Après avoir été arrêtés jeudi soir pour des raisons très controversées, trois journalistes pro-Gbagbo de « Notre Voie », le quotidien du FPI, devraient être relâchés aujourd’hui. Et les faits qui leur sont reprochés requalifiés en simples délits de presse.
Placés en garde à vue jeudi soir, trois journalistes de Notre Voie (journal du Front populaire ivoirien, le FPI de Laurent Gbagbo), devraient être relâchés dans le courant de la journée après leur audition