Shlomit
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

02/09/2015

Maca, un "Flag" qui tourne au vinaigre...

Des soldats aux ordres du loubard Ahmed Bakayoko ont fait une descente violente cette nuit à la Maison d'Arret et de Correction d'Abidjan.
Aux environs de 1 h du matin ces éléments de la force spéciale et des gardes pénitentiaires en cagoules, entre 23 et 25 personnes, armés de Kalashnikov, ont envahi le bâtiment des assimilés où sont enfermés les ministres Asoua Adou, Lida Kouassi Moise, Dogo Raphel, aussi Maître BaÏ Patrice, le Commandant Kipré et autres. Ils disent avoir reçu des informations faisant état de la tenue de réunion politique dans le bâtiment.

N'ayant eu personne en train de tenir la soit disant réunion politique ni aucune preuve, ils ont emporté les portables du Ministre Assoa Adou, du commandant Kipré et de maître Baï qu'ils ont menottés avant leur opération, ainsi que d'autres affaires personnelles et importantes emportées.

Va t-on encore les accuser du fameux " Atteinte à la sûreté de l'Etat" même en prison? Ce serait vraiment le comble du ridicule et de l'infantilisation de l'Etat. Pourquoi ce régime d'incompétents aime t-il distraire la population quand on attend de lui des mesures réelles face aux véritables auteurs de l'insécurité dans notre pays ( Microbes, Coupeurs de routes, pratiquant de sacrifices humains etc...) et avec lesquels de plus en plus la population l'accuse de complicité ?
Fier Ivoiriein

________________

Dans le désarroi, ces imbéciles au pouvoir cherchent par tous les moyens à nous amener à la faute. Ils veulent nous provoquer afin que nous réagissions avant le 10 Septembre, ce qui leur permettra d'utiliser la loi pour réprimer. Dramane, on a dit le 10septembre, ce sera le 10septembre. Tes rumeurs sur la mort de DANON Djédjé, tes assauts nocturnes à la MACA ne changeront pas la date; Sauf si KONE Maadou confirme ton maintien avant le 10...
Ma Mian Édjokè

19:44 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La gendarmerie de Séguéla tente d’intimider les populations après la visite de Mamadou Koulibaly

LIDER News | 2 septembre 2015

«Qu’est-ce que Mamadou Koulibaly est venu faire ici? Pourquoi l’avez-vous reçu en fanfare? Qu’est-ce qu’il vous a dit ? Il cherche à semer le trouble et vous voulez l’accompagner?» C’est à une avalanche de questions de ce genre que Méité Gaoussou, chef du village de Sandala et le coordonnateur local, Lider Fofana, ont été soumis de la part des gendarmes de Séguéla qui se sont rendus dimanche matin dans la localité située à 30 km de Séguéla, dans le département de Kani.

Ces agissements antidémocratiques, très courants à l’ère du régime Ouattara, ont été vigoureusement dénoncés auprès du capitaine Issa Coulibaly, commandant de la compagnie de Séguéla qui, bien qu’informé en bonne et due forme de l’arrivée du Président de LIDER, par ailleurs ancien président de l’Assemblée nationale, n’avait envoyé aucun élément pour assurer sa sécurité, mais avait plutôt demandé à l’équipe locale du parti de se référer au commandant supérieur Kouassi Gervais à Abidjan. Un rapport a également été fait aux dirigeants de l’Onuci.

Cette énième tentative d’intimidation, dont le but est d’effrayer les populations, faisait suite à la rencontre que le Pr. Koulibaly a eu avec les habitants de Sandala, le vendredi 28 août 2015 dans l’après-midi.

S’adressant aux populations en malinké, il a entamé son intervention en insistant sur le problème de l’ethnie dans notre pays. En présence du chef du village, de ses adjoints Méité Massogba, Diomandé Massoma, de toute la notabilité, des femmes dont la présidente Coulibaly Nigna et de Fofana Karim, responsable des jeunes, le président du parti au flambeau a souligné que l’ethnie ne devrait pas être un critère de division des populations en Côte d’Ivoire.

