Shlomit
topblog Ivoire blogs

17/04/2011

Le chocolat du sang

Professionnels de l'économie ou nervis de la pègre ?

 

Morceaux choisis : (Voir ici l'intégralité de l'article)

 

Chocolate.png[…] un journal à l’expertise reconnue comme La Tribune publie un article au titre explicite: Pourquoi les chocolatiers se félicitent de la chute de Gbagbo dont le début mérite qu’on le cite : "S’ils avaient pu voter, tous les grands chocolatiers auraient choisi Ouattara. La chute du clan Gbagbo, qui avait la main-mise sur la principale ressource végétale du pays, est une bénédiction pour la filière cacao qui l’appelait de ses vœux".

 

Bien sûr, lorsque La Tribune parle de "la filière cacao" il s’agit de la "filière cacao Occidentale", ce qui explique in fine la teneur "critique" de l’article de La Tribune dont les rédacteurs ont du mal à cacher leur joie à l’annonce de la "chute du clan Gbagbo".

 

L’article omet bien sûr de signaler les développements de ces deux dernières années dans la filière et en particulier du rapprochement du "clan Gbagbo" avec le BRIC ...(1)


[…]

A contrario de la politique coloniale des sociétés Occidentales qui se contentaient jusqu’ à un passé récent d’exporter des fèves , les états du BRIC agissant en tant que tels ou travers de proxys comme le Singapourien Olam international Ltd pour la Chine ont d’emblée placé la coopération avec la Côte d’Ivoire sous le signe d’un partenariat industriel , une politique que Laurent Gbagbo avait favorisé ces dernières années et que son adversaire Al Hassan Ouattara ne cessait de critiquer dans son journal "Le Patriote" comme ce fut le cas lors du projet d’achat d’une usine de broyage de cacao aux États-Unis .

 

Ce tropisme "Pro-Bric" des producteurs de cacao Ivoiriens s’est confirmé après l’instauration par la "communauté internationale" de l’embargo sur l’exportation des fèves. Ceux-ci ont dépêché des émissaires à Moscou, New-Delhi et Pékin pour trouver des débouchés à leurs récoltes et à terme, la "crise Ivoirienne" se poursuivant, il n’était pas inenvisageable de voir la plus grande partie de la production Ivoirienne partir vers ces pays pour ensuite revenir en "Occident" ou la demande persiste ! On imagine les conséquences d’une telle situation pour les chocolatiers Occidentaux et l’urgence d’en finir avec le "clan Gbagbo". Alors que la France dénonçait la "spoliation des entreprises des filières cacao et café présentes en Côte d’Ivoire" après la décision de M. Gbagbo de contrôler l’achat et l’exportation du cacao et que les États-Unis parlaient de "vol", Laurent Dona Fologo - président du Conseil économique et social - rétorquait "Le monde n’est pas fait seulement de l’Europe. Le monde est vaste. Toutes les sociétés, d’où qu’elles soient, européennes, africaines, américaines, asiatiques, qui souhaitent avoir des relations commerciales avec la Côte d’Ivoire sur le café-cacao, sont toujours les bienvenues. Si nous avons d’autres marchés pour acheter notre café et notre cacao, je ne vois pas pourquoi on hésiterait".

 

[…]

Au delà de dénoncer l’intervention colonialiste de la France en Côte d’Ivoire , cette intervention de la pègre armée Française dans la guerre civile Ivoirienne pose une question d’éthique : L’actualité s’est fait écho des "diamants du sang", l’une des parties à un conflit civil n’ ayant pas l’heur de plaire à la "communauté internationale", alors allons nous parler du "chocolat du sang" ?

le chocolat du sang.pngLe cacao Ivoirien sera désormais frappé de la marque indélébile
des massacres commis à Duékoué et ailleurs par la soldatesque d’Alassane Outtara. Des massacres commis avec l’appui logistique de la pègre armée Française et en pleine connaissance de cause de ses chefs politiques et militaires puisqu’il apparaît que ” l’offensive éclair ” des soudards de Ouattara s’est faite avec l’ "expertise " de conseillers militaires Français .


Il n’est pas exagéré de parler de ” chocolat du sang ” et d’envisager des actions de boycott contre les sociétés Occidentales qui commercent le cacao en Côte d’Ivoire !

(1) pour "Brésil, Russie, Inde et Chine", devenu BRICS le 14 avril par l'adhésion de l'Afrique du Sud.

 

Repris de: resistances.akwedo

04:37 Écrit par Shlomit dans cacao, Côte d'Ivoire, Forfaiture, France, Ouattara, pillage des ressources | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.