Shlomit
topblog Ivoire blogs

14/04/2011

LES TROIS MOUSQUETAIRES

J'avais déjà trouvé ces renseignements lorsque se profilait devant nous le spectre à venir de la grippe H1N1.

Cet article, véritable déballage de linge sale, je n'aurais pas voulu l'écrire car les informations, très "people "qu'il révèle, m'avaient mis mal à l'aise, et j'ai préféré les oublier, concluant à de la calomnie gratuite, un étalage indécent de vitamine P, "Protectia", comme on dit chez nous en Israël.

Mais dans le contexte actuel de cette guerre ouverte entre l'Occident et l'Afrique, il nous révèle une fois de plus les liens terrifiants entre la haute finance, les consortiums et la politique : l'Avenir des pays africains se concocte d'avantage dans les officines européennes et américaines, entre "frères" de même obédience, plutôt que sur le sol africain, avec les africains.


Shlomit

 

France: Silence, les frères SARKOZY rongent le contribuable Français

 

Le déficit chronique de la Sécurité Sociale se traduit toujours par plus de frais restant à la charge des assurés sociaux : franchises diverses (boîtes de médicaments, actes para-médicaux, transports sanitaires), forfaits de toute sorte (frais de séjour et actes médicaux en milieu hospitalier), médicaments non remboursés, taux de remboursement moindre pour ceux encore à la nomenclature, etc.

 

Si ces mesures frappent en priorité les personnes modestes, déjà touchées durement par une fiscalité indirecte qui dépasse l’entendement (plus de 80% des recettes budgétaires de l’État), le secteur de la santé fait aussi le bonheur de certaines personnes…

 

Le Pôle Emploi, fusion de l’ANPE et de l’ASSEDIC, une des rares idées de Nicolas Sarkozy plutôt positive, en tout cas dans son principe, qui permet aux demandeurs d'emploi d'avoir un seul interlocuteur, compte environ 50.000 employés. L’ensemble des branches de la Sécurité Sociale (Assurance Maladie, Assurance Vieillesse, Allocations Familiales et URSSAF) comptait 160 000 agents au 31 décembre 2009.

 

Tous ces organismes ont été concernés par une réforme récente concernant les "complémentaires santé", c'est-à-dire les mutuelles du personnel de ces organismes.

 

Depuis le 1er janvier 2009 en effet, tous les agents ont été contraints de résilier leurs contrats avec leurs mutuelles pour adhérer à une "mutuelle employeur obligatoire". Ceux qui ont des enfants ont également été obligés d’inscrire ces derniers sur le nouveau contrat (sauf exception). C'est une conséquence de la loi Fillon de 2003.

 

Le grand frère entre en lice : Guillaume Sarkozy

 

C'est le même organisme, le groupe Malakoff-Médéric qui a remporté les deux marchés en obtenant ainsi 210 000 adhérents supplémentaires ! En ajoutant à cela les 800.000 salariés du secteur café-hôtellerie-restauration (CHR) qui sont en train de rentrer dans le dispositif depuis janvier 2011, cette compagnie d’assurance et de prévoyance est devenue sur le marché français :

n°1 des groupes paritaires de protection sociale

n°2 de la retraite complémentaire

n°3 en santé collective (classement Argus de l’Assurance)

 

Le groupe est né de la fusion de Malakoff et Médéric le 30 juin 2008, 6 mois avant la mise en place du dispositif "mutuelle obligatoire employeur" pour la Sécurité Sociale et le Pôle Emploi…Le président de Médéric a cédé alors sa place au président de Malakoff : Guillaume Sarkozy qui a été par ailleurs vice-président du MEDEF entre 2000 et 2006 et de la CNAM (Caisse Nationale d’Assurance Maladie) de 2004 à 2005.Malakoff Médéric est un groupe mutualiste, paritaire mais pas sa filiale Sevriena qui va devenir un groupe privé majeur dans un autre secteur, celui de l’épargne retraite. Guillaume Sarkozy a créé Sevriena avec un poids lourd de la catégorie, CNP Assurances, dont les actionnaires principaux sont la Caisse des dépôts (40 %) et la holding Sopassure (Banque postale et BPCE, 35,48 %).

 

Si l’on examine de près le conseil d’administration de CNP Assurances, on y découvre notamment : François Pérol, président du directoire de BPCE (Banque populaire Caisses d’épargne), ex secrétaire général adjoint de l’Elysée et Henri Proglio, PDG d’EDF qui doit sa place à… Nicolas Sarkozy.CNP Assurances est aussi un groupe international qui, le 15 janvier 2009, a annoncé dans un communiqué avoir payé un montant de 145 millions d’euros l’acquisition de 50,1 % de Marfin Insurance Holdings qui détient 100 % de Laiki Cyprialife (assurance vie à Chypre), Laiki Insurance (assurance dommages à Chypre), Marfin Life (assurance vie en Grèce) et Marfin Brokers (courtier assurance dommages en Grèce).

 

Un heureux hasard a fait que parallèlement à la création de Sevriena, l’Elysée poussait à l’adoption du projet de loi réformant les retraites, dont le texte définitif contient les « mesures relatives à l’épargne retraite »...

 

Le frérot se pointe : François Sarkozy

 

Pédiatre de formation, il a abandonné la pratique pour l’industrie pharmaceutique depuis 2001. Il siège au conseil de surveillance de Bio Alliance Pharma et devient le président d’AEC Partners dont une des missions est le conseil aux fonds d’investissement.

 

François Sarkozy a lancé une chaîne de télévision spécialisée dans l’Internet, financée par le laboratoire Sanofi. Il a des relations avec le groupe Paris Biotech Santé, l’un des protagonistes de l’affaire de l’Arche de Zoé (1). Il fait partie aujourd'hui des puissants lobbyistes de l’industrie pharmaceutique.

 

D’ailleurs le grand plan Alzheimer lancé par le gouvernement est un joli cadeau de quelques centaines de millions d’euros et une aubaine pour le secteur dont il défend les intérêts. La structure scientifique (Fondation Alzheimer) mise en place ainsi que les dispositifs de partenariat public-privé bénéficient directement à l'industrie pharmaceutique, en particulier à Sanofi-Aventis et à ses sous-traitants et collaborateurs, parmi lesquels François Sarkozy.

A venir aussi le plan "Dépendance des Seniors" avant la prochaine élection présidentielle...

Le troisième larron est toujours aux manettes : Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa…

 

Trois frères donc : l’un à la tête d'un des plus gros groupes d’assurance santé-retraite, un autre qui sert les intérêts des laboratoires pharmaceutiques et le troisième qui chapeaute le tout en ayant la charge de l’exécutif : c’est le Président de la République.


On comprend mieux aujourd’hui sa "bienveillance" vis-à-vis de son ancienne ministre de la santé, Roselyne Bachelot, de mai 2007 à novembre 2010, lorsqu'elle a fait prospérer les grands laboratoires pharmaceutiques en leur achetant 95 millions de doses de vaccin pour lutter contre la grippe A...inutiles mais financièrement juteux !

 

Et on peut légitimement nourrir des inquiétudes sur l’avenir de notre système de santé. Les réformes engagées depuis 2004 ne font que confirmer sa détérioration et même son démantèlement total d’ici quelques années, si un coup d’arrêt n’est pas apporté à cette politique au profit exclusif d'intérêts privés.

 

Il ne faut pas s’étonner non plus de l'acharnement de Nicolas Sarkozy à réformer le financement des retraites qui va fatalement s'orienter vers un système par capitalisation, vu l'allongement de la durée de cotisation pour avoir une retraite à taux plein et les montants de retraite de plus en plus faibles servies par le Régime Général des salariés.

 

Rares sont les pays du monde occidental où l’on assiste à de telles dérives de la part d’un Président de la République d’autant que personne n’a oublié l’affaire du « fiston » pour occuper le poste de président de l'Epad alors que Jean Sarkozy, à 23 ans, n’avait même pas encore terminé ses études, redoublant sa deuxième année de droit après avoir redoublé la première !

Dans l'Europe protestante du Nord, il y a longtemps qu'un tel président serait sur la touche, notamment après avoir annoncé, en janvier 2009, que les enquêtes judiciaires seront désormais toutes dirigées par le Parquet, soumis au pouvoir politique…

 

(1) Des membres de l’association française L’Arche de Zoé ont été arrêtés le 25 octobre 2007 par les autorités tchadiennes avec 103 enfants qu’ils voulaient emmener illégalement en France afin de les faire adopter. Il s’est révélé que, contrairement à ce que prétendait l’association, la plupart de ces enfants n’étaient ni orphelins ni soudanais. Cette affaire a entraîné la colère de l’opinion publique tchadienne et déclenché une crise diplomatique entre la France et le Tchad.

 

Source: Agoravox investigateur.ivoire-blog

20:04 Écrit par Shlomit dans Forfaiture, France, USA | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Commentaires

Bonjour,

Nous avons pris connaissance de votre post du 13 avril. Vous y reprenez des informations erronées qui circulent sur le net concernant le groupe Malakoff Médéric à propos des contrats santé-prévoyance de Pôle Emploi, de l’UCANSS et des Hôtels Cafés restaurants.
Le groupe Malakoff Médéric a répondu à l’ensemble des appels d’offres cités dans le strict respect des règles déontologiques, aux côtés d’une concurrence sévère. Par ailleurs, le groupe assurait déjà, historiquement, la protection de nombreux salariés des organismes visés par l’article en cause (ASSEDIC, UCANSS, HCR…)
Afin d’être tout à fait clair et en tant que porte-parole du groupe Malakoff Médéric, je me permets de vous apporter les précisions suivantes :
Concernant les contrats Pôle emploi et UCANSS : Les salariés de Pôle Emploi couverts en prévoyance et en santé par le groupe Malakoff Médéric représentent 49 000 personnes. S’agissant des salariés couverts par le contrat santé UCANSS (Union des caisses nationales de Sécurité sociale), je vous précise qu’il s’agit d’un partenariat avec la Mutualité française et le groupe AG2R, relevant tous deux du secteur de l’économie sociale à but non lucratif. De ce fait, les salariés de l’UCANSS couverts en santé par le groupe Malakoff Médéric représentent 36 500 personnes. Nous sommes loin du chiffre de 210 000 qui circule sur le Net.
Concernant les contrats santé Hôtels Cafés restaurants (HCR) :
Du fait du partenariat historique avec cette branche d’activité, le groupe Malakoff Médéric a concouru lors de l’appel d’offres de mai 2009 sur la mise en place d’un régime frais de santé au bénéfice des salariés.
L’ensemble des organisations syndicales et patronales de la branche HCR a retenu comme gestionnaire du régime les groupes paritaires que sont le groupe Mornay, le groupe Audiens et notre groupe. Compte tenu de ce partenariat de couverture, le groupe Malakoff Médéric est susceptible de couvrir, à terme, environ 240 000 salariés. Là encore, vous constaterez que nous sommes bien loin des affabulations du Net.
Nous tenons également à rappeler :

1 - L’attachement et l’implication du groupe Malakoff Médéric à la retraite par répartition qui constitue l’un de ses deux métiers phares depuis 1947, aux côtés de l’assurance de personnes. Malakoff Médéric est un acteur majeur de la retraite complémentaire par répartition. Il exerce cette mission d’intérêt général pour le compte des fédérations Agirc et Arrco. Une mission qu’il a à cœur de mener à bien et de défendre, dans l’intérêt des 2,7 millions de retraités allocataires et des 3 millions de salariés cotisants dont il gère la retraite par répartition.

2 - L’épargne retraite est une activité que le groupe Malakoff Médéric exerce depuis 40 ans, dans le cadre de son second métier, celui d’assureur de personnes.
Cette activité historique du Groupe vient compléter le cœur de son métier d’assureur de personnes : la santé et la prévoyance collective. Elle représente aujourd’hui 11% de son chiffre d’affaires en assurances de personnes. Le Groupe est en épargne retraite un acteur mineur sur un marché dominé par les banques et assureurs privés.

3 - Pour répondre aux attentes de sécurisation de l’épargne retraite des salariés, Malakoff Médéric a créé un partenariat avec CNP Assurances. Initialement le partenariat consistait en la création d’une filiale commune, Sevriena, citée dans l’article. Ce projet a été souhaité et voté par la grande majorité des conseils d’administration de CNP Assurances et de Malakoff Médéric. Il a dû être reporté.
Ce partenariat se poursuit, pour l’heure, sous la forme de trois chantiers opérationnels : conception d'une nouvelle gamme de produits et services destinés aux salariés des entreprises et distribués sous une marque commune, élaboration d’un système d’information unique dans le domaine de l’épargne retraite et rapprochement des activités épargne salariale des deux partenaires.

Il est clair que sur le marché de l’épargne retraite, Malakoff Médéric et CNP Assurances ont pour ambition de faire émerger un acteur animé par les valeurs de l’économie sociale.

Enfin nous tenons à rappeler que Malakoff Médéric est un groupe de protection sociale, paritaire et mutualiste, à but - non lucratif (pas d’actions, pas de dividendes, pas de stock options. Tous ses dirigeants sont salariés). Paritaire signifie qu’il est gouverné par des administrateurs issus tant des 5 grandes confédérations syndicales de salariés (CGT, CGT-FO, CFE-CGC, CFDT et CFTC) que des organisations patronales.
Ses excédents sont intégralement consacrés au développement de ses services en cohérence avec ses valeurs, notamment au travers de son action sociale.

Pour en savoir plus sur notre groupe et sur nos projets en épargne retraite, nous vous invitons à aller sur notre site : www.malakoffmederic.com
Bien cordialement
Le porte-parole du groupe Malakoff Médéric

Écrit par : Le porte-parole du groupe Malakoff Médéric | 19/04/2011

Dont acte. cependant,j'aurais aimé trouver un peu de sympathie,un peu de compassion à l'égard des ivoiriens et du drame qui se joue en Côte d'Ivoire, avant ou après votre rectificatif!

Écrit par : shlomit | 19/04/2011

Les commentaires sont fermés.