«L’ethnie n’est pas un défaut. C’est une chose avec laquelle tu nais et que tu ne peux pas changer. Si tu es dioula, tu te lèves le matin, tu es dioula. Tu te couches le soir, tu es dioula. Tu te laves, tu es dioula. Tu ne te laves pas, tu es dioula. Tu es riche, tu es dioula, tu es pauvre, tu es dioula… Pareil pour les autres ethnies. Cela ne doit donc pas être un facteur de jugement ou de division», a déclaré Mamadou Koulibaly, rappelant que les conflits dans le pays trouvent principalement leurs sources dans les problèmes fonciers. Il a ainsi expliqué aux populations que la terre qu’ils cultivent depuis des années, voire des siècles et dont ils sont souvent convaincus qu’elle leur appartient est de facto, par les textes qui régissent la Côte d’Ivoire, propriété de l’Etat.


http://lider-ci.org/wp-content/uploads/2015/09/Sandala3.jpg«L’Etat doit donner gratuitement les titres fonciers aux paysans afin qu’ils deviennent officiellement propriétaires d’un bien qui en réalité a toujours été le leur : la terre. En leur donnant les titres de propriété de leurs terres après avoir fait le lotissement des champs, exactement comme on lotit les sites dans lesquels vous habitez, les paysans ivoiriens de toutes les régions deviendront propriétaires du sol, du sous-sol et de tout ce qu’il contient : eau, or, diamant et tout autre bien, car il est foncièrement injuste que l’eau obtenue dans un puits qu’on creuse sur sa terre soit le bien personnel du paysan mais qu’il n’en soit pas de même pour toute autre richesse trouvée dans les mêmes conditions. Combien d’entre vous ont les papiers de leurs champs ?» a-t-il poursuivi sous les applaudissements des participants, dont aucun ne dispose à ce jour d’un titre foncier sur ses terres.

Invitant les populations de Sandala à prendre massivement part au vote qui va se dérouler bientôt en Côte d’Ivoire en vue de désigner un président de la république, l’économiste réputé a annoncé, sous les vivats de l’assistance, qu’il était lui-même candidat à la présidentielle d’octobre 2015 en Côte d’Ivoire. Il a cependant décrit les difficultés des élections à venir, qui sont volontairement mal préparées par le régime en place. Il est notamment revenu sur le recensement des électeurs sur le listing électoral.

«Le gouvernement avait annoncé qu’il y avait un minimum de 3 300 000 nouveaux électeurs, c’est-à-dire de jeunes Ivoiriens qui ont atteint 18 ans en 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015. Il n’en a trouvé que 344 000, entièrement par sa faute, puisque la révision de la liste électorale qui devrait se faire en 5 ans a été faite en 1 mois et douze jours. Dans ce pays, on a exclu un seul homme, Alassane Dramane Ouattara, et on a vu ce que ça a donné! La guerre, la rébellion, la violence et une crise post électorale qui a causé près de 20.000 morts. Et vous pensez que Ouattara peut maintenant exclure 3 millions de personnes et qu’il ne va rien se passer? Tirons enfin les leçons des erreurs du passé! La commission électorale a violé la loi et n’a pas fait son travail pendant 5 ans. Le gouvernement et la commission électorale ne sont pas au-dessus des lois. J’exige, avec LIDER et la Cnc, que la commission électorale fasse son travail correctement. Comment peut-on oser parler d’élections inclusives quand on refuse leur droit de vote à 3 millions de jeunes?»

«La loi dit que le président de la commission électorale est seulement autorisé à faire un mandat de 6 ans non renouvelables. Youssouf Bakayoko a déjà fait 6 ans et le président Ouattara l’a quand même reconduit. Ce n’est pas acceptable», a-t-il conclu, partageant avec les habitants de Sandala ses appréhensions quant aux conditions exécrables dans lesquelles se prépare l’élection présidentielle. «Tous ceux qui ne veulent pas qu’une seule goutte de sang coule lors du vote doivent se mobiliser dès maintenant. Nous devons tous dire à Ouattara  qu’on ne veut plus de morts à cause des élections en Côte d’Ivoire. Nous devons tous nous retrouver à Abidjan et manifester pacifiquement pour nos droits» a conclu l’opposant emblématique, fondateur de la Coalition nationale pour le Changement.

Après près de 2 heures d’échanges fructueux dans le foyer du village qui accueillait la rencontre, le Pr. Mamadou Koulibaly s’est rendu à la mosquée en compagnie des dignitaires des lieux pour prier.

La délégation LIDER était en outre composée de la Déléguée Générale Monique Gbekia, des Délégués Nationaux Lancina Karamoko (Implantation zone 5) et Jacob Atta (Réforme foncière & aux Eaux et Forêts), de Fabien Diby, Evariste Kouadio et Meité Méïdara, membres de la délégation générale et à l’implantation dans le Nord.
Lider-CI.org

19:14 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

le dialogue avec l'opposition n'est pas prioritaire...

Conseil des ministres

Le Président de la REPUBLIQUE de Côte d'Ivoire Alassane, Ouattara dit ''PRADO'' s'est exprimé ce jour (mercredi 02-09-2015) :
"Nous sommes ouverts au dialogue, et nous avons un cadre de concertation dans ce sens.
Le ministre AHoussou Jannot se chargera de recevoir l'opposition dans son ensemble si elle le désire. J’ai suivi la demande de certains pour entrer en dialogue avec nous. Nous n’avons pas reçu de lettre annoncées par la Cnc qui en réalité n’est pas un parti politique »« Nous avons un cadre de concertation avec l’opposition et nous demandons au ministre d’État en charge du dialogue politique de voir dans quel mesure, il peut recevoir à nouveau les partis d’opposition ».
Rien ne se fera sous la menace ,et la chienlit ne sera pas tolérée "
''Nous sommes dans la dernière ligne droite avant les élections présidentielles du 25 Octobre 2015. Dans ce laps de temps, l'activité gouvernementale devra se poursuivre. Nous devons continuer nos efforts pour l'amélioration des conditions de vie de nos concitoyens et le développement économique de notre pays. Monsieur le Premier Ministre, je vous demande par conséquent de veiller à ce que les prochains Conseils des Ministres soient consacrés exclusivement aux questions les plus urgentes. Les textes relatifs à tous ces dossiers devront être présentés lors des Conseils des Ministres du mois de Septembre et même celui de début Octobre. J'ai indiqué que les missions à l'extérieur seront exceptionnelles mais certaines devront être accomplies. Mesdames et Messieurs les Ministres, vous êtes les mieux placés pour présenter le bilan de notre action et pour expliquer aux populations ce que nous avons accompli en leur faveur durant ces quatre dernières années. La campagne ne devra pas cependant empêcher la poursuite du travail dans vos départements ministériels respectifs."
TENIN TENIN - Officiel

19:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

A toi armée de Côte d'Ivoire , mon heure a sonné et je lance mon armée contre toi

Message du Seigneur :
A toi armée de Côte d'Ivoire , mon heure a sonné et je lance mon armée contre toi

L'Afrique en mouvement - MARIUS DISRA le Mercredi 2 Septembre 2015
Message du Seigneur révélé le O1/O9/2015 à son serviteur le prophète Serge AARON

A toi que l'on appelle "le militaire"! Toi qui te fais appeler force de défense nationale! Toi qui as pour mission de défendre ta terre, défendre ton peuple! Je suis l'Eternel! Ton jour est arrivé. Dis-moi: quelle est ta mission? D’où viens-tu? Que fais-tu? J’ai vu ta valeur, et je l'ai pesée. Tu vaux un (01) gramme (g) car tu n'as rien en toi. Toi qui tues mon peuple au lieu de le protéger. Toi qui frappe mon peuple au lieu de le défendre. Toi qui as vendu ma nation à cause de l'argent; car tes officiers, ceux que tu appelles responsables ont pris la place des politiciens, et le politiciens leur place. Mon peuple est devenu pour toi un "tam-tam". Toi qui te dis force! Quelle est ta force? Dis-moi! Toi qui jour et nuit as préféré de défendre le politicien au lieu de défendre mon peuple.

Je suis l'Eternel! Et je te dis en ce matin: il est l'heure, mon temps a sonné. Je vais sonner l'alarme et voir de quoi tu es capable; car mon armée sera face à toi. Moi je viens pour défendre le faible, la veuve, l'orphelin, l'opprimé et le déshérité. Moi! je viens pour restaurer ma nation. Et toi? Que feras-tu? Dis-moi avant l'heure car, je serai sans compassion pour chacun d'entre vous. Vous avez ma parole, et elle s'accomplit maintenant. Jour. J moins (-) donc apprête-toi à me recevoir.

A toi le "gendarme"! Toi qui te fais appeler "force d'élite"! Toi qui te dis force de défense! Je suis l'Eternel! Dis-moi: quelle est ton élite? Dis-moi: que défends-tu? ta mission c'est quoi à part le vol, le viol et la prostitution? toi qui jour et nuit dis défendre le droit. J'ai vu ton cœur, et je t'ai pesé. 1g pèse plus que toi car tu as failli à ta mission. Le droit te juge toi-même parce que ta manière d'agir est très mauvaise. Tu es pire qu'un voleur. Au lieu de défendre le faible, toi tu l'opprimes. Pour cela, moi l'Eternel! je vais te demander des comptes pour tes actes posés envers mon peuple; car, personne ne passera inaperçu devant moi l'Eternel. Vous avez ma parole. Soyez prêts car je viens pour des comptes entre vous et moi. Parole de l'Eternel à toi le gendarme!

4/8. A toi qui te dis policier! toi qui dis en longueur de journée mener le droit, la justice et le respect! Je suis l'Eternel! Dis-moi: qui es-tu? D’où viens-tu? Et où vas-tu? car, je t'ai vu à l'œuvre. Tu es comme une feuille morte qui est emportée par le vent. Car, tu n'as aucune force. Tu dis défendre, faire la justice alors que tu ne vaux rien. J'ai vu ton poids, et j'ai pesé. Tu ne vaux rien. Même l'eau a un poids par rapport à toi. Toi qui jour et nuit énumères les accusations. Quelle est ton accusation à toi?

Juge-toi, toi-même; ainsi tu pourras juger les autres. Car, tu es pire que les autres. Moi, l'Eternel! je te le dis aujourd’hui: tes manigances ont noyé ma nation, mon peuple. Tes fautes ont tué mon peuple. Et comme en à point finir, cela ne t'a pas servi de leçons mais de félicitations; car tu continues dans tes besognes. Pour cela, je viens pour des comptes entre toi et moi; pour tout ce que tu as fait à mon peuple. Parole de l'Eternel!

A toi le douanier! Toi qu'on appelle "le pilier", "le moteur" de l'économie! Quelle économie fais-tu? Quelle est ta mission? Dis-moi: qui es-tu réellement? car, j'ai beau chercher mais je ne trouve pas. Je ne vois rien, rien en toi qui mérite qu'on appelle " pilier de l'économie" car, tu es comme un voleur. Ton vol est pire que le criminel. Qui te donne le droit de voler mon peuple? Qui te donne le droit de piller ma nation? Salle type! je te dis: revois ta marche avant mon heure; car tout est accompli. Je viens pour des comptes entre vous et moi, l'Eternel. Ceci est ma parole pour toi le douanier!

A toi "eaux et forets"! Toi qui dis défendre ma forêt alors que c'est toi-même qui la brûle. Toi qui dis défendre les animaux alors que c'est toi-même qui les tues. Je suis l’Éternel! Dis-moi: qui es-tu? D’où viens-tu? et, où vas-tu? Donne-moi ta mission car, je vois rien. Mes arbres ont disparu. Mes animaux sont tués par tes propres enfants qui sont à la fois chasseurs et soldats. Qui te donne ce droit à toi "eaux et forets"? Je suis l'Eternel! et je te dis: tes manigances sont montées à moi, et j'ai tout vu. Voilà mon heure pour te juger! Change de vie maintenant avant mon heure car, tout va commencer. Apprête-toi à me recevoir. J'arrive pour te demander les comptes de ta gestion!

A toi qu'on appelle "force spéciale"! Toi qu'on appelle l'armée invincible! Toi qui fus conçu depuis le trône de ton maitre! Je suis l'Eternel! Écoute-moi bien. Mets-toi en jambes. Mets tes hommes en ordre de bataille car, nous allons comparer nos forces. Toi qui as été appelée "l'armée solide". Ta solidité ne sera pas invincible car, moi l'Eternel! je vais te briser comme un rocher. Dis-moi: qui défends-tu? Ton peuple ou ton maitre? retiens ceci: le chien est mort en route, donc sache te tenir avant mon arrivée car, le temps est arrivé. Sois prêt pour des comptes entre toi et moi.
Parole de l'Eternel à toi force spéciale!

MARIUS DISRA
 2 Septembre 2015
Afrik53.com

11:18 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

le dernier livre de Bernard Houdin analysé par Marianne

bernard Houdin vu par mariane_n.jpg


cliquez sur l'image pour l'agrandir.

10:55 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

01/09/2015

Je suis... tout simplement

En moins de deux minutes, tout savoir sur Israël, un Israel, beau et digne d'être aimé; celui du peuple, celui du juif qui se sait aimé et appelé tel qu'il est pour rayonner à la face du monde...

23:21 Écrit par Shlomit dans Israël | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Visite à La Haye : Angeline Kili dit sa part de vérité

LNC: Bonjour Madame Kili, vous venez de la Haye où vous avez effectué une visite quelque peu controversée. Qu’en est-il ?
VISITE A
          LA HAYE:ANGELINE KILI DIT SA PART DE VERITEA. KILI : - Merci de l’opportunité que vous m’offrez de m’exprimer sur cette actualité afin de donner droit à la vérité sujet. Je voudrais d’abord louer le Seigneur de m’avoir donnée l’occasion de voir mon fils Charles Blé Goudé. La dernière fois que je l’avais vu, il était menotté et entouré d’une cohorte de policiers armés jusqu’aux dents. Je m’étais faite bastonnée tellement je tenais au moins à le toucher. C’était en mars 2014 lors de l’audience au Palais de Justice du Plateau, précédent son transfèrement à la Haye. Ce jour-là, je n‘avais vu personne à mes côtés et j’en avais été choquée. En tant que mère, mais aussi en tant qu’ivoirienne, pour ce que Blé Goudé a fait pour la Côte D’ivoire, le devoir recommande que chacun de nous fasse pour lui et pour ses enfants ce qui est en son pouvoir, surtout en l’absence de leur père. C’est ce rôle que je me suis assignée depuis que Blé Goudé était en exil et qu’il se trouve aujourd’hui en détention à La Haye. Qu’y a-t-il de controversé dans une telle visite ?

La controverse est certainement liée aux conditions posées par Laurent  Gbagbo à Affi Nguessan avant toute visite ?
- ça ce sont des problèmes politiques entre mon mari et son patron. Je ne crois pas que ces contradictions politiques actuelles me concernent. Ils se connaissaient avant même que je ne rencontre mon mari. Le temps viendra où entre hommes politiques ils trouveront des solutions dans un cadre politique. Moi, je suis allée visiter mon fils, je ne suis pas allée faire de la politique. Je ne sais pas en quoi je suis concernée par ce que vous qualifiez de conditions posées.
Vous savez, voir leur père dans de telles conditions n’est pas chose facile pour des enfants. Et ça n’a pas du tout été facile pour nous tous, surtout avec tout le débat suscité autour de cette visite. Les enfants de Blé ont posé beaucoup de questions à leur papa sur tout ce qui se raconte; et je trouve tout cela malheureux. Il était donc de mon devoir d’être aux côtés de mon fils en pareilles circonstances, surtout que Charles est un garçon très sensible. Je puis dire que je n’ai pas eu tort d’avoir été là. C’était des moments d’intenses émotions  et de retrouvailles familiales.

Comment vous êtes-vous retrouvée à la Haye presqu’aussi facilement?
- Facilement ? Vous ne savez pas de quoi vous parlez, monsieur. Savez vous après combien de tentatives cette visite m’a été accordée. Je dirai même que la visite des enfants à leur père y a été pour quelque chose. En principe de telles visites doivent être entourées de la plus grande discrétion. Mais bon, que voulez-vous, les politiciens et les ‘’douaniers’’ de la Haye en ont décidé autrement.

 Avez-vous rencontré le président Laurent Gbagbo ?
- Non. Cela ne faisait pas partie du programme que l’administration pénitentiaire m’a établi.

Ne vouliez-vous pas le rencontrer ?
- Dieu fait toute chose en son temps. Pour l’instant, la demande que j’ai formulée était pour visiter mon fils.

Et pourtant certains journaux affirment que le président Gbagbo vous a éconduit.  Certaines personnes vont jusqu’à dire que vous avez été démasquée.
- Je vous répète que je suis allée visiter mon fils, Charles Blé Goudé. On démasque ce qui est caché, or moi j’y suis allée à visage découvert. Mais, s’il vous plait, je ne veux pas entrer dans ce petit jeu. Un prisonnier, quel qu’il soit, a besoin d’être assisté, c’est biblique. Je ne crois pas un seul instant que tous ces bruits entretenus et divulgués dans les medias autour de la vie carcérale du Président Gbagbo lui rendent service et l’honore. Après toutes les formalités et autres procédures de fouilles avant d’avoir accès à mon fils, j’ai été confortée dans ma position qu’il est dans un endroit où il ne mérite pas du tout d’être. Ce n’est pas du jeu. Alors, que les gens arrêtent leurs commentaires de salon.

Alors comment se porte Charles Blé Goudé ?
- Heureusement j’ai trouvé un garçon rayonnant, il n’a pas perdu son sens de l’humour que ses proches lui connaissent. Le connaissant, je n’ai pas été surprise. Je peux dire qu’il s’est remis des douleurs de sa détention en Côte D’ivoire. Quand je lui ai demandé son secret, il m’a dit avec humour qu’il boit deux cuillerées de « Goudélium » tous les jours. D’après lui, le « Goudélium » est un médicament qui aide à surmonter les dénigrements et qui donne le moral.
Il m’a même dit avec un brin d’humour que ce médicament est à la phase expérimentale et ne se consomme pour l’instant qu’à la Haye et précisément dans sa cellule. Ça c’est Charles, même dans les situations les plus terribles, il fera tout pour vous arracher un sourire.

Dans quel état d’esprit se trouve-t-il, surtout à quelques «  mois de l’ouverture de son procès ?
- Le connaissant, je sais que c’est quelqu’un que rien n’arrête quand il est convaincu du bien fondé de ce qu’il a décidé de faire. Il consulte beaucoup avant d’agir, mais quand la décision est prise, tout le reste ne l’intéresse plus. Je veux dire que c’est quelqu’un qui a toujours assumé ses actes. Il n’apprécie pas qu’on parle ou qu’on décide à sa place et il n’est pas du genre à étaler ses états d’âme. Cependant, même s’il ne me l’a pas fait savoir, je sais qu’il est quelque peu déçu de la qualité du débat. Il m’a simplement dit qu’il aurait voulu que cette visite se fasse dans un cadre purement familial et discret ; malheureusement les choses ne se passent pas toujours comme on l’aurait souhaité. Tout cela fait partie de la vie et de ses expériences. Le plus important, ce sont les leçons que l’on en tire.  En ce qui concerne son procès, il aborde les choses dans la sérénité et travaille avec acharnement sur le dossier avec son collège d’avocats. Le reste est entre les mains de Dieu.

N’étiez vous pas quelque part en campagne pour votre mari auprès de Blé Goudé ?
 - Je vous répète que je n’entretiens pas de rapports politiques avec Blé Goudé. Et puis en tant que mère, je ne manque quand même pas de pudeur au point d’aborder de tels sujets avec mon fils dans les conditions qui sont les siennes. En ce qui concerne mon mari, il est en pleine campagne auprès des ivoiriens pour les convaincre de ce qu’il compte faire pour et avec eux. Mais je considère qu’une prison n’est pas un lieu de campagne politique. Je ne confonds pas les choses.

 Devrions-nous vous croire ?
- Moi je vous ai dit ce que je viens de faire à la Haye ; me croire ou ne pas, c’est vous qui voyez. Soyez en rassuré, je ne cherche pas à vous convaincre.

Que doivent donc retenir les ivoiriens?
- J’ai vu mon fils, il se porte bien et cela me réconforte. Je rentre en Côte d’ivoire avec le sentiment d’une mère qui vient d’accomplir son devoir. Avant d’être un homme politique, Blé Goudé est d’abord un être humain, avec ses souffrances, ses sentiments. Malgré toutes les foules qui l’adulaient et continuent de le faire, j’ai vite compris que loin de ces foules, Blé Goudé était un homme seul avec ses déchirements intérieurs. C’est comme ça que j’ai moi-même cherché à m’approcher de lui en 2003. Au départ, il était méfiant mais tout s’est bien passé par la suite et depuis nous formons une famille. Pendant qu’il faisait le tour de la Côte d’ivoire, il avait besoin de l’épaule d’une mère pour sécher ses larmes que le public ne devait pas voir. C’est ce rôle que certaines dames et moi avons toujours joué auprès de Charles. Aujourd’hui qu’il est dans la fournaise, je veille sur ses enfants par devoir et par solidarité à ce jeune homme qui a donné toute sa vie pour son pays et paie aujourd’hui pour nous tous, y compris ceux qui le vilipendent. Savez vous que ce jeune homme a perdu sa mère à bas âge. Son père qui était son ami et son confident est décédé pendant la crise ; il n’a pas pu assister à son enterrement pour cause d’exil. Celui à qui je viens de rendre visite en porte encore la cicatrice psychologique.  J’ai peur qu’un jour, les gens finissent par le pousser à bout. Il est vrai que je le sais très fort, mais j’aurais bien voulu que l’on puisse lui éviter tout ce bruit. Certes, je  rentre le cœur net, mais je vais rapidement m’organiser pour revenir le voir et rester un peu longtemps à ses côtés. Je lui en ai fait la promesse. C’est maintenant que Charles Blé Goudé a besoin de notre soutien à tous. Je le confie à Dieu car je reste convaincu que cet homme de paix a sa place en Côte D’ivoire. Je saisis cette occasion pour traduire ma gratitude à la communauté des ressortissants de Guibéroua en France, aux ivoiriens vivants en Europe et à tous les anonymes qui soutiennent mon fils Blé Goudé depuis qu’il est à la Haye. Il m’a demandé de sacrifier à ce devoir. Je rentre à Abidjan le cœur net.
 
Frank Toti
Journaliste (Le nouveau courrier)
repris sur ivoirenewsinfo

23:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Soulèvement populaire‬,‪ le peuple rumine sa colère‬

Enfin, le peuple qui rumine sa colère, attend le dernier signal, oui ce dernier mot qui viendra du "leader" des temps nouveaux.

Il se nomme KONE MAMADOU, président du Conseil constitutionnel. Quand lui et son équipe diront que l'inéligible ALLASSANE OUATTARA qui a désormais fait sauter son nom DRAMANE est éligible pour les élections 2015.

Tout le peuple de CÔTE D'ivoire, bouillant depuis, ruminant de colère pour sa LIBERTÉ compte tenu de ses fils emprisonnés, des assassinats, des braquages en plein jour par ceux là même qui sont sensés assurés sa sécurité, debout comme un seul envahira toutes les rues de sa nation afin de s'offrir ladite LIBERTÉ.
Oweil Kafalo

22:42 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

MR Ben Soumahoro atteint dans sa santé

https://scontent-cdg2-1.xx.fbcdn.net/hphotos-xtp1/t31.0-8/11888595_422349711299532_1370987799957154008_o.jpgChers amis, je suis malade. Sérieusement. J'ai été frappé le jeudi 27 août à 15h par un accident vasculaire cérébral mais dans sa toute-puissance Dieu m'a épargné du pire. Exactement au moment où se produisait le choc alors que j'étais dans ma chambre, mon épouse se trouvait derrière la porte pour m'indiquer que mon ami Mangly venait d'entrer dans la maison avec sa famille pour me rentre visite.
Dans les 30 minutes qui ont suivi, en plein drame, je me suis retrouvé entre les mains des médecins spécialistes.
Je suis malade je l'avoue parce que je vous dois la vérité. L'hypocrisie n'a jamais conduit nos rapports. Je laisse à d'autres les mensonges au sujet des maladies émergentes...
La lutte continue
Votre dévoué.

Mamadou Ben Soumahoro

22:00 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

La com Affi...

"Mens sana in corpore sano", cette citation latine signifie "un esprit sain, dans un corps sain".

Le Pdt Affi, chaque dimanche après-midi, à la Riviera, a coutume d'aller jouer au football, au Maracana, avec une poignée d'amoureux du ballon rond.

En raison des tournées politiques qu'il effectue en ce moment à travers le pays, il se retrouve momentanément éloigné d'un de ses sports physiques préférés.

En dehors du football, dont tout le monde sait qu'il est un excellent joueur, il est quasiment imbattable aux jeux d'échecs, Scrabble et Awalé. Mettez le au défi notamment sur un test de Quotient Intellectuel (Q.I.) et vous en jugerez par vous-même.

Le changement maintenant.
Affi Nguessan Comm


Le Pdt Affi Nguessan, actuellement en tournée politique dans la région du Zanzan, vous souhaite une excellente fin de weekend et compte sur vous pour que le 25 octobre, les ivoiriens et les ivoiriennes retrouvent enfin le sourire et la joie de vivre.

Et celle d'Edouard Yro, d'Ivoirenewsinfos

"Bavardez seulement nous on avance.
Reconnaissez - vous ce lieu et cette belle dame?"

20:16 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Le concert des 20 ans d’Espoir 2000


Vouloir coûte que coûte faire oublier Laurent Gbagbo. Voilà l’équation qu’à du mal à résoudre Ouattara et ses suiveurs depuis qu’ils ont été gracieusement installés à la tête de la Côte d’Ivoire par la France. Ils ont été en effet confrontés à la triste réalité de leur impopularité et le désamour que leur porte le peuple ivoirien.
En effet le samedi 29 aout 2015 lors de la célébration des 20 ans de carrière du groupe zouglou Espoir 2000, la clique du mentor du RDR (composée pour l’occasion du DG de la RTI Ahmadou Bakayoko, du ministre du Budget Abdrahