Shlomit
topblog Ivoire blogs

29/03/2011

2 DÉCOUVERTES ISRAÉLIENNES

Comment élever des poissons sur la terre ferme ?

 

L'industrie de la pisciculture, c'est à dire de l'élevage de poissons dans des bassins clos, est un domaine en rapide expansion en réponse à une stagnation, depuis le milieu des années 1980, dans le secteur de la pêche traditionnelle. En 2011, on estime qu'environ 40% des poissons consommés dans le monde viennent déjà de la pisciculture et ce nombre devrait atteindre 60% en 2024.

 

Cependant, comme certains des déchets organiques (ammoniaque par exemple) produits par les fermes sont toxiques pour les poissons, ces composants doivent être largués dans les eaux avoisinantes. Disposer d'une grande quantité d'eau de mer propre de manière à nettoyer quotidiennement les bassins limite les fermes d'élevages aux zones portuaires ou côtières. Naturellement, cette technologie est largement critiquée par les organisations écologistes qui dénoncent la pollution biochimique engendrée par les fermes d'élevage de poissons.

 

La compagnie israélienne GFA ("Grow Fish Anywhere") propose un nouveau système de purification de l'eau permettant de faire fonctionner les fermes d'élevage en circuit complètement fermé, c'est à dire sans aucun échange entre les bassins et le monde extérieur. Le système de purification développé à GFA par le Dr. Yossi Tal est basé sur les travaux du Pr. Jaap van Rijn au département de "Sciences Animales" de l'Université Hébraïque.

 

Le protocole de purification contient essentiellement deux étapes. Dans un premier temps, l'ammoniaque est transformé en nitrate par l'intermédiaire d'un processus de nitrification nécessitant l'introduction de microbes spécifiques dans les fermes d'élevage. Ensuite, le nitrate est transformé en dioxyde de carbone lors d'un processus de dénitrification impliquant une combinaison compliquée de différentes réactions chimiques. Une des astuces mise en place par GFA et le Pr. Jaap van Rijn consiste à recycler la matière organique déposée aux fonds des bassins dans un réacteur à lit fluidisé lors de l'étape de dénitrification. Le résultat est que la technologie mise en place par GFA permet d'établir des fermes d'élevage de poissons complètement écologiques dans le sens où le système est entièrement fermé sur lui-même.

 

Au-delà des ses avantages environnementaux, la technologie proposée par cette compagnie devrait permettre de construire des fermes d'élevages sur la terre ferme. Cela signifie que les agglomérations géographiquement éloignées d'un océan pourraient être alimentées en poissons frais.

 

Pour l'instant GFA dispose d'un site commercial à New-York qui est capable de produire 100 tonnes de poisson par an (chiffre 2010), principalement daurades, bars et tilapia. Les sites de recherche et développement se situent à Herev La'Et dans le nord d'Israël ainsi que dans le laboratoire du Pr. Jaap van Rijn à la faculté d'Agriculture de l'Université Hébraïque sur le campus de Rehovot.

 

growfishanywhere.com

bulletins-electroniques.com/actualites

 

 

Energie: Les feuilles peuvent produire de l'électricité !

 

 

Des chercheurs du Technion de Haïfa ont réalisé une percée dans la création d'énergie biologique. Ils ont procédé à des changements dans le système de la photosynthèse naturelle; le Technion a déposé un brevet sur ce sujet et l'article publié est devenu hautement recommandé par une organisation mondiale d'experts en biologie.

 

La coopération interdisciplinaire au Technion a abouti à une percée dans le domaine de la bioénergie. Le Technion a déposé un brevet et les professionnels l'ont salué en parlant de "quelque chose de nouveau sous le soleil" et que cet achèvement est un premier pas vers la création de véritable énergie verte, "l'énergie la plus verte parmi les vertes". Le papier a été publié dans "Proceedings of the National Academy of Sciences" - le prestigieux journal de l'Académie National des Sciences américains.

 

Le doyen de la faculté de Biologie, Gadi Schuster et le professeur Noam Adir de la faculté de Chimie ainsi que les doctorants Shirley Larom et Faris Salama ont enregistré un important succès sur la route de l'énergie verte. Ils ont réussi à manipuler le processus de photosynthèse (le processus par lequel les plantes absorbent l'énergie solaire et la transforment en énergie chimique) de telle manière qu'il devient possible de produire de l'électricité à partir des plantes. Les scientifiques ont étudié une protéine clé dans le processus de déplacement des électrons au cours de la photosynthèse. A l'état naturel, les protéines extraient des électrons de l'eau et les déplacent à travers une membrane dans les bactéries et les plantes. Les membranes empêchent les flux d'électricité biologique de s'échapper dans des processus subsidiaires. Les chercheurs ont changé un acide aminé -parmi les centaines trouvés dans la protéine- d'un acide aminé positif vers un acide aminé négatif et ont donc réussi à changer la direction de l'émission d'électrons pour permettre l'exploitation de l'énergie produite dans le processus pour un usage ultérieur.

 

La protéine créée exporte également des électrons à une fréquence assez haute pour produire une quantité d'énergie exploitable et dirige le flux dans une configuration qui permet une absorption efficace de cette énergie. Ce résultat a été obtenu sans changement artificiel nuisant à la protéine. Cela permet de faire croître l'organisme d'une manière entièrement naturelle et permet donc d'obtenir de grandes quantités de protéines à un coût assez bas et ce, sans gêner les processus industriels. Lors de la deuxième étape, les scientifiques du Technion ont cherché une protéine transportant des électrons qui absorberait les électrons émis et les transfèrerait vers une pile électrique. Ils ont trouvé qu'une petite protéine produite par le coeur des chevaux, le cytochrome C, est la plus compatible et remplit au mieux la fonction souhaitée.

 

Dans l'avenir, les chercheurs du Technion espèrent créer un mécanisme capable de convertir l'énergie biochimique en électricité et hydrogène dans leur forme utilisée quotidiennement. "Cela ne remplacera pas les centrales électriques mais cela peut fournir des quantités non négligeables d'électricité propre, particulièrement dans des endroits ou les réseaux électriques n'existe pas. On espère atteindre un niveau ou peu de feuilles, par exemple des feuilles de tabac, puissent fournir de l'électricité pour un certain nombre d'heures, équivalent à ce que fait une plaque photoélectrique d'un mètre carré" précisent Adir et Schuster.
 
 

12:27 Écrit par Shlomit dans Israël | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.