mesure pour favoriser les plus nantis),  sur la politique familiale (il ne s'agira pas de redistribution sociale mais de favoriser la natalité chère à l'électorat le plus traditionnel) ou sur la taxation symbolique (0,1 % !) des transactions financières §... Passons sur tout cela,  pour arriver au coeur du dispositif Sarkozy : La TVA dite sociale, en réalité anti-sociale, ou si l'on préfère, "patronale".

 

La TVA sociale... anti sociale

 

On connaît le refrain, "il faut s'adapter au monde nouveau", en oubliant de dire que ce monde-là est décidé unilatéralement, anti-démocratiquement (et mis en œuvre  servilement par les pseudo Élus de la Nation) par le Grand patronat, celui du MEDEF, et au seul service du Grand Capital. Dérégulons, dérégulons, une fois l'Etat protecteur démantelé il ne restera rien pour les travailleurs, ni Droit ou protection du Travail ni durée légale du travail ni même un jour, le salaire minimum... Désormais, si l'employé n'accepte pas la réduction de son salaire ou l'augmentation des heures de travail, on considèrera qu'il commet une faute grave et il sera licencié. C'est cela, la "modernisation", l'"adaptation au monde nouveau" : Une régression générale des droits !

 

Donc, morceau de choix, la TVA Sarkozy, dite abusivement "sociale" - ou "anti-délocalisations". Elle passera par la réduction du coût du travail, qui profitera aux entreprises puisqu'elles ne financeront plus comme avant (c'est-à-dire en partie, conjointement avec les travailleurs) notre protection sociale, notre modèle social si original et auquel nous tenons tous tant. Pour l'Occupant de l'Elysée, le raisonnement est simple : "Si nous perdons des emplois, c'est parce que le coût du travail est trop élevé, en tous cas plus élevé qu'ailleurs". Ce qui compte, avec l' "accord compétitivité-emploi", c'est la sacro-sainte compétitivité, qui passe toujours par la réduction des salaires ou la réduction des emplois. En réalité, tout cela entre dans un vaste plan d'ensemble, d'ailleurs favorisé par la crise provoquée de toutes pièces pour favoriser le transfert massif du public au privé, et du salarié au patron - plus précisément, du salarié au grand patron, celui du MEDEF. Mais pour faire passer la pilule du désengagement de l'Etat (il n'interviendra plus, la durée du travail et les salaires se négocieront entreprise par entreprise), du démantèlement du Droit du Travail et de sa protection, de l'abaissement des salaires et donc du pouvoir d'achat, du nivellement général par le bas, on invoque abusivement... la sauvegarde des emplois et de la croissance !

 

http://www.urtikan.net/wp-content/uploads/2012/01/120127-sarkozy-dimanche.jpgEn réalité, en réduisant le coût du travail pour les entreprises, en favorisant la régression générale pour les travailleurs et en instituant en France une politique de "rigueur" (car c'est bien de cela qu'il s'agit, puisqu'avec la TVA sociale le prix des produits augmentera de 1,6 % pour tous, salariés comme chômeurs ou retraités), en instaurant, donc, la TVA dite abusivement "sociale", on ne créera ni entreprises ni emplois, on ne favorisera pas la croissance, au contraire - puisque le pouvoir d'achat diminuera pour tous. Il est pratiquement sûr, comme pour les restaurateurs, que les entreprises ne répercuteront pas sur le prix de leurs produits, la cotisation payée en moins pour les travailleurs. La TVA dite "sociale" augmentera les profits, elle ne créera ni emplois ni croissance. C'est le MEDEF, et lui seul, qui inspire cette politique anti-sociale, pénalisant les plus modestes et les classes moyennes, et c'est lui qui, aujourd'hui, triomphe.  Face à cela, les inégalités et la pauvreté vont exploser, comme au Portugal, en Grèce, en Espagne, et les prix vont augmenter...  La nouvelle politique de Sarkozy aggravera encore un peu plus la situation. A travers l'Occupant de l'Elysée, les plus favorisés déclarent la guerre aux Français. Comme partout ailleurs en Europe, les peuples seront plus que jamais spoliés, piétinés, sacrifiés !

 

La guerre est déclarée aux Français - aux peuples !

 

Le Gouvernement prétend ne pas augmenter les impôts : Quelle hypocrisie ! La TVA "sociale" est un impôt, indirect, et le plus injuste de tous, car au lieu de peser sur les plus nantis, il pèse sur tous, salariés comme familles, retraités ou chômeurs ! Nous ne devons pas nous laisser abuser par le chantage aux délocalisations : Si les entreprises ne paient plus avec nous notre protection sociale, si nous sommes seuls à la payer en particulier par l'impôt indirect de la TVA "sociale", il n'y aura pas moins de délocalisations - mais plus d'inégalités, plus de pauvreté ! Et la taxe symbolique sur les transactions financières est une imposture : Le financement de la protection sociale sera assuré, en gros, à 85% par les ménages, et seulement à 15 % par les revenus financiers.

 

L'ultra-libéralisme, la mondialisation, c'est ça : La dérégulation du Marché du Travail, la déréglementation, le démantèlement de l'Etat protecteur, le nivellement par le bas, l'alignement sur le moins disant, le désengagement des entreprises comme de l'Etat, la destruction du droit du Travail... Il s'agit d'un plan concerté, auquel sont soumis tous les peuples d'Europe. Le modèle social européen qui était envié dans le monde, est en train de mourir sous nos yeux ! Il ne reste plus que des nations sacrifiées, des Etats moribonds, des PME en difficulté, des peuples en voie de paupérisation complète, pour le seul profit des plus grandes entreprises, des multinationales, des actionnaires, des spéculateurs, de la haute finance ! Notre monde est devenu fou, et avec des dirigeants au service du MEDEF comme Nicolas Sarkozy, la loi de la jungle s'étend, ravageuse !

 

Le modèle allemand imposé aux Français. Sarkozy l'Etranger

 

Comment vont réagir les Français aux nouvelles dispositions de Nicolas Sarkozy ? Certainement très mal, car avec l'Occupant de l'Elysée, qui n'aime pas la France et qui la dessert, c'est un modèle étranger qu'on tente d'imposer, modèle qui profite certes aux grosses entreprises, à la "compétitivité" (les plus gros absorbant les plus faibles), mais qui par ses inégalités, de plus en plus d'ailleurs comme aux Etats-Unis, précarise l'ensemble des travailleurs et donc des ménages.

 

Il est très grave en effet de voir que Nicolas Sarkozy ne parle jamais des Français, mais des Américains, des Allemands... S'il voulait tuer le modèle français, l'Histoire de notre pays, sa culture, il ne s'y prendrait pas autrement ! En agissant ainsi, le Président heurte de plein fouet le patriotisme français. En plus d'accroître les inégalités, la précarité déjà très préoccupante ! A terme, le mécontentement va grandir et gagner les couches moyennes...

 

 

Pourquoi la stratégie de la rigueur avant les Elections ?

 

En réalité, si Nicolas Sarkozy ose défier les Français à trois mois des élections, c'est qu'il a, pour moi, un plan - que je qualifierais de machiavélique. Car il sait que ses mesures ne peuvent que heurter les Français !

 

Dès aujourd'hui, gouvernement, patrons et syndicats vont se rencontrer. Les Syndicats, évidemment, sont très remontés. Des manifestations sont déjà annoncées.

 

Et si tout cela, en effet, était une stratégie délibérée du gouvernement, avant les Elections ? Nicolas Sarkozy est très impopulaire : Sa personnalité comme sa politique sont très décriées. Alors, pourquoi proposer aux Français, maintenant, et alors même que François Hollande a le vent en poupe, une aggravation de leur sort ? Comme si on voulait les provoquer ! Pour la Presse aveugle ou complice, la cause est entendue; Ainsi, la Croix annonce une explication saugrenue : "Nicolas Sarkozy veut rester dans les mémoires" !  Et un autre Editorialiste : "Ce que Sarkozy veut faire, c'est aller plus vite que François Hollande" ! Vraiment ?

 

Car pour moi, en effet, c'est plutôt de cela qu'il s'agit : Nicolas Sarkozy mise sur un mécontentement populaire grandissant, et donc sur des manifestations. Souvenez-vous : Mai 68, la colère des manifestants, les émeutes, et pour finir, le défilé des Champs-Elysées. Et la France profonde qui réagit en votant pour le pouvoir en place... Machiavéliquement, à mon avis, Nicolas Sarkozy joue sur le mécontentement à venir, puis sur la peur de la France profonde, pour se poser en Protecteur énergique de la paix "sociale" et être... réélu. Envers et contre tout ! Car les lendemains déchanteront terriblement pour ceux qui, à chaud, auront réagi en confiant à nouveau leur avenir au Fossoyeur de la France et en particulier de son modèle social.

 

A nous de déjouer la manœuvre et d'informer nos concitoyens pour qu'ils ne tombent pas dans le piège tendu...

 

Eva R-sistons  


http://sos-crise.over-blog.com

13:29 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

vous avez dit : Entente franco-américaine ?

“Le temps est l’autre nom de D.ieu...”

 

Trois semaines avant que SEM Laurent Gbagbo ne soit arrêté, il a appelé un rabbin  de Jérusalem-c’est lui-même qui me l’a raconté- et lui a demandé conseil. Mon rabbin lui a dit de ne pas s’inquiéter, « que ses ennemis allaient se dévorer entre eux » : C’est exactement ce qui se passe entre ces illuminés qui s’enflamment les uns les autres, et vont terminer en scories…  Et celui qu’ils voulaient brûler, va ressortir des flammes comme de l’or pur !

 

Shlomit
 
30 janvier 2012

La lune de miel entre Washington et Abidjan est terminée. Les deux tourtereaux qui autrefois, mijotaient des plans diaboliques contre le pouvoir de Son Excellence le Président Laurent Gbagbo par l'intermédiaire de l'Ambassadeur Philippe Carter 666, ne sont désormais plus en odeur de Sainteté.

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase est l'accueil triomphal réservé à Ouattara en France qui laissait présager non seulement de l'attribution de tous les contrats mais aussi et surtout la privatisation des banques au profit de la France.

 

L'administration Obama qui jure de faire la peau à Ouattara, profite du transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Haye pour inciter ce dernier à livrer Soro Guillaume qui à son tour dévoilerait l'implication du grand manitou dans la rébellion qui a et continue d'endeuiller notre pays.


Patriotes, les jours de Ouattara sont comptés. La prochaine comparution du Président Laurent Gbagbo au CPI sera riche en rebondissements car elle verra la libération du Woody de Mama.


Le 18 Juin nous seront tous à la Haye pour savourer notre victoire sur l'ennemi.
La victoire est au prochain corridor.


Très cordialement.

 

Bingnégnélon Djiezion

12:59 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Nouvelle Chronique de Hassane Magued

Côte d’Ivoire – France:Oh honte! il ne sait pas que la France n’est plus à la mode!
 

Il ne le sait pas. Et cela me permet de comprendre pourquoi les petits Sénoufo ivoiriens l’appelaient à l’époque Mossi Dramane. Quel broussard de l’esprit !

 

La France n’est plus à la mode. Se faire accueillir en France n’est plus à la mode. Parce qu’il n’y a rien à y gagner. C’est comme se faire accueillir en fanfare par des mendiants ou des affamés. Leur grande joie de vous voir, sans s’interroger sur votre lugubre réputation, traduit tout simplement l’espoir de trouver à croquer et à grignoter après avoir essuyé le sang qui a souillé la poche qui offre. Parce que ce qui sera offert sort de la poche d’un criminel aux mains pleines de sang.

 

Mais la faim, comme la fin, fait perdre parfois le bon sens à plus d’un. C’est le cas avec la pauvre France. La déchéance !

 

Alors pour l’inculte des relations diplomatiques civilisées, c’est la trouvaille du siècle. La France, quelle minablerie !

 

Pour nous autres, la Majorité digne et debout, la Côte d’Ivoire vraie, la mode, c’est se faire accueillir en Chine, en Inde, au Brésil et pourquoi pas, en Russie, en Afrique du Sud, …Parce que dans ces territoires, il y a de l’avenir. Il y a de l’espoir. Il y a une nouvelle naissance. Il y a la fécondité.

 

Mais une jeune nation comme la Côte d’Ivoire qu’a-t-elle à faire avec la vieille France roublarde et frappée de ménopause économique ?

 

Sa main grelottante d’émotion à la vue d’un sanguinaire, d’un menteur de premier choix, d’un génocidaire de la trempe de Saloth Sâr alias Pol Pot, c’est le signe de la déchéance morale, du retour aux vieilles habitudes fascistes, aux vieilles habitudes esclavagistes, aux vieilles habitudes criminelles du temps colonial ; c’est le signe de la fin, de la nuque raide, de l’orgueil méprisant qui précède la chute.

 

Il n’y a rien à attendre de cette visite de braderie et de ce ballet de rigolos. Accord de défense, vente à prix réduit, à prix symbolique, à “rien franc”, bref, cette liquidation de la fausse Côte d’Ivoire ; on s’en fout. Un accord avec un imposteur, un usurpateur, n’engage que celui qui y croit.

 

Demain, quand nous rejetterons toute cette comédie en bloc, la pauvre France ne pourra pas alléguer sa propre turpitude. C’est la seule chose qui me réjouit.

 

Pour le reste, c’est un cirque démodé. Un ballet de rigolos comme du temps de Mobutu, Bongo, Bokassa et consorts. Quelle honte ! Mossi Dramane. Ça s’explique enfin.

 

A Très bientôt.

 

Hassane Magued

 

source : la révolution permanente

 

abidjandirect

01:22 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Incendie de la primature.

Primature: Qui a mis le feu aux bureaux de Soro Guillaume?

 

Incendie à la Primature.Le 29 janvier 2012 par L'Intelligent d'Abidjan - Un incendie s’est déclenché samedi matin vers 7 heures 40 minutes dans les locaux de la Primature au Plateau. Les installations et le bâtiment en bois situé au sein de la Primature ont été entièrement ravagés (29/01)
La direction des Affaires Financières et du Matériel est partie en fumée. Les circonstances exactes de l’incendie ne sont pas encore connues, mais une enquête devrait permettre de savoir les causes réelles du feu qui a entièrement ravagé les installations et le bâtiment construit en bois situé au sein de la Primature, lieu de travail du Premier ministre.


Les sapeurs-pompiers militaires, arrivés promptement sur les lieux, étaient débordés par l’ampleur des flammes. Leur camion anti-incendie manquait de pression. Ce qui a permis au feu de se propager rapidement, atteignant du coup une façade du Cabinet des archives (bâtiment B). Selon des témoignages recueillis sur place, des agents ont constaté qu’une fumée s’est dégagée dans l’un des bureaux de la direction des Affaires Financières et du Matériel.
Le temps d’ouvrir ce bureau, le foyer du feu s’était déjà amplifié. Ces agents ont alerté très vite les sapeurs-pompiers. L’incendie a été maîtrisé quelques minutes plus tard. Il n’a pas fait de victimes, mais les dégâts matériels et logistiques sont importants. Tous les dossiers qui s’y trouvaient ont été calcinés.

Soul to Soul, le Directeur du protocole de Guillaume Soro, est arrivé sur les lieux vers 9 heures, pour constater les dégâts. La direction des Affaires Financières et du Matériel est certes dans les locaux de la Primature, mais elle est située à 50 mètres des bureaux du Président de la République, absent du pays.
Alassane Ouattara, est à Addis-Abeba pour prendre part au 18ème Sommet de l’Union Africaine, après avoir effectué une visite d’Etat de 72 heures en France, qui s’est achevée hier vendredi 27 janvier.


Joël T. in L’Intelligent d’Abidjan

 

ivoirebusiness

00:43 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

29/01/2012

Pendant que Ouattara rassure les français,

Abidjan, délinquance à tous les coins de rue

 

29 janvier 2012

Pendant que Ouattara raconte aux Français, que la paix, la réconciliation et la sécurité sont de retour, un média plutôt proche du pouvoir, affirme, exemples à l’appui, le contraire. Faut-il vraiment souhaiter que Ouattara ou sa dame soient eux-mêmes agressés pour un juste retour de l’information ?

Il est vrai que le couple Ouattara ne vit pas sur la même planète que les ivoiriens, luxe, confort, beaux amis, voyages, commémorations, chrysanthèmes, gardes du corps, toilettes, flatteries sans fin, à quand remonte le dernier bain de foule du champion africain de la démocratie?

Nicolas Sarkozy ayant empêché toute fausse note et changement de rythme dans ce ballet de la françafrique, faut-il vraiment croire que ce contrat signé et les quelques personnes rencontrées du Medef vont apporter les investissements escomptés ?Si on ne peut pas demander aux « investisseurs potentiels »de se déplacer dans les geôles de Côte d’Ivoire et de Scheveningen pour interroger les oubliés de la réconciliation, ils peuvent certainement retrouver la trace des Français qui ont quitté la Côte d’Ivoire, ceux qui ont tout perdu, dont les entreprises ont été pillées par les milices de Ouattara en mars-avril 2012, ils peuvent aussi interroger tous ces couples mixtes, franco-ivoiriens, rentrés en France et qui attendent eux aussi autre chose que ces mensonges, de plus en plus indigestes  face à un triste constat : une côte d’Ivoire en ruine, dix mois plus tard toujours à terre; et une France ruinée, qui jusqu’aux élections va se bourrer d’amphétamines pour donner l’impression d’être en forme !

Plus que jamais une fable qui faisait sourire est d’actualité :

« La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf »

Une Grenouille vit un Bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n'était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse, s'étend, et s'enfle, et se travaille,
Pour égaler l'animal en grosseur,
Disant : "Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi ; n'y suis-je point encore ?
- Nenni. - M'y voici donc ? - Point du tout. - M'y voilà ?
- Vous n'en approchez point. "La chétive pécore
S'enfla si bien qu'elle creva.
Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout petit prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages.

Cette fable de La Fontaine, n’illustre-t-elle pas bien la situation de la France, le « pays des mangeurs de grenouilles » ?

Shlomit

--------------------------------------------------------------------

ABIDJAN LE 29 JANVIER 2012 © koaci.com - La capitale ivoirienne à l'image du pays est de moins en moins sûre. Crise sociale et politique sans précédent oblige, libres de tout mouvement, faute de force de l'ordre inactives, les délinquants connaissent une période faste et un accroissement de leur nombre lié corollairement à un chômage de masse chez les jeune aussi regrettable qu'inquiétant.

La délinquance est arrivée à son paroxysme à tel point qu'elle est devenue selon nos observations auprès des populations, l'une des principale préoccupations avec l'emploi des ivoiriens et pour cause, pas un jour ne passe sans que les témoignages de cas de vol, agression, viol ou autre escroquerie nous soit rapportés avec la désolation du sentiment d'abandon de l'Etat. Ne sachant plus vers qui se tourner un nombre croissant de victimes se ruent vers nos rédactions pour tenter de trouver une oreille attentive à leurs problèmes.

Outre l'interactif, le terrain offre toute sorte de spectacle comme ce vendredi en plein plateau quand devant des policiers immobiles et sans quasi autre réaction que de se lever, un passant en communication, téléphone à l'oreille en marchant, se verra arracher sauvagement son téléphone. Tentant malgré tout de courir après le malfrat en short tapette, aussi sale que violent, l'homme d'une quarantaine d'année au chômage, récemment licencié sans explication du port autonome, qui était venu difficilement au plateau pour déposer des CV restera complètement désabusé assis, les mains sur la tête sur une bordure. Nous l'approcherons, son témoignage d'après agression sera édifiant. « Non je ne suis pas choqué mais perdu, qu'est devenu mon pays, j'en veux même pas aux policiers car ici c'est chacun pour soi, on se cherche tous, avant il fallait partir ailleurs pour se chercher, aujourd'hui, c'est dans notre propre pays qu'on se cherche, j'étais juste venu pour déposer des CV, il me restait un téléphone après la crise et voilà que je me retrouve sans rien, et injoignable. Vous savez pour nous autres, acheter un téléphone c'est un énorme sacrifice même ceux de 3500 fcfa car on n’a même plus ça à la maison ». Le policier qui tentait de lui venir en soutien nous indiquera fatalement quant à lui que l'ampleur de la délinquance est telle ces derniers temps, qu'eux- même ne savent plus quoi faire. « Vraiment c'est de plus en plus compliqué, c'est de plus en plus dur, il y a de plus en plus de voleurs qui viennent des quartiers pour voler ici, au Plateau. Ils sont bien organisés, nous autres on n’a pas les moyens de les combattre et on ne nous écoute pas au niveau du ministère et surtout, on craint aussi pour nos vies, trop de laisser-aller... », témoignera l'agent proche de la retraite, lui aussi désabusé par la réalité.


En dehors de ce fait direct rapporté, celui d'Aicha une femme habitant avec ces trois enfants à Koumasi, violée par deux hommes ayant forcés sa porte en pleine nuit et renvoyée chez elle sauvagement après une tentative de plainte dans un commissariat ce jeudi ou encore Max dépouillé de tous ses biens à son domicile ce vendredi soir par des brigands rentrés par effractions armes à la main dans sa modeste demeure d'Adjamé, voire d'Augustin frappé à sang en pleine journée par deux malfrats alors qu'il tentait courageusement de récupérer son sac contenant un ordinateur à Cocody St Jean toujours ce vendredi.


Vous l'aurez compris avec ces quelques exemples tirés de la litanie des cas recensés par notre réseau, on ne dort et se ballade pas tranquillement en ces temps de crise à Abidjan avec cette même interrogation « mais que fait la police? ».


Akissi Kouamé, KOACI.COM ABIDJAN, copyright © koaci.com

 

koaci.com

23:55 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |