topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

01/02/2015

les enlèvements, vus par la télé gouvernementale

A en croire le commentaire de la journaliste, Habiba : "enlèvement d'enfants, la rumeur qui fait des victimes".
félicitations! vous aurez de l'avancement!
Shlomit


<iframe width="640" height="360" src="https://www.youtube.com/embed/xFmiolFi_jI?feature=player... frameborder="0" allowfullscreen></iframe>

01:54 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

sanctions levées contre Alcide Djédjé



Voici une capture d'écran d'un article sur la rencontre gouvernement opposition à laquelle Brutus N'Guessan est allé participé au nom du FPI sans le FPI et qui a eu lieu le Jeudi dernier, je vous ai surligné les responsables de partis qui étaient présents et j'ai entouré le fond du deal (qui a débloqué le compte et levé les sanctions d'Alcide Djédjé) et des promesses de Dramane au travers de Ahoussou Jeannot...

Vous comprendrez de plus en plus ce que Dramane met sous le nez de Affi N'Guessan...

01:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

L’Europe est furieuse, car la Grèce mettra désormais son veto aux sanctions contre l a Russie !

Le nouveau gouvernement grec s’aligne sur la Russie de Poutine : L’Europe est furieuse, car la Grèce mettra désormais son veto aux sanctions contre la Russie !

« La victoire inattendue de Poutine : L’Europe est furieuse car la Grèce mettra désormais son veto  aux sanctions contre la Russie » .

« Il y a deux jours, Zero Hedge d’abord, et peu de temps après tout les autres, a fait remarquer quelque chose de magnifique : la plus grande surprise du nouveau gouvernement grec anti-Troïka / austérité n’a pas tellement été son intention de procéder au 1er ‘test’ quant à « l’odieuse dette « – cela était largement connu à l’avance – mais son rôle dramatique de pivot, loin de l’Allemagne et de l’Europe, et vers la Russie.

Comme nous l’avons noté précédemment, non seulement la Grèce a déjà bloqué tous les processus de privatisation en cours, un camouflet clair pour Merkel et la troïka qui exige la vente spéciale, fragmentaire, de la Grèce pour les acheteurs occidentaux dans le cadre du « plan de sauvetage » ; mais TSIPRAS prévoit également de réintégrer les employés du secteur public et d’annoncer une augmentation des pensions pour les personnes à faibles revenus : nouvelles violations claires des termes d’austérité de la troïka.

Mais le message le plus important que Tsipras envoie à l’Europe, c’est que (après avoir rencontré l’ambassadeur de Russie pour la première fois pendant cette élection) , la Grèce mettra maintenant effectivement un droit de veto lorsqu’il s’agira de futures sanctions russes !!

Cela a été évoqué lorsque le ministre des Affaires étrangères Nikos Kotzias, qui arrive aujourd’hui à Bruxelles pour discuter de possibles sanctions supplémentaires contre la Russie par rapport au conflit en Ukraine, a déclaré il y a quelques jours que le gouvernement grec était en désaccord avec une déclaration de l’UE dans lequel le président Donald Tusk a soulevé la perspective de « mesures restrictives » quant à la Russie. Comme Bloomberg l’a observé , ces derniers mois, Kotzias a écrit sur ​​Twitter que « les sanctions contre la Russie n’étaient pas dans l’intérêt de la Grèce ». Il a dit dans un blog qu’une nouvelle politique étrangère de la Grèce devrait être axée sur l’arrêt de la transformation en cours de l’UE « en un empire idiosyncrasique, sous la domination de l’Allemagne ».

Et l’Europe, est choquée que l’un des siens a osé remettre en question sa politique «unanime» envers la Russie, une politique entraînée par le département d’Etat de politique étrangère américain, dont l’opinion sur l’Europe est la mieux exprimée par le message piraté  et intercepté  « Fuck l’UE  » de Victoria Nuland en Février 2014, qui avait été contrainte de faire marche arrière. »

Zero Hedge conclu :

« En tout état de cause, l’équilibre des forces en Europe vient de changer, et ce d’une manière que personne n’attendait.

Les grands gagnants, du moins pour le moment : la Grèce et la Russie (et, bien qu’ils ne l’admettront jamais, tous ces Européens ont désespérément besoin du marché d’importation russe).

Les plus grands perdants : tous les eurocrates non élus à Bruxelles, qui en ce moment se grattent la tête pour savoir comment expliquer la mauvaise nouvelle sur le fait qu’il n’y a désormais plus d’unanimité de l’Europe sur les sanctions russes, à John Kerry, … et tout cela grâce à un pays dont personne, ne pensait qu’il oserait parler. »

http://www.zerohedge.com/news/2015-01-29/putins-unexpecte... – résistanceauthentique

La Grèce  se tourne donc vers la Russie . Superbe affaire pour Poutine, et je comprend que l’Europe soit furieuse : les répercussions géopolitiques sont … incalculables !

C’est une onde de choc d’envergure planétaire qui vient d’être envoyée par la plus ancienne « démocratie », du monde.

Voici des précisions :

Contre les sanctions de l’UE en Russie, contre le gouvernement ukrainien, contre l’austérité, contre l’Allemagne: Alexis Tsipras n’a pas tardé à démontrer la continuité idéologique de Syriza. Un nouvel axe se dessine: Athènes-Moscou

Cela n’a pas échappé au quotidien économique russe Kommersant: le nouveau premier ministre grec, Alexis Tsipras, a, dès avant la victoire de Syriza, annoncé qu’il était favorable à un allègement des sanctions et contre la politique d’isolement de la Russie.

Et dans «les premières escarmouches» entre la nouvelle Grèce et l’Union européenne racontées dans Le Temps ce jeudi matin, un aspect géostratégique frappe: l’axe Athènes-Moscou qui est en train de se dessiner sur la carte des alliances. Ce que la Neue Zürcher Zeitung résume dans la formule: «Le cheval de Troie de Poutine».

Résumons. A peine installé, le gouvernement de Syriza passe l’acte: il récuse les nouvelles sanctions contre la Russie réclamées par Bruxelles après la reprise de violentes hostilités dans l’est de l’Ukraine. Pendant ce temps, Nikos Kotzias, le ministre des Affaires étrangères, transfuge du Parti communiste grec, défend des relations bilatérales plus étroites avec Moscou. Il aurait déjà remercié Poutine de s’être porté «au secours de nos frères orthodoxes» en Crimée.

Dans la revue de presse de France Inter, on lit que la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui titrait clairement mercredi «Nach Moskau! Nach Moskau!», s’en inquiète, en évoquant «la joie du Kremlin depuis dimanche». Et toujours en Allemagne, Bild enchaîne avec «Die Russen-Connection der Griechen-Radikalos»: «A peine 90 minutes après son investiture […], Tsipras rencontre qui? L’ambassadeur russe en Grèce»:

Le journal Kathimerini, qui a fait le tour de quelques réactions russes, semble indiquer assez clairement qu’à Moscou la presse juge que la Grèce «vient de donner une vraie leçon de démocratie au reste de l’Union européenne».

Puis, dans le Guardian, une «tribune d’une violence inouïe» vient à la rescousse de cette Grèce de Syriza que «l’Allemagne cherche à étrangler dès sa naissance». Pour le quotidien britannique, Angela Merkel est «le dirigeant politique le plus monstrueux de notre génération», «qui tyrannise le reste de l’Europe». Le texte va jusqu’à se référer au Dictateur de Charlie Chaplin, avec ses «hommes robots», ses «esprits robots» et ses «cœurs de robots». Plus étonnant encore, le gouverneur de la banque d’Angleterre, Mark Carney, occupe la une du Times de Londres, en se disant résolument «contre cette obstination allemande en matière d’austérité qui empêche la croissance partout en Europe».

Le site RéseauInternational évoque d’ailleurs des gestes hautement symboliques. Après avoir déclaré que «nous ne devons ni accepter ni reconnaître le gouvernement des néonazis en Ukraine», Tsipras a choisi de se rendre au champ de tir de Kaisariani pour rendre hommage aux 200 militants politiques grecs qui y ont été exécutés par les nazis le 1er mai 1944. «Des centaines de partisans, dont beaucoup étaient en larmes, l’ont regardé s’approcher du site.» Et les commentateurs grecs n’ont pu s’empêcher d’y voir «un nouveau «allez vous faire voir» à l’adresse des Allemands»:

Et l’on ne parle même pas encore de Yanis Varoufakis, le ministre des Finances de Tsipras, que Courrier international trouve «rebelle, grandiloquent, iconoclaste». Il préfère «le t-shirt et le jean au costume-cravate» et c’est lui qui va aller renégocier la dette grecque à Bruxelles. «Bien différent de ses prédécesseurs, aux dires du Financial Times, l’homme […] s’est fait connaître pour les textes d’opinion sur la crise financière» qu’il publie régulièrement sur son blog, yanisvaroufakis.eu , où il se proclame «marxiste imprévisible», dit France Info dans le très bon petit portrait qu’elle brosse de lui.

Cela, entre autres, lui a «fait gagner des milliers d’abonnés» sur Twitter (@yanisvaroufakis) . Et il faut préciser, loin de l’anecdote, que «Varoufakis est adepte de la théorie des jeux, stratégie qui consiste à anticiper les réactions de son adversaire. Appliquée très sérieusement en économie, cette théorie permet de modéliser des hypothèses avant de prendre les bonnes décisions. Cela lui sera certainement d’un grand secours dans les prochains mois.» Et ça rappelle la stratégie des grands joueurs d’échecs russes.

Une «frontière malsaine»

Alors, un allié solide à Moscou ? Le site Breizh Info l’explique très bien en indiquant «qu’interrogé par l’édition en ligne du journal Rossijskaya Gazeta peu avant les élections […], Kostas Sirixos, directeur du département des affaires étrangères au sein de Syriza, précisait ainsi les orientations principales de la politique étrangère de la Grèce en cas de victoire: un de nos objectifs «est de travailler avec nos alliés politiques européens pour contrecarrer l’influence géopolitique et économique que l’Allemagne essaie d’imposer aux pays d’Europe du Sud-Est et aux Balkans.»

La radio La Voix de la Russie renchérit: «Cette manie de vouloir conserver à tout prix une frontière malsaine, rigide et j’oserais employer ce terme désuet d’impérialiste entre un Nord-créditeurs et un Sud-débiteurs devant sempiternellement se serrer la ceinture perdra un jour l’Allemagne. […] La Grèce étant le berceau de notre civilisation, on ne saurait s’attendre à ce qu’elle obtempère plus longtemps aux desiderata d’une Europe à deux vitesses dans laquelle une poignée d’ethnies élues s’arroge le droit d’imposer aux périphéries un mode de fonctionnement parasitaire.» Le politicien Panagiotis Lafazanis, sur Mediapart, ne dit d’ailleurs pas autre chose.

Contre l’euro-atlantisme

Interrogé par L’Agefi, Yorgos Tsipras, coordinateur du département de politique étrangère de Syriza et cousin germain d’Alexis Tsipras, est encore plus direct: «Nous sommes à l’épicentre de deux zones conflictuelles: au nord, il y a l’Ukraine et au sud-est la Syrie. On veut davantage de relations avec la Russie, qui doivent s’inscrire dans une politique multidimensionnelle. On ne veut plus d’une politique d’alignement euro-atlantique. Les sanctions contre la Russie ont fait perdre beaucoup d’argent à la Grèce qui n’y a rien gagné.»

«La Russie est un grand pays ayant du potentiel, une histoire et une immense expérience. Y compris pour sortir des crises. L’Europe est impensable sans une Russie qui y occuperait une place appropriée», disait Tsipras à la presse russe lue par RIA Novosti il y a quelques jours. Le magazine hebdomadaire Ogoniok a notamment rebondi sur un article du Spiegel allemand, en demandant au premier ministre: «Pourquoi êtes-vous plus dangereux pour l’UE que, par exemple, le Front national, les Vrais Finlandais ou la Ligue du Nord italienne ?»

Les nationalistes, «faux ennemis»

Réponse d’Athènes: «Parce que Der Spiegel a tout compris. Les partis nationalistes sont de faux ennemis du système en place. Ils sont précisément un produit de la politique libérale de l’Europe, même s’ils menacent aujourd’hui de la détruire. Le parti (profasciste) grec Aube dorée est passé de 0,3 à 7% pendant les années de politique d’austérité. Contrairement aux partis de ce genre, nous ne proposons pas de quitter l’Europe ou la zone euro.» Mais Tsipras fustige «ceux qui ont imposé à l’Europe un modèle antidémocratique et antiéconomique. Quoi qu’en disent les 28 pays membres de l’UE, c’est la fameuse «troïka» (CE, BCE, FMI) qui prend des décisions et agit dans l’intérêt des banques, et non du développement économique dans l’ensemble.»

«Ce qui a été fait avec la Grèce devrait même entrer dans les manuels d’économie en tant que contre-exemple», ajoute-t-il. C’est peu dire que le débat est lancé, et qu’il s’annonce musclé ces prochains mois.

Lire aussi : La Grèce dénonce une manipulation de l’UE sur l’Ukraine

metaTV.org

01:36 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

information à diffuser

Vu l'enlèvement en TAXI CE MIDI relaté dans koaci , le témoignage reçu par Franck Olivier Anasse,relatant une obscure réunion de taxis est peut-être utile , PRUDENCE A ABIDJAN.
Claudine Hermine Cojan


ENLÈVEMENTS D'ENFANTS.

je partage avec vous un témoignage reçu ce soir inbox..
sûrement que Hamback va encore parler de jaloux qui veulent ternir l'image de leur régime ..

L'amie à ma petite soeur est monté dans un taxi avec ses amis.
-Le taximètre: mes enfants. Faites bcp attention. Ne montez pas dans les taxis comsa.
-Les filles: pkoi tonton?
-Le taximètre: mon ami taximètre comme moi m'a appeler pour me parler d'une réunion . j'ai demandé kel réunion? Il m'a demandé de venir je saurai.

Je suis donc parti. J'ai trouvé bcp de taximètres. J'ai cru à un association de taximètres, mais non.

Quelques minutes plus tard j'ai vu une grosse voiture noire arriver. Un monsieur en veste noire et lunettes noires est sorti.
Il nous a demandé de lui envoyer des gens.
J'ai demandé . envoyer des gens comment?
Il dit vous savez ceki se passe actuellement au pays non.
J'ai donc besoin de gens. Homme femme enfants. Toutes les personnes que vous allez prendre.
Ya beaucoup de taximetres qui on dit kil sont d'accord. J'ai fait comme si jetai d'accord et je suis parti.
Je vous assure que j'ai pleuré pendant plusieurs minute

Je me suis dis bcp de personnes innocentes vont mourir dans cette histoire

PS: j'ai publié tel que reçu .
Franck Olivier Anasse

00:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

31/01/2015

Dame Killy interpelée

Veillée de la mémé Gado à Yopougon : Et si Killi s’était évitée un tel sale bain !!!!
------------------Âmes sensibles, passez votre chemin-------------------------



De sources concordantes, les choses ne se sont pas arrêtées aux bretelles redressées à celui qui prétend " redresser ce qui est tordu..."
En effet, après que Monsieur AFFI N’guessan ait été respectueusement rappelé à l’ordre par les militants du FPI avec son escouade de FRCI qui l’encadraient maladroitement à un vrai rassemblement des militants du FPI, un moment terrible a suivi pour dame Kili Angeline, ès-qualité de première dame en songe….Voisine de l’ancien Président du Conseil Général de Lakota, Monsieur Jean-Claude GNAGRA, dame Kili attaqua violemment, par des propos orduriers, cette personnalité qui marmonnait que « Pour AFFI, c’est fini ». Elle lui reprocha de dire n’importe quoi….

C’est à ces propos que le vaillant député de Koumassi Jules YAO Yao accouru pour savoir ce qui s’était passé pour justifier cette agression de Kili à l’endroit du Président GNAGRA ? Aussitôt, l’honorable Yao Yoa Jules fit dignement face à dame Kili Angéline pour l’interrogataire-délibération, en ces termes : « Toi Kili Angéline, ne sais-tu pas que tu es coupable de parricide. Quelqu’un est en train de tuer ton papa, et tu le soutiens aveuglement. N’as-tu pas honte. D’ailleurs, il se raconte que tu en veux de la sorte à Gbagbo parce qu’il t’aurait emprisonnée. Ne sais-tu pas que c’est parce que tu as volé que tu as été emprisonnée ? D’ailleurs, n’as pas seulement volé que l’argent de l’Etat. Tu es aussi une voleuse de mari. Crois-tu que AFFI qui a été capable de jeter aux oubliettes une femme avec laquelle il a passé plus de 40ans de sa vie, fera de toi quelque chose de durable…? Ôkpô… »….
Et les clameurs firent le reste du travail….Je salue, au passage, le pondéré et digne BEDY Hohy, Directeur de Cabinet de l’honorable Agoh Marthe, qui, une fois n’est pas coutume, y était, et avait aussi apprécié l’uppercut très sonore de l’honorable Yao Yao Jules en se joignant à la production des clameurs d’accompagnement de dame Kili à la sortie, à la suite de son cher «époux ».
Lorsqu’on parle, avec instance, à deux personnes unies par le mal, comme Kili et Affi, elles devraient, enfin se donner les moyens de faire jouer leur rôle à leurs oreilles.
Autrement, ça donne cet apéro….
Tchedjougou Ouattara

22:20 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Déclaration du FPI sur les enlèvements et assassinats d'enfants

Enlèvements et assassinats d'enfants, Déclaration
                du FPI, Tueurs d'enfants"Depuis quelques mois, il ne se passe pas un jour sans que l'on ne signale, dans les quartiers d'Abidjan et même dans les villes de l'intérieur, des enlèvements et des assassinats d'enfants. En recoupant les informations fournies par la presse, en l'absence de chiffres officiels, nous sommes à plus d'une vingtaine d'enfants ; de jeunes filles et de jeunes garçons enlevés en l'espace de trois mois. Les corps de la plupart des victimes sont retrouvés au bout de quelques jours atrocement mutilés, amputés de certains organes précis. Ce qui fait croire à des crimes rituels. 

La réaction tardive du gouvernement, n'est pas à la hauteur de ce phénomène d'une ampleur inédite dans l'histoire de notre pays. Triste ironie du sort, le jour - même où le gouvernement annonce enfin le déploiement de 1500 agents des forces de sécurité, ce jeudi 29 janvier 2015, pour lutter contre les enlèvements d'enfants, la nouvelle de l'enlèvement de deux élèves devant leur école à Yopougon provoque des scènes de panique et le lynchage de personnes suspectes. Les populations,  en état de choc, ont fait fermer les écoles du quartier en retenant leurs enfants à la maison.


Le Front Populaire Ivoirien rappelle que les enlèvements et assassinats d'enfants sont des formes de criminalité particulièrement ignobles parce qu'ils visent des êtres innocents,  espoirs de leurs parents et qui représentent l'avenir de la nation. Ce phénomène qui surgit en ce début de l'année électorale inquiète d'autant plus que la situation sécuritaire globale reste fragile dans le pays depuis la crise postélectorale, et que les remous fréquents au sein même des FRCI ne sont pas faits pour rassurer les populations.  


Le Front Populaire Ivoirien exprime sa compassion à toutes les familles qui vivent actuellement le drame de perdre des êtres chers, des enfants enlevés et assassinés.  
Le FPI rappelle au gouvernement que son premier devoir envers les populations de ce pays c'est d'assurer la sécurité de leurs personnes, de leurs enfants et de leurs biens. Il engage en conséquence le gouvernement à tout mettre en œuvre pour éradiquer ce fléau.

Le FPI invite enfin toutes les populations à la vigilance et à la solidarité, autour de nos enfants, à l'école comme à la maison. C'est notre avenir et l'avenir de notre nation qui sont en jeu.

Fait à Abidjan le jeudi 30 janvier 2015

La Secrétaire Générale et porte-parole du parti
Agnès Monnet"

22:08 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Enlèvement et meurtres d'enfants en Côte d’Ivoire

Mise au point. ::::
un cas s'est produit au carrefour amondji qui est à 100 m maxi de chez moi.
Une femme a envoyé son voisin prendre ses enfants à l'école pour elle; et comme lui a une moto, il les a mis sur sa moto et arrivé au carrefour Amondji les policiers l'on sifflé pour contrôle afin qu'il confirme si ces enfants son les siens.
Or à coté de la scène y a plusieurs garages, donc les mécaniciens voulant rien comprendre, ont décidé de tuer l'homme à la moto. Les 2 policiers s'opposaient. Malgré des tirs en l'air pour disperser la foule, ils n'ont pas pu et un commissaire de passage, voulant prendre l'individu et les enfants pour les conduire au 16ème arrondissement de Yopougon pour que cette affaire soit tiré au claire, à vu sa voiture bousillée par la foule.
Actuellement le Monsieur en question vient d’être conduit à l’hôpital par une ambulance. Il est dans un état critique;
C'est après cette scène que la mère des enfants est venu confirmer que c'est elle qui l'a envoyé chercher ses enfants.
donc voilà un peu ,à yop ici ça crée donc la psychose —.
Rose Josee

[

22:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

brouteurs

22:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Irak: les Yazidis appellent Israël à l'aide

C'est dans ce genre d'interpellations que l'on voit si Israël est à la hauteur de son appel, être la lumière du monde...Malheureusement, ce peuple, qui est, qui demeure la prunelle de l’œil de l’Éternel est aux mains de gens beaucoup moins consacrés qu'il n'y parait, et Netanyahou, en campagne électorale ne sera peut-être pas enclin à entendre et répondre à des voix qui le détournent de son objectif: retrouver son siège et une bonne grosse coalition pour continuer à suivre la loi du profit au lieu de cette de la justice et de la vérité.
Shlomit


Un chef de la minorité persécutée par l'EI souhaite un soutien de l'Etat hébreu pour repousser les djihadistes

Ahmad Al-Rubaye (AFP)Ahmad Al-Rubaye (AFP)"Des Irakiens de la communauté Yazidis fuient les jihadistes en traversant la frontière syrienne, à Fishkhabur, le 11 août 2014"
Un responsable d'une milice paramilitaire de la minorité yazidie en Irak a lancé cette semaine un appel à Israël pour qu'il vienne en aide à la communauté persécutée par les djihadistes de l'Etat islamique.

Le lieutenant-colonel Ibrahim Lukman a déclaré au site d'informations Al-Monitor basé à Washington, que la milice yazidie avait besoin d'armes, et qu'il souhaitait obtenir un soutien de la part d'Israël afin de pouvoir mieux combattre les djihadistes.

"'Les Yazidis soutiennent Israël dans son combat contre ses ennemis qui sont semblables aux nôtres", a-t-il affirmé.

La milice, forte de 12.000 membres, s'est créée en août pour résister aux hordes de l'Etat islamique qui persécutent les Yazidis depuis l'année dernière. La plupart des combattants ne sont pourtant pas formés.

"Nous appelons le gouvernement israélien et son chef à intervenir et à aider cette nation qui aime le peuple juif," a déclaré Ibrahim à Al-Monitor.

"Nous serions très reconnaissants envers Israël si nous établissions des relations militaires, qui pourraient consister, par exemple, à la formation des combattants et à la constitution d'équipes mixtes. Nous sommes bien conscients de la situation dans laquelle les Israéliens se trouvent, et les souffrances qu'ils ont endurées à cause des Arabes depuis l'établissement de leur Etat. Nous aussi, nous souffrons à cause d'eux ", a ajouté Ibrahim Lukman.

Un médecin yazidi qui vit en Allemagne a également déclaré à Al-Monitor que les Yazidis et les Juifs pouvaient trouver un terrain d'entente, les deux étant victimes de génocide. "Ce qui nous est arrivé est le plus grand génocide depuis l'Holocauste des Juifs en Europe," a déclaré le docteur Mirza Dinnay. "Dans l'Holocauste, l'objectif était d'anéantir tout un peuple, les Juifs. L'Etat islamique a un plan similaire : exterminer tout un peuple, les Yazidis ".

La minorité yazidie, considérée comme hérétique par l’EI, a été particulièrement visée par les exactions du groupe extrémiste qui a conquis des pans entiers du territoire irakien, notamment les alentours du mont Sinjar (nord), fief des Yazidis.

Les djihadistes y ont enlevé des centaines sinon des milliers de femmes, vendues comme épouses ou réduites à l’esclavage sexuel, selon Amnesty International. Plusieurs se sont suicidées pour échapper à ce destin.

Selon un responsable kurde qui a recueilli le témoignage d’un rescapé, quelque 3.000 yazidis sont encore aux mains de l’EI.

Samedi, Israël n'avait pas encore répondu à la demande du responsable de la minorité persécuté
i24news

22:04 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le chargé de Mission du président gabgbo au Ghana

Jo Mamadou, le chargé de Mission du président de la république, son excellence Laurent Gbagbo est dans la capitale ghanéenne depuis quelques jours pour délivrer un message particulier du président Gbagbo au président de la COPIE (Coalition des Patriotes Ivoiriens en Exil), DAMANA Adia Pickass et encourager toute la jeunesse ivoirienne en exil.

Après avoir donné les nouvelles du guide injustement détenu à la Haye, il s'est prêté aux questions pertinentes de cette jeunesse qui en avait visiblement beaucoup sur le coeur et y a répondu sans détours. Il y avait entre autres réponses, la confirmation de la candidature du président Gbagbo, sa vision de la crise actuelle au parti, son état moral, ses projections pour l'année 2015 etc... Il a surtout assuré que le président Gbagbo de là où il se trouve est très informé des attitudes des uns et des autres dans cet exil, ceux qui sont sincères et solidaires envers leurs compatriotes et ceux qui ne le sont pas. Il sait tout et il demande à cette vigoureuse jeunesse de tenir bon car lui il tient bon.
C'est donc dans la satisfaction totale que la rencontre de ce 28 janvier 2015 à Accra s'est achevée.
Fier Ivoirien

22:02 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Affi N'Guessan, Marcel Gossio ... humiliés et chassés de la veillée funéraire de la mère de Laurent Gbagbo.

C'est  dans cette nuit du vendredi 30 au samedi 31 janvier qu'a lieu la veillée funéraire de la mère de Laurent Gbagbo à Yopougon à la place Figayo. Une veillée au cours de laquelle des populations d'Abidjan et des militants du Front Populaire ivoirien  sont venus nombreux pour rendre hommage à la mère de l'un des illustres et dignes fils de la Côte d'Ivoire.
A cette veillée étaient naturellement attendus tous les responsables du FPI, avec  à leur tête Pascal Affi N'Guessan, président controversé du parti.
Affi y était bien présent avec ses lieutenants, tous opposés à la candidature de Gbagbo pour la présidence du Parti. Une opposition si farouche qui a connu l'intervention de la justice aux ordres de l'Exécutif . Cette justice  mise abusivement  à contribution  a  "invalidé"  la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidence du FPI. Toute chose qui est venue conforter la suspicion légitime  selon laquelle Affi  N'Guessan est un collabo du régime Ouattara.
Mais leur présence à cette veillée a été de très courte durée, comme il fallait bien s'y attendre.  Ils ont été hués et chassés par les militants  indignés de les voir en ce lieu.
La femme  d'Affi N'Guessan, dame Angeline Kili, venue se plaindre de l'accueil désagréable réservé à son mari, a été éconduite elle aussi de la même manière. Sur le réseau social facebook circulent déjà des vidéos de cette humiliation.
Persona non grata, Affi  N'Guessan et ses lieutenants n'ont donc pas pu assister pleinement à cette veillée de la mère du président  Laurent Gbagbo, Maman Gado Marguerite. 
Effectueront-ils le déplacement le  6 février prochain à Blouzon, village natal de la défunte, où elle sera inhumée le 7 février? Les jours à venir nous situeront.

Claude Ossadi
civox
_____________________

Version Affi

Veillée de la maman de Laurent Gbagbo à la place FICGAYO. Des badauds empêchent le Président Affi N'guessan d'accéder au lieu de la cérémonie.

Une poignée de jeunes ivres conditionnés viennent d'empêcher le Président du FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIEN, Pascal AFFI N'guessan d'avoir accès au lieu où se tient la dernière étape au niveau d'Abidjan de la veillée de Mémé Gado Lélé Margueritte à la place Ficgayo de Yopougon. J'étais bien présent sur les lieux et ce sont des badauds puant l'alcool qui scandaient Affi dehors! Affi dehors!!! Très vite, un cordon de sécurité composé de la garde rapprochée du Président Affi N'guessan se forme autour de lui pour empêcher ces désœuvrés de toucher à son intégrité physique.
Des informations vite recueillies sur place font état de ce que ces jeunes ont été recrutés par celui qui se fait appelé l'ouvrier du combat et agissant sous ses ordres avec la bénédiction d'un certain gardien du temple qui n'a pas daigné un seul instant dit un mot pour empêcher ce comportement digne de personnes écervelées! N'est-ce-pas là encore une autre faillite dont il vient de se rendre coupable? On devrait s'attendre certainement à ce qu'il vienne se fondre en excuses publiques les jours à venir pour avoir accepté que des badauds imbibés d'alcool puissent empêcher le Président du parti fondé par Laurent Gbagbo d'assister à la veillée de la génitrice de ce dernier! On pourrait aisément dire que les frondeurs à cours d'arguments agissent maintenant comme les rebelles à qui il reste maintenant à donner des armes pour terminer leur sale besogne de la fronde dans la violence. Une culture de violence dont on accuse le FPI et pour laquelle la CPI maintient en détention le Président Laurent Gbagbo. On pense faire ainsi honneur au Président Laurent Gbagbo en convoyant des délinquants sue les lieux où se déroule la veillée funèbre de sa mère!!! Pauvre Gbagbo!!!!! Triste tout ça!!!!

Mais, qu'ils se ravisent, les frondeurs car le Président PASCAL AFFI N'GUESSAN a vu pire que ça et ce n'est pas une petite poussée de colère qui le déstabilisera. Ce sont les frondeurs qui courent pour l'instant dans sac! Le Président Affi N'guessan est devantdougou!!!

Djimi Dilanaud

______________________
 
FUNERAILLES DE LA MAMAN DU PRESIDENT GBAGBO : BANDES D’HYPOCRITES

Hier, Pascal Affi N’guessan a été hué et chassé de la veillée funéraire de la mère du président Gbagbo qui se déroulait à la place Ficgayo de Yopougon. Depuis lors, ses supporteurs, pleurnicheurs dans l’âme et adeptes de l’aplatissement ne font que gémir, accusant leurs adversaires d’avoir politisé les funérailles. Les affidés de tout genre et consorts, vous êtes des hypocrites car l’histoire est têtue et il suffit de l’interroger pour savoir ou se trouve la vérité.
Je me souviens que lorsque Pascal Affi N’guessan s’est rendu à Gnaliepa et d’autres villages de Gagnoa, les affidés, images à l’appui montraient qu’il avait été accueilli par une foule en liesse venu rendre hommage au président du FPI. Ce premier retournement de situation marquait le début de la politisation des funérailles car on ne peut pas aller voir des parents frappés par le deuil, ceux-ci sortent recevoir l’hôte et pleurer avec lui et ce dernier, tient des discours politiques. Faites un tour sur le mur Facebook de tous les affidés aux dates du 17 au 22 janvier et on verra tous. Les premiers à avoir voulu tirer des dividendes politiques de cette affaire, c’est bien vous.
Mais allons plus loin…
AFFI AUX JEUNES DE GNALIEPA LE 17 JANVIER
« Aboudramane Sangaré n’a pas eu de compte gelé, sa maison n’a pas été détruite. A sa sortie de prison il a écrit au gouvernement Ouattara, qu’il ne reconnaît pas et a bénéficié de 125 millions de FCFA pour sa rente viagère »
Source : http://laguneinfo.net/veillee-funebre-de-la-mere-de-laure...

L’ATTITUDE DE AFFI A LA VEILLEE À GNALIEPA

« Le président du Fpi a fait son apparition sous une forte escorte d’hommes en armes au moment où le père curé de la paroisse notre dame de toute grâce de Ouragahio s’apprêtait à commencer la prière. La logique aurait voulu que la délégation d'Affi N'Guessan, arrivée après les autres, se dirige vers eux pour les échanges de civilités. Mais cette délégation a fait fi de cela. Elle a pris place sans le moindre geste à l’endroit des camarades de lutte politique sous le regard bienveillant des prêtres. »
Pendant son homélie, le curé Eric Yalé, qui a suivi toute la scène, a insisté que les uns et les autres se donnent des signes de paix. « Je vais aller les saluer. Quant à toi le cameraman, sois prêt à filmer tout ce qui va se passer », a lancé Affi N’Guessan avant d’aller vers Dano Djédjé, Sokouri Bohui et les autres pour leur serrer la main. »
Source : Soir Info du 22 janvier 2015

Quand Pascal Affi n’guessan, sous prétexte de dire ses condoléances aux populations meurtries par ce décès sert des discours politiques aux populations, insulte ses adversaire et même Sangaré qui est perçu dans cette partie du pays comme « le frère » de Laurent Gbagbo qui, fait rare, lui a même confié les funérailles de sa mère, c’est que l’on n’est pas venu pleurer avec les populations endeuillées. Il a d’ailleurs visité plusieurs autres villages, ignorant leur deuil et leur servant des discours politiques. Si Alcide Djédjé veut organiser une tournée politique pour Affi, c’est son droit mais il n’a pas le droit de se servir de la mort de cette dame pour mobiliser les populations. C’est indigne.
Ce qui s’est passé hier est scandaleux et c’est pourquoi j’ai insisté sur le fait que sans soutenir cette action, je la comprends. Je comprends l’exaspération des uns et des autres mais de là à dire que cela a été organisé par les adversaires de Affi, c’est un raccourci qui ressemble aux enquêtes de Hamed Bakayoko.
Steve Beko
______________________

Serge Rabe: Je précise que j'étais là. C'est nous, les militants, qui l'avons chassé, sans même que Sangaré ne soit au courant et on va encore le faire s'il tente de venir à Blouzon.
‪#‎ON_AVANCE_SEULEMENT‬
Serge Rabe

___________________________

Place Ficgayo
          de Yopougon vendredi soir (DR)

Place Ficgayo de Yopougon vendredi soir (DR)

Le président « statutaire » du Front populaire ivoirien, le parti de Laurent Gbagbo, l’ex Premier Ministre Affi N’guessan a été refoulé vendredi soir vers 21H30 TU à Yopougon (ouest d’Abidjan) par des militants de son parti qui l’ont hué, à son arrivée à la veillée funèbre de la mère de l’ancien chef d’Etat Laurent Gbagbo.
“On ne veut pas de lui ici, on ne veut pas le voir, c’est un voleur“, lançaient des militants, visiblement furieux, alors que le leader du FPI franchissait l’entrée de la place Ficgayo de Yopougon, qui abritait la cérémonie funèbre.
Face à l’acharnement des militants, Affi N’Guessan a dû rebrousser chemin avec son garde du corps, que des agents de sécurité – des militants également – accusaient de détenir illégalement une arme.
Angeline Kili, l’épouse d’Affi, ainsi que Marcel Gossio, cadre du FPI, et ancien directeur général du Port autonome d’Abidjan, ont également été conspués et refoulés par les militants.

Le président statutaire du FPI fait face depuis plusieurs mois à un vaste mouvement de contestation au sein même de son parti, depuis l’annonce de sa candidature à la présidence du parti, contre l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, incarcéré depuis trois ans à La Haye.
Fin novembre, M. Affi N’guessan en poste depuis 2001, avait déposé un recours sans succès auprès du comité de contrôle du parti, la structure chargée au sein du parti d’enregistrer et de valider les candidatures, pour invalider la candidature de son challenger.
Le 29 décembre 2014, la justice ivoirienne avait ordonné le retrait de la candidature de Gbagbo, pour n’avoir pas déposé une demande manuscrite selon les exigences du comité d’organisation du congrès. “Je suis candidat unique mais je ne m’engage pas dans une logique d’exclusion“, avait déclaré Affi N’guessan, après le verdict.
Un Comité Central du parti est annoncé pour le 7 mars 2015. Il devrait suspendre monsieur Affi N’guessan, rejeté par la plupart des bases du parti, de ses fonctions. Monsieur Affi N’guessan FPI estime que la candidature par procuration de Laurent Gbagbo à la direction du parti n’emporte pas l’adhésion de l’ex-chef de l’Etat.
Marguerite Gado, la mère de l’ancien chef d’Etat ivoirien, est décédée le 15 octobre 2014, à Yamoussoukro (capitale politique, centre ivoirien). Elle sera inhumée le 7 février.
Hervé Coulibaly avec agences et Alerte info
conectionivoirienne

20:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Robert Mugabe, nouveau président de l'Union Africaine

interview un peu décevante, Michel Galy reste un homme d'appareil... même s'il a peut-être de l'affection pour Robert Mugabé et son franc parler, il se sent obligé de rentrer dans le jeu classique occidental de la description d'un dictateur et un homme qui s’accroche au pouvoir grâce aux élections truquées. Pourquoi entrer dans le jeu de l'Occident en parlant de quelqu'un qui s'accroche au pouvoir? N'y a -t-il pas déjà quelqu'un qui a été conduit à La Haye parce qu'il s'accrochait au pouvoir, alors que c'est, parait-il, un grand ami de Michel Galy ?

Shlomit

Mugabé

(RV) Entretien- Le sommet de l’Union africaine (UA)s’est ouvert hier à Addis-Abeba, une réunion importante pour les pays d’Afrique avec deux thématiques majeures au menu des discussions : sécuritaire d’abord avec la lutte régionale contre le groupe terroriste Boko Haram, et sanitaire également avec l’éradication du virus Ebola dans les pays d’Afrique de l’Ouest. La cérémonie d’ouverture su sommet a été marquée par la désignation du nouveau président de l’UA, à savoir le chef d’état zimbabwéen Robert Mugabe.

A bientôt 91 ans, le doyen des chefs d’état africains est persona non grata dans de nombreux pays occidentaux en raison de sa politique autoritaire à la tête de son pays. Il jouit pourtant d’une popularité importante et d’un leadership réel sur le continent africain, comme nous l’explique Michel Galy, chercheur au CNRS et spécialiste de l’Afrique  

Des propos recueillis par Olivier Bonnel

C’est un euphémisme de dire que sa figure est controversée parce que, notamment en Grande-Bretagne, l’ancienne puissance colonisatrice, ce chef d’État très âgé est vraiment considéré comme un dictateur et un despote, interdit de territoire et de sommet en Occident alors qu’effectivement, dans un certain nombre de pays africains, il est considéré, d’une part, comme un libérateur de son pays puisque le Zimbabwe est devenu indépendant en 1980 et ensuite, quelque part, comme un dirigeant qui tient tête à l’Occident par des provocations et en tout cas, un langage anticolonial.

 En quoi cette prise de fonction de Robert Mugabe à la tête de l’Union Africaine est importante pour le continent, compte tenu de son aura?

- D’une part, il y a une sorte de prime à la longévité puisqu’il va avoir 91 ans et puis, il s’agit d’une présidence tournante. Ce qui est étonnant, c’est qu’il y a quand même une prédominance avec Madame Zuma de l’Afrique australe en ce moment, au sein de l’Union Africaine. C’est quand même quelque chose d’assez exceptionnel. Par ailleurs, c’est effectivement étonnant, c’est une sorte de pied de nez à l’Occident de choisir, pour cette présidence tournante, un chef d’État qui est quand même très contesté par les occidentaux, au moment où sur des situations de conflit comme la Libye, on pensait que l’Union Africaine allait exercer ses capacités de négociations avec les anciennes puissances coloniales.

 Selon vous, la politique de l’Union Africaine va changer sous cette présidence Mugabe ?

- Vous savez, c’est quand même quelqu’un de largement imprévisible, qui multiplie les provocations ou les tirades contre l’Occident et les impérialistes. Mais ce que ne voient pas souvent les occidentaux font semblant de l'oublier, c’est que quelqu’un comme Nelson Mandela avait souvent des positions qui, dans une certaine mesure, étaient proches de celle de Mugabe notamment ses liens avec Kadhafi et une opposition à toute intervention militaire sur le continent africain. Donc, il n’est pas si isolé qu’il peut paraitre à Londres ou à Paris.

Certains de ses détracteurs disent que cette présidence Mugabe à la tête de l’Union Africaine va geler un peu plus le statut quo au Zimbabwe où il n’y a pas de transition politique depuis longtemps...

- Oui, vous avez raison. Il est populaire dans les foules africaines comme le représentant d’une Afrique digne quand on pense, par exemple, aux tirades de Paul Kagamé ou de tel ou tel leader nationaliste. Mais il l’est beaucoup moins à l’intérieur du pays puisque, c’est bien connu, il truque les élections successives, il arrive à un modus vivendi difficile avec Tsvangiraï et son opposition, de manière générale, en s'appuyant sur l’armée, les structures de force, la police, etc. Donc, il y a sans doute une perception différente à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur.Au Zimbabwe, il y a au moins la moitié de la population qui serait quand même bien d’accord avec certains occidentaux qui le prenne pour un dictateur.

Est-ce qu’il faut craindre une perte de crédit de l’Union Africaine auprès des instances internationales ?

- C’est certain, d’autant plus que ce qui est très étonnant, pour parler directement, c’est que ce sont quand même les occidentaux qui paient les factures de l’Union Africaine. Il n’y a pas non plus d’armée panafricaine sous la direction de l’Union Africaine. Donc, c’est une institution qui agit justement un peu par le verbe mais qui est largement dépendante de l’Occident, qui a peu de pouvoir et elle risque d’en perdre encore plus et peut-être, dans certains cas, aller jusqu’au clash sous la présidence de Mugabe.

Finalement, la figure de Mugabe ne résume-t-elle pas le malentendu sinon le fossé entre les pays occidentaux et les pays africains ?

- Certainement. Il faut dire aussi quelque chose : peut-être faudrait-il rappeler les vidéos de Mugabe. Il a un sens de la répartie et du verbe absolument extraordinaire et parfois pertinent. Par exemple, quand on fait allusion à son grand âge, il demande tout de suite au journaliste s’il a posé la même question à la reine d’Angleterre! Donc, il y a effectivement quelque chose de parfois très amusant dans ses réparties. Mais vous avez raison de dire que ce genre de plaisanteries sont inoffensives, alors qu'il y en a qui sont liées à l’occupation des terres des colons blancs, en tout cas de la population blanche du Zimbabwe qui sont extrêmement dures. Quand Mugabe dit qu’il est "diplômé de la violence" qu’il a exercé pendant la lutte de libération et qu’il peut l’exercer contre les populations d’origine blanche de son pays, ca fait parfois froid dans le dos.

radio Vatican

transmis par Michel Galy

20:26 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Enlèvements, encore et toujours....

Encore deux témoignages

Mon neveux vient de m'informer qu'un de ses camarade de quartier et lui ont failli être enlevés par des personnes inconnues.
En effet, revenant d'une course, ils rentraient à la maison aux environs de 22 heures. A la hauteur d'une cabine téléphonique ils ont été surpris par trois personnes armées, à bord d'une voiture qui leur demandent de monter. Mon neveux a eu le temps de s'enfuir, tandis que son camarade de quartier à été maitrisé par l'un des occupants du véhicule.....
Voyant son ami en difficulté, il s'est mis à crier au secours tout azimut et des personnes de passage et les gardes de corps d'un général de l'armée leur ont prêté main forte et les ravisseurs se sentant en danger, ont abandonné la victime.
Voilà comment ces deux jeunes de la trentaine ont échappé ã un enlèvement.
Nous bénissons Yeshoua pour cette victoire qu'il a donnée à ces innocents.
Vigilance, vigilance, vigilance. Ça ne concerne pas que les enfants.
Melanie Debrest


koaci.com – Samedi 31 janvier 2015 - C'est avec les enlèvements d'enfants, l'une des psychoses de la société ivoirienne depuis l'affaire Awa Fadiga. Samedi midi une jeune fille a échappé à ses ravisseurs en sautant d'un taxi-compteur au Plateau au niveau de la chambre de commerce quand sa camarade n'ayant pu s'échapper, est restée dans leurs mains avant d'être pris en chasse par la police comme constaté sur place par Koaci.com.

Les faits, d'une extrême rapidité, comme émanant d'un réseau organisé, se sont déroulés au Plateau à proximité de la chambre de commerce aux alentours de 12hTU.

Une jeune femme d'environ 25 ans, étudiante au groupe SEFIAT, une grande école au située en plein Plateau, et dont nous tairons pour l'heure l'identité, a dû sauter d'un taxi compteur de marque Toyota pour échapper à ses ravisseurs. Malheureusement son amie semblerait ne pas avoir eu le temps nécessaire pour faire de même. En effet, cette dernière est restée prisonnière dans le véhicule du rapt.

Deux hommes et, apparemment, une femme constituaient l'équipe de l'enlèvement prise en chasse par une patrouille de la police diplomatique  de passage dans le quartier au moment des faits et attirée par les cris et autres agitations des témoins.

Courageusement, un parmi ces derniers a tenté vainement de s'accrocher au taxi. Il tombera en cours de route au niveau d'un supermarché situé non loin.

Le Plateau, centre de la capitale économique, compte de nombreuses écoles supérieures qui accueillent les élèves les samedis. Nombreux sont ceux qui rejoignent à pieds les gares de woro woro et de taxi pour rentrer chez eux.

Reste désormais à savoir si la police aura réussi a rattrapé les malfaiteurs.

19:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Mme Lorougnon répond à sa cadette en rébellion.

Camarade,

Je voudrais te souhaiter bonne arrivée, comme on le dit chez nous. Et même si ce n’est pas la meilleure façon, c’est déjà bien que tu te signales aux nombreux militants et militantes du FPI, qui se demandent où tu étais ces 10 dernières années.


J’ai dû répondre à de nombreuses camarades que tu m’es apparue, seulement le 4 juillet 2014, à l’occasion du réaménagement controversée du secrétariat général par le président sortant, Affi N’guessan. Mais jusque là encore, il y a problème ! personne ne te voit. Et la raison est simple camarade, tu n’as jamais été présente ni aux réunions ordinaires, ni aux assemblées générales de l’Organisation des Femmes du Front Populaire Ivoirien (OFFPI), ni aux rassemblements de quelque nature que ce soit.
J’ai dû répondre à de nombreuses militantes qui se demandent d’où tu viens, en disant que, c’est seulement à la faveur de cette « sortie de route » que tu te signales à moi, dont tu te réclames la 1ere adjointe.
Qu’importe ! Voici ma réponse à ton texte dont la forme laisse deviner que c’est une déclaration ( ?). Et dont la signature « Pour les femmes du Fpi, la vice présidente du Fpi et 1ere Secrétaire nationale adjointe de l’OFFPI » est révélatrice d’un amalgame saisissant.

Camarade,
Je voudrais aussi t’expliquer pourquoi ma réponse à ton texte prend la forme d’une lettre ouverte. C’est parce que je pense qu’il est plus juste de s’adresser à toi seule, et qu’il serait injuste d’impliquer les femmes du Fpi pour lesquelles tu n’as que mépris et manque de considération. C’est connu. Si je m’adresse personnellement à toi, c’est simplement parce que je trouve plus juste de penser que tu ne peux parler, ni au nom des femmes de l’Offpi, encore moins des femmes du Fpi. Parce que tu ne les connais pas.

Dans la forme, tu prétends écrire « pour les femmes du Fpi », entant que « La vice présidente du Fpi et 1ere Secrétaire nationale adjointe de l’OFFPI ». Mais ni cette prétention, ni les titres dont tu te prévaux ne légitiment et ne confèrent une quelconque pertinence à cette démarche désespérément solitaire.

Camarade,
Ce texte encombré d’injures, d’incohérences et surtout d’amalgames n’a qu’un seul mérite. Il traduit l’état d’âme d’une militante qui agite injustement sa haine et son mépris, juste pour plaire à un prince. En proférant à la hâte, sans raison, de façon inefficace et maladroite des insultes, des invectives…
Il met surtout en évidence ton esprit d’indiscipline, et une audace suicidaire qui te tournent en dérision. Tous ces sentiments qui habitent ton esprit au moment de la rédaction du texte, le rendent politiquement illisible, et lui font manquer de pertinence, et de crédit. C’est pourquoi je m’efforcerais de ne pas te suivre dans tes déviations, tes insinuations, tes élucubrations.
Car, quand je dis, voilà ma réponse à ton texte, c’est à ce qui le mérite, à ce qui parait au moins un peu sensé, un peu conçu.
Dans le fond, camarade, ton texte est un tissu d’amalgames. Pour l’essentiel, il se résume à des reproches. Tu trouves que je vilipende le président sortant Affi N’guessan et d’autres personnalités politiques nationales et internationales. Et tu estime que « trop c’est trop ».

Camarade,
Toi dans le rôle d’une justicière, avec l’épée de l’injure dans les dents ? Je te trouve pathétique et je comprends les nombreux militants qui ne cessent de m’appeler pour dire que tu te donnes en ridicule. Car pour ce rôle, tu n’as ni la capacité, ni la prestance, ni la présence qu’il faut.

Camarade,
Beaucoup de militantes et militants ont déconseillé une réponse à ce texte qui s’essouffle par son insuffisance conceptuelle. Mais je t’adresse une réponse pour te dire de quitter cette posture qui ne te convient pas, qui te rabaisse et te déshonore. Parce qu’inconsciemment, tu t’attaques à la liberté d’expression à l’encontre d’une militante du Fpi, un front de courants d’idées, qui plus est se réclame un parti souverainiste.
Tu prétends que je m’attaque à la légitimité du président sortant du Fpi et à des personnalités internationales (allusion faite à la lettre ouverte que j’ai adressée au chef de l’Etat français). Je te surprends à apparenter hélas, la cause du président du Fpi, à celle du président français, à mettre la cause du premier responsable du Fpi et celui de la France impérialiste dans le même sac.

Camarade,
Tu fournis la preuve sans appel, aux yeux des ivoiriens et du monde, que le débat interne au Fpi est devenu un antagonisme idéologique, avec d’un côté ceux qui gardent le cap originel du parti. Et de l’autre côté, ceux qui estiment que l’occident étant « fort », il faut « s’aplatir » pour collaborer, en quelque sorte, des adeptes de « la fin justifie les moyens ».
Je suis du premier camp, je continue de croire que le Fpi est un parti qui peut sauver les peuples africains sans compromission. Et toi du second camp. C’est pourquoi tu ne me comprends plus.

Concernant la crise interne, plutôt que de t’attaquer aux conséquences, interroge toi sur les origines. Tu comprendras alors que ce n’est pas moi qui suis indisciplinée. Pour ta gouverne, l’indiscipline au sein d’un parti politique comme le nôtre se manifeste par le non respect des textes, des procédures de fonctionnement et des principes démocratiques... qui sous entendent son existence.


Crois-moi, ce n’est pas moi qui passe outre les décisions de notre comité central, pour ordonner le siège du Fpi dans cette version redoutée de la Cei, avec à sa tête Youssouf Bakayoko;
Ce n’est pas moi qui collabore avec « la justice des vainqueurs » pour reporter le congrès du Fpi alors que des voies de recours internes existent ;
Ce n’est pas moi qui attaque une décision du comité de contrôle du Fpi au tribunal ;
Ce n’est pas moi qui suis à l’origine d’une action en justice « pour faux et usage de faux contre X » (mais en réalité contre des camarades) ;
Ce n’est pas moi qui, de façon solitaire rencontre le pouvoir sans rendre compte aux instances du parti alors que selon l’article 6 des textes, le Fpi est un parti de débats ;
Ce n’est pas moi qui fais fermer le siège et qui remets la clé à un lieutenant de police du pouvoir Ouattara pour la garder ;
Ce n’est pas moi qui refuse de réunir les instances dirigeantes du Fpi et qui expose notre parti et ses militants à la répression;
Ce n’est pas moi qui refuse de convoquer le comité central ;
Ce n’est pas moi qui recherche une majorité à moi, au sein du FPI.
CE N’EST PAS MOI… qui fait preuve d’indiscipline au point d’avoir divisé le parti.


Camarade, mon attitude et celle d’une militante qui a conscience de son importance dans le concert des intérêts que le Fpi s’est engagé à défendre. Non mon attitude ne relève pas de l’indiscipline, au contraire, c’est la conscience à appartenir à une formation dont l’essence réside dans les contradictions.
Mon problème certainement, c’est que je n’ai pas comme toi, la conscience à appartenir à un « parti de notables » où l’autocrate régente tout au nom de tout le monde.

Camarade,
J’aurais bien voulu, comme toi, applaudir ce leadership dont l’action contribue à libérer « les pro-Gbagbo » de prison, à faire venir des pro-Gbagbo d’exil et dégeler leurs avoirs. Mais quand je vois, le président du Fpi lui-même en situation de semi liberté, devant la cour d’Assises, quand je regarde le nombre de prisonniers politiques (plus de 200 encore), le nombre d’exilés (plus de 80 000 encore) et la longue liste de ceux dont les avoirs sont encore gelés, je ne puis le faire. Je ne puis jubiler parce que, curieusement des cadres qui sont en bonne intelligence avec le régime ont eu leurs avoirs dégelés. Je ne puis manifester alors que la libération en question se révèle comme un deal avec un pouvoir qui veut donner des points à quelqu’un pour l’imposer aux militants du Fpi. Je ne puis me réjouir parce que je trouve paradoxal que le président du Fpi, dont le leadership politique permet de libérer des prisonniers politiques, soit encore et toujours avec 82 autres en liberté provisoire.

Maintenant concernant la démission, je voudrais te porter une leçon élémentaire. Dans les associations, quand un leader est en rupture idéologique avec son organisation, quand il refuse de suivre les décisions des instances dirigeantes, quand il est minoritaire dans le bureau que lui-même a composé, quand il est battu et désavoué sur toutes les questions de fond et de forme, il doit avoir l’honnêteté morale, la cohérence politique pour démissionner. Au sein du bureau de l’Offpi que je dirige, je n’ai jamais été mise en minorité… C’est donc à toi de tirer les conséquences pour toi-même et pour le prince que tu défends… Si tu as un minimum de logique morale politique, ce n’est pas à moi que tu dois demander de démissionner, mais à celui-là même qui n’est pas capable de maitriser et de rassembler les militants du Fpi ; à celui-là même qui n’a pas été capable de faire l’ordre, l’unité et la cohésion au sein du parti et dont la gestion a mené notre instrument de combat, le Fpi au bord de l’éclatement. Hélas.

Camarade,
Même si c’est avec une insouciance et une maladresse certaine que tu abordes la question de la démission, on te comprend. Selon toi, l’antagonisme idéologique est tel que, désormais, il faut une rupture pour libérer l’énergie du Fpi que cette crise paralyse.
Oui, il faut que le Fpi soit libéré pour faire face à des défis plus grands, pour lesquels le peuple ivoirien espère en lui. Je te rappelle que dans ce sens, les exemples abondent, concernant les leaders politiques qui ont fait preuve d’honnêteté morale, intellectuelle et politique et qui sont partis parce qu’ils ne se sentaient plus dans leur parti. Suis mon regard !
Camarade, toi qui as été propulsée au sommet de l’Etat un matin, grâce à Laurent Gbagbo, tu t’offusques parce que tu prétends que je m’attaque à la légitimité d’ Affi N’guessan.
Mais tu ne dis rien quand l’on traite Laurent Gbagbo d’ « imposteur »… On comprend, ta nouvelle vocation de « collabo » t’a transformée.

Merci d’être courtoise la prochaine fois que tu t’adresses à la Secrétaire nationale de l’Organisation des Femmes Front Populaire Ivoirien.

Marie-Odette Gnabry LOROUGNON
Secrétaire Nationale de l’OFFPI

19:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Aujourd’hui le drame est total

Accra le 31 Janvier 2014
EDITORIAL MECHANT MAIS VRAI

Photo:Ouattara au sommet de l'Union Africaine à Addis Abéba aujourd'hui

pour rappel, 24eme Sommet UA:
dans le cadre de la Présidence tournante de l'UA, SEM Robert Mugabe
 a succédé à SEM Mohamed Mohamed Ould Abdel Aziz.

En ces temps-là, les animaux parlaient comme les hommes…
Voici comment a surgi des entrailles de la plus belle chanson de geste Malinké un personnage mythique du nom de Sinimory, enfanté et nourri à la sève vivifiante des "ballets africains" du grand dramaturge Africain Fodéba Kéita. Même les congénères de Fodéba Kéita, Kouyaté Sory Kandia et Ashkar Maroff ne se souviennent plus des actes posés par Sinimory, des actes constitutifs de son entrée dans l’histoire. Est-ce qu’il est dit quelque part qu’un personnage légendaire n’existe pas, n’a jamais existé ? Non ! Le poète dit tout simplement que la "légende" est la représentation embellie de la vie d’un homme.
Sinimory a donc vécu parmi nous et posé des actes et c’est la représentation de cette vie qui est restée gravée dans la mémoire collective. Peut- on en conclure qu’un personnage légendaire est retenu par la mémoire de ses congénères et par les générations suivantes par la qualité des actes qui lui sont prêtés et auxquels, par sa seule existence Sinimory a donné un nom, un sens, une qualité, une vie. Dès que ce sujet est abordé en public, tout le monde nage dans la plus grande confusion, mais pis chacun cherche à donner à un membre de sa famille l’auréole d’un personnage historique.

Regardez comment le problème de l’adressage des rues d’Abidjan a lamentablement échoué. Chacun des membres de la commission a voulu s’octroyer ou affecter un boulevard à un membre de sa famille qu’il croyait sorti de la "cuisse de Jupiter". Aucun critère, aucun respect n’est retenu pour l’ouvrage qu’on veut ainsi honorer. Qui ignore que les plus grands footballeurs de notre pays ont pour noms : Séry Mogador, Ignace Ouégnin, André Ba, Jean Tokpa, Kalet Bially, Pokou Laurent, les frères Sissoko Edmond et Jacques, Bakary Toure (Scua), Sékou Touré (petit Sékou de Bouaké), etc… Mais quand il s’agira demain d’inaugurer un stade, vous verrez des politiciens médiocres se précipiter au-devant de la scène pour s’imposer à l’attention du peuple ; quand ce ne sont pas leurs épouses qui s’attribuent des noms de marchés ou de dispensaires dont elles sont incapables d’indiquer l’emplacement exact à leurs hôtes opportunistes.

Saviez-vous, pour ne prendre que cet exemple que Bernard B. Dadié n’a pas la moindre école primaire baptisée en son nom dans ce pays, à fortiori une université ?

Pour revenir à la légende il faut noter que les Français eux ne se trompent pas de héros. Ainsi le grand résistant Jean Moulin est entré au panthéon cependant que Charles De Gaulle attend encore son tour. Alassane Ouattara qui est allé chercher ses galons et ses armes à l’étranger pour asservir, écraser, humilier, minimiser, mépriser notre pays, s’imagine que les Ivoiriens vont faire de lui un personnage de légende. Non, parce que pour des personnages qui lui ressemblent les termes appropriés existent : Dictateur, prédateur, pilleur de ressources du peuple et autres noms de crotales et d’oiseaux de mauvais augure. Ouattara l'a si bien compris qu’il s’est déjà offert une superbe concession au cimetière des hauteurs du Cannet chez son ami Jean Estrozi à côté de Nice. Les personnages qui veulent entrer dans la légende à l’instar d’Alassane Dramane Ouattara, ignorent que le peuple les rejettera aussitôt tombés de leurs piédestals.
La raison en est bien simple parce que Alassane Dramane Ouattara n’a jamais servi que les Maitres des ténèbres. Les règles là-bas consistent à faire le mal et à glorifier le mal. Le peuple ne saurait retenir ni ses actes, ni son personnage. Personne n’est devin ni féticheur dans ce pays qui était tranquille avant l’avènement de ce suppôt du diable en Côte d’Ivoire. Combien d’accidents de bus, de gbakas et même de taxis ont décimé des populations entières d’Ivoiriens jusqu’à ce que ces pratiques de "sorcellerie d’Etat" deviennent banals.

Aujourd’hui le drame est total, inexplicable et difficile à excuser : le jeudi 29 Janvier au soir, je vois à la télévision Ivoirienne Première chaine, un énergumène qui se contorsionnait dans tous les sens pour expliquer comment il avait décidé de tuer avec une machette des enfants innocents qui batifolaient dans un bassin public à Yopougon.

Les enfants et un témoin-victime confirment les faits. Dernière question du reporter : "Pourquoi faites-vous ça ?" Réponse du délinquant : "C’est une commande". Hallucinant ! Il y a donc un commanditaire.

Le drame est total. Le Directeur Général de la police avoue publiquement son impuissance ou son incapacité professionnelle à résoudre le problème. Mr Brindou Mbia sait ! Il le sait. Il sait pourquoi cet assassin sans état d’âme qu’on veut faire passer pour un fou furieux a eu une plage de plus de 20 minutes à la télévision Ivoirienne pour expliquer comment il voulait tuer de pauvres gosses innocents. Cet homme qui n’aura aucune présomption d’innocence a été brandi à la face du peuple pour ne pas que l’attention des gens soit attirée par le rang et la position du vrai commanditaire. Si le pouvoir laisse l’assassin plastronner à la RTI c’est qu’il veut faire croire aux naïfs qu’il n’est pas le commanditaire. Or les Ivoiriens ont tout compris."Alassane Dramane Ouattara est très malade, il a besoin de sang humain frais pour se régénérer. Il ne faut donc pas que l’opération s’arrête". Ainsi que le proclame Digbeu Cravate tous les soirs "le crime, comme le football, ce n’est pas compliqué, surtout quand c’est expliqué par un spécialiste".

L’affaire d’Alassane Dramane Ouattara vient de loin. Le Directeur Adjoint du Fonds Monétaire International et Directeur du Pôle Afrique qu’il était au FMI s’est surpassé à la tâche peu glorieuse de déstabilisation des pays Africains. A cette époque-là, les éléphants étaient blancs, les lions mangeaient les margouillats pour survivre et le rêve de nos cadres complexés et assujettis à la pensée dominante- déjà- était de servir les Blancs. Les voilà donc aux ordres des pires assimilationnistes de la France éternelle qui n’a jamais eu que des intérêts, depuis la traite négrière jusqu’à l’indépendance nominale de nos pays. Pour mettre en place le système de l’exploitation, la France métropolitaine choisit de positionner des gouverneurs et des administrateurs noirs proches de ses valeurs à la tête de nos territoires qu’elle gardait ainsi sous contrôle… Pour être Président de la République en Côte d’Ivoire. Il a suffi que Alassane Dramane Ouattara plaise à ses beaux-parents Français qui n’hésitent pas à proclamer aujourd’hui encore, parlant de leur poulain, l’étalon du Yénéga : "Il nous ressemble" !!!
 
MAMADOU BEN SOUMAHORO
Ancien Député à l’Assemblée Nationale
de Côte d’Ivoire en exil au Ghana.
(communiqué par l'auteur)

19:18 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Enlèvements d'enfants: le mystère enfin dévoilé!

    L'édito de Jaurès Doué : Enlèvements d'enfants: le mystère enfin dévoilé! 

    Depuis l’irruption en Côte d’Ivoire de la triste culture du crime, comme voie royale de conquête du pouvoir d’Etat, la vie humaine a perdu sa sacralité. La déclinaison des valeurs morales planifiée par ceux qui administrent actuellement notre pays, a consacré la montée en puissance d’une immoralité sans pareille dont l’un des paragraphes est ce que l’on appelle à ce jour ‘’les enlèvements d’enfants’’.

    Aussi déplorable que blâmable, ce cauchemar qui cohabite avec le quotidien des Ivoiriens, éveille à plusieurs interrogations à savoir :

    Pourquoi ces enlèvements ?
    Qui en sont les auteurs ?
    Comment les prévenir ?

    Comprendre le pourquoi de ces enlèvements d’enfants, nous impose de braquer les lampions de l’analyse dans la direction de l’histoire récente de notre pays. De cet exercice, nous exhumons la vérité selon laquelle ceux qui gouvernent à ce jour notre pays contre la volonté de la démocratie, avaient estimé en 2002 que la conquête et l’assurance d’un contrôle durable du pouvoir d’Etat nécessitaient un nombre important de rituels.
    De ces rituels, « le premier est un mélange de sang et de certains organes d’enfants. Les enfants sont saints et donc ce rituel garantit selon nos devins, la sainteté de ce que nous voulons faire et surtout la certitude de notre succès. » Ces propos de 2008 d’ABDOULAYE COULIBALI dit ‘’AB’’ premier chef rebelle de la ville de Man en 2002, sont suffisamment évocateurs. Aussi ajoutait-il « nos marabouts nous ont aussi dit que lorsque nous serons aux affaires, chaque fois que nous serons dans une période où le sort du pouvoir d’Etat se joue, nous devons toujours répéter ce rituel pour mettre la chance de notre côté. »

    Chers lecteurs, ces propos de l’ancien chef rebelle de Man, déchu de sa position du fait de son appartenance à ‘’IB’’, sont de notre point de vue suffisants pour comprendre les décapitations à outrance des enfants dans notre pays.

    Nos enfants sont aujourd’hui devenus des brebis sacrificielles,
    pour consolider un pouvoir qui a réussi le triste exploit
    de faire d’un Etat de droit un Etat de nature,
    en substituant le droit à la vie au droit à la mort.

    De ce qui précède, il ressortit que combattre ce mal est indissociable de combattre le régime qui gouverne la Côte d’Ivoire à présent. Éradiquer cette ‘’calamité’’ revient donc à accélérer notre combat pour la restauration de la démocratie et le retour de l’Etat de droit. C’est à ce titre que nous parviendrons à réhabiliter la sacralité de la vie humaine, et à éviter à nos enfants le mouroir auquel ce régime les prédestine et qui hante leur quotidien.

    Voilà donc la seule voie salutaire, tout le reste c’est de la communication pour séduire l’opinion.
    On progresse….

    mis en ligne par
    Révolution Pour Gbagbo

18:58 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Noirs/shoah, victimes aussi, mais éternels oubliés... aussi !

L'histoire des persécutions nazies recèle encore des zones méconnues.
En marge des travaux sur le génocide des juifs, les recherches ont porté sur d'autres cibles de l'idéologie du IIIe Reich - Tziganes, malades mentaux, homosexuels. Mais les épreuves subies par les Noirs, considérés eux aussi comme des "sous-hommes", restent peu étudiées.
Le livre de Serge Bilé, qui entreprend d'éclairer cette histoire occultée, se fonde sur plusieurs sources : témoignages de survivants qu'il a lui-même recueillis, recherches menées par des historiens allemands, récits d'anciens combattants noirs célèbres, comme l'ancien président du Sénégal Léopold Sedar Senghor ou le poète antillais Aimé Césaire.
A l'avènement de Hitler, les Noirs d'Allemagne sont soumis au même traitement que les juifs. Les lois de Nuremberg de 1935, qui répriment les "non-Aryens", s'appliquent aux juifs et aux Noirs. Plus tard, dans les pays occupés, les Noirs, qu'ils soient civils, combattants ou résistants, originaires d'Europe, d'Afrique, des Antilles ou des États-Unis, subiront des persécutions spécifiquement liées à leur couleur de peau.

Les premiers Noirs visés par le nazisme sont les immigrés issus des anciennes colonies allemandes.
L'Allemagne du II e Reich a annexé la Namibie, le Cameroun, le Togo et le Tanganyika (l'actuelle Tanzanie). C'est là que les premiers camps de concentration ont été expérimentés, notamment à l'encontre du peuple herero, en lutte contre le colonisateur : le terme de Konzentrationslager apparaît officiellement pour la première fois en Namibie en 1905.

Le gouverneur nommé en Namibie est Heinrich Goering, le père du futur dignitaire nazi Hermann Goering. Ses méthodes expéditives ne viennent pas à bout de la résistance, et le général en chef donne, en 1904, un ordre d'extermination  (Vernichtungsbefehl) des Hereros. 80 % de la population est éliminée en quelques mois. Les survivants sont regroupés dans des camps de concentration, où des expérimentations anthropologiques et médicales sont conduites par le docteur Eugen Fischer. C'est lui qui, dans une Allemagne gagnée au nazisme, dirigera l'institut d'anthropologie et d'eugénisme de Berlin, épaulé par son assistant, Josef Mengele, le futur bourreau d'Auschwitz.

L'essor du Parti nazi s'appuie sur le sentiment d'humiliation nationale qui suit la défaite de 1918. Or l'armée française victorieuse était largement composée de bataillons coloniaux, comme les soldats africains étaient bien présents au sein des troupes d'occupation stationnées en Rhénanie en vertu du traité de Versailles. Au Reichstag, des députés dénoncent la "honte" que constitue l'utilisation de "troupes noires (...) dans un pays de civilisation germanique". "Ces sauvages représentent un effroyable danger pour les hommes et les femmes de ce pays. Leur honneur, (...) leur pureté sont anéantis". Et Hitler, dans Mein Kampf, d'enfoncer le clou : "Les Juifs ont emmené les Nègres en Rhénanie dans le but de souiller et de bâtardiser la race aryenne."

Devenu chancelier, il prive tous les Allemands d'origine africaine de leur citoyenneté. Les mariages mixtes sont interdits, les enfants noirs sont exclus des écoles. "Aujourd'hui, les Noirs et les juifs sont victimes d'un terrorisme fasciste", proteste en 1933 l'éditorialiste togolais du journal de Hambourg, The Negro Worker. En 1936, quand Hitler reprend la Rhénanie, la moitié des enfants issus de liaisons entre femmes allemandes et soldats africains sont envoyés en camps de concentration, l'autre stérilisée de force, sous l'autorité d'Eugen Fischer - un programme qui s'étend bientôt à tous les Noirs d'Allemagne.

En France occupée, les soldats de la Wehrmacht prennent leur revanche sur les soldats et les gradés noirs. Jean Moulin a raconté comment, en 1940, après le bombardement par des Allemands d'un petit village proche de Chartres, deux officiers nazis lui avaient demandé de signer un document prétendant que les victimes avaient été tuées par des tirailleurs sénégalais. A la suite de son refus, il avait été torturé et jeté dans un cachot auprès d'un soldat noir.

Massacres, déportations, exécutions sommaires : toute la violence hitlérienne se déploie aussi contre les soldats et les résistants noirs. Aux Antilles françaises, de nombreux jeunes gens - comme le psychiatre Frantz Fanon - s'enfuient vers les îles voisines britanniques pour rejoindre la France libre.

"TOUTE LA DOULEUR DU MONDE"

Le nombre des déportés noirs dans les camps de concentration reste inconnu : les populations originaires des colonies sont comptabilisées comme françaises. A Dachau, Buchenwald, Neuengamme, Mauthausen, ils subissent le sort commun, mais ils sont en outre humiliés en tant que Noirs (forcés à danser en rentrant du travail ou "blanchis", entendez : torturés à l'eau pour ôter la couleur noire).

Parmi les soldats américains qui libèrent les camps en 1945 se trouvent des GI noirs. Elie Wiesel a raconté leur entrée à Buchenwald : "Je me rappellerai toujours avec tendresse ce grand soldat noir. Il pleurait comme un enfant. Il pleurait de douleur, toute la douleur du monde, mais aussi de fureur."

L'auteur de Noirs dans les camps nazis s'est efforcé de retracer des parcours individuels, simples anonymes ou jazzmen réputés. En restituant les histoires de vie et les noms - ou au moins les surnoms, comme cette prisonnière de Ravensbrück cruellement surnommée Blanchette -, Serge Bilé dépose une stèle à ces dizaines de milliers de morts, civils ou combattants inconnus.

lemonde.fr
blackfeelings.com

18:48 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Pourquoi la visite de l'Internationale socialiste?

ATTEBY L'ÉMISSAIRE DE AFFI CONTRE GBAGBO, AU GHANA, TOGO et BÉNIN

Jusqu’où iront Affi et sa clique ? Cette question commence à avoir des réponses. Leur nouvelle trouvaille, c’est d’associer l’Internationale Socialiste à la crise de déstabilisation du FPI qu'Affi a planifiée depuis Bouna et mis en exécution depuis février 2014. Un homme clé dans se processus, c'est Edmond Williams Atteby qui passe son temps à raconter n’importe quoi sur facebook et se vante de ses qualités de négociateur. Qui ne sait pas qu’il est dans un jeu de rôle ???
Affidé mordu, il est au travail pour la mort politique de GBAGBO. Alors la première mission confiée à Atteby était d’aller convaincre le béninois Emmanuel Golou du parti social démocrate du Bénin représentant  l’International socialiste
Afrique. Ce parti avait été Coopté par le FPI dirigé par le Président LAURENT GBAGBO pour son entrée à l’internationale socialiste, était dirigé par un grand et digne opposant, Mr AMOUZOU BRUNO. A la suspension du FPI de l’internationale socialiste, c’est ce même parti, pratiquement inexistant au Bénin depuis que ce GOLOU a pris les arènes dudit parti, qui a été choisi pour représenter l’internationale socialiste Afrique .

Depuis hier le camarade Emmanuel Golou et une délégation du Parti Socialiste français sont à Abidjan pour voler au secours d'Affi (Un coup de poker d'Attéby). L’essentiel de leur mission est de rallier le FPI républicain et démocratique à la forfaiture politique du sieur Affi.

Le comité de contrôle, le comité central et les fédéraux sont désormais avertis !!! (...)
VIGILANCE !!!
Faure Eyima

18:40 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

tous les détenus seront libérés avant la présidentielle d’octobre 2015 (Ahoussou)

30 janvier 2015 | APA

Publié le
            vendredi 30 janvier 2015 | APA

Tous les détenus de la crise post-électorale ivoirienne seront libérés avant les élections présidentielles d'octobre 2015, a annoncé, jeudi soir à Abidjan, le gouvernement ivoirien à la reprise du dialogue politique avec l'opposition.

Le point des avancées du dialogue politique ainsi que les questions pendantes liées notamment au statut de l'opposition, au financement des partis politiques et aux questions électorales ont été à l'ordre du jour de cette rencontre.

"Nous avons discuté dans la franchise et la fraternité", a déclaré le ministre d'Etat auprès du Président de la République chargé du dialogue politique, Jeannot Ahoussou Kouadio au terme de la reprise du dialogue avec l'opposition qui a duré près de trois heures.

"Nous avons convenu de faire des efforts pour solder toutes les questions" pendantes, a ajouté M. Ahoussou Kouadio, rassurant que "nous ferons tout pour qu'avant les élections d'octobre 2015, qu'on ne parle plus de détenus ou de comptes gelés".

"On se retrouvera la semaine prochaine (jeudi) pour aborder la question cruciale de financement des partis politiques et des élections afin qu'elles soient inclusives et transparentes", a-t-il conclu.

Auparavant, le Président du Front populaire ivoirien (FPI) Pascal Affi N'guessan a salué cette reprise du dialogue avec le gouvernement. Selon lui, "le gouvernement a marqué sa disponibilité et son engagement à faire en sorte que ces questions trouvent des solutions définitives".

"Il n'y a pas eu de voix d'éclat au cours de la rencontre", s'est félicité M. Affi N'guessan, soulignant que "chaque acteur a marqué sa bonne disponibilité pour agir dans le sens de la stabilisation du contexte politique pour que cette année, soit une année de paix pour des élections transparentes".
le crid'Abidjan

18:32 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

L'internationale socialiste est de retour pour proposer ses services...

En cette matinée du 30 janvier, le Président du FPI recevait une délégation de l'Internationale Socialiste... Probablement pour l'aider à dénouer la grave crise de confiance entre lui et les militants de base, jouer les médiateurs... Mais un petit retour s'impose sur cette organisation qui a renié Laurent Gbagbo et exclu son parti, le FPI de son Internationale Socialiste. Alors que viennent-ils faire quatre ans plus tard, quatre ans pendant lesquels ils ont été terriblement silencieux? Veulent-il réhabiliter LG où sont-ils venus en émissaires officieux de François Hollande pour assurer Affi de leur soutien, s'il tient bon dans son désir de tourner la page?
Shlomit

_______________________

FPI. La question de l'Internationale Socialiste.

L'Internationaliste Socialiste est une organisation dont le FPI est membre, et Pascal Affi Nguessan en a même été l'un des vice-présidents. Cette organisation au sein de laquelle les partis membres partagent l'idéologie socialiste, est donc naturellement astreint à un certain devoir de solidarité vis-à-vis de ces partis membres. Mais L'Internationaliste Socialiste n'a jamais jamais condamné le coup d'état sanglant contre le président Laurent Gbagbo, et n'a même jamais envoyé une mission en Côte d'ivoire pour s'enquérir de la situation post-électorale en 2010, à l'issue de l'élection présidentielle.

Pourtant, cela n'a pas empêché cette organisation de prendre position contre le président Laurent Gbagbo qui réclamait le recomptage des voix comme solution. Elle a même plutôt apporté explicitement sa caution à ce qui n'était véritablement rien d'autre qu'une entreprise de destruction des acquis démocratiques dont le FPI a été l'artisan en Côte d'Ivoire. Dès décembre 2010, sans même avoir envoyé une mission en Côte d'Ivoire, l'Internationale Socialiste prend position et produit une déclaration dans laquelle elle appelle " le président sortant Laurent Gbagbo " " à céder le pouvoir et à respecter les résultats électoraux annoncés par la Commission Electorale Indépendante de Côte d’Ivoire le 2 décembre et avalisés par la CEDEAO, l’Union Africaine et les Nations unies."

Cette organisation ira même plus loin, toujours sans avoir envoyé de mission en Côte d'Ivoire, en excluant purement et simplement le FPI, le 29 mars 2011. Dans son communiqué, elle dira ceci : " Les participants ont rappelé l. Conscients des graves violations des droits de l’Homme qui ont été commises en Côte d’Ivoire et du fait que ce parti ne respecte pas la volonté démocratiquement exprimée du peuple, en contradiction directe avec les principes énoncés dans la Charte Ethique de l’IS, les membres du Présidium sont convenus de l’expulsion du FPI de l’Internationale Socialiste. La prochaine réunion du Conseil de l’organisation sera informée de cette décision."

L'Internationale Socialiste s'est donc retournée contre l'un de ses membres, sans états d'âme, et les raisons invoquées pour justifier sa position montrent clairement qu'elle ignore même le verdict du conseil constitutionnel ivoirien. Mais ce n'est pas tout.
Alors que le président Gbagbo et beaucoup de ses partisans sont depuis le 11 avril 2011 et aujourd'hui encore, en prison ou en exil, quand ils ne sont pas quatre pieds sous terre, et que les droits politiques de ceux qui dirigent le FPI sont chaque jour bafoués avec la menace constante, pour ceux qui bénéficient d'une liberté dite provisoire, de retourner en détention par la seule volonté du prince rebelle installé au pouvoir par la France, on n'a jamais entendu l'Internationale Socialiste condamner, même pour la forme, ces violations graves des libertés.
On se pose donc des questions.

Qui est à l'initiative de cette mission ?
Pourquoi cette mission de l'Internationale Socialiste vient-elle aujourd'hui, et pourquoi devrions-nous nous réjouir de cette mission ?
La seule crise dans un parti mis en quarantaine et exclu depuis 2011 peut-elle raisonnablement justifier une telle mission ?
La crise au FPI serait-elle plus importante, pour cette organisation, que ce que subissent ce parti et ses militants en termes de violations graves des libertés démocratiques ?
Pourquoi n'a-t-elle rien dit jusqu'ici, et pourquoi ne dit-elle rien là où le Parti Communiste Français, qui n'est pas membre de l' l'Internationale Socialiste, donne régulièrement de la voix ?
En Côte d'Ivoire, on dit souvent que " quand tu te vends moins cher, on t'achète moins cher ". L'Internationale Socialiste ne peut pas exclure le FPI sans même l'avoir entendu, sans avoir envoyé une mission d'information en Côte d'Ivoire, et revenir près de quatre ans plus tard sans expliquer pourquoi elle revient. Comme si de rien n'était;

Alexis Gnagno
___________________

Tête-à-tête entre le Président du FPI et une délégation de l'Internationale Socialiste.
Abidjan, 30 Janvier 2015, 11h
Alain Doh Bi

 
le président sortant du FPI reçoit les "camarades" de l'INTERNATIONALE SOCIALISTE .Ah bon ? ou étaient-ils quand Sarko faisait son coup d'état sanglant en avril 2011 ,date à laquelle nos montres sont arrêtées ?
Claudine Hermine Cojan

 Dès décembre 2010, sans même avoir envoyé une mission en Côte d'Ivoire, l'Internationale Socialiste prend position et produit une déclaration dans laquelle elle appelle " le président sortant Laurent Gbagbo " " à céder le pouvoir et à respecter les résultats électoraux annoncés par la Commission Electorale Indépendante de Côte d’Ivoire le 2 décembre et avalisés par la CEDEAO, l’Union Africaine et les Nations unies."

Je ne vous cache pas que j'ai mal quand je lis ça. Pour cette organisation, Gbagbo devait se retirer après la forfaiture de Youssouf Bakayoko, sans même attendre le conseil constitutionnel. Après la proclamation des résultats définitifs, elle n'a pas changé d'avis, et elle a exclu le FPI-FRONT POPULAIRE IVOIRIEN.
Cette organisation a complètement joué sa partition dans le complot contre nous. Il faut savoir choisir ses amis.
Alexis Gnagno

Toi, tu crées un antécédent sans précédant en utilisant la justice des vainqueurs pour te maintenir en réfutant et balayant du revers de la main les textes qui nous régissent. Sentant ta fin arrivée , tu nous fais encore l'affront de faire venir ceux la même qui ont permis que tes bourreaux nous fassent la guerre, comme s'ils étaient maître du destin de notre parti. Mais quelle est ta logique? Suis tu vraiment l'esprit GBAGBO, celui la même qui t'a fait ? Va militer au PS de Hollande, c'est mieux pour toi. Nous : c'est Gbagbo ou rien.
Woodji LeliondeGahoulou

Que Dieu mette les microbes sur le chemin de l’équipe de l’Internationale Socialiste qui arrive à Abidjan pour, disent-ils, régler la crise au FPI alors qu’on ne les a pas vus quand il y avait une vraie crise, quand les bombes françaises et onusiennes pleuvaient sur le FPI, LG et la CI. S’ils croisent les microbes, les bébés-rebelles de Ouattara sur leurs chemins, ils auront de vrais témoignages à rendre sur la CI.
Maitre-Namory Fatogoma Dosso

18:30 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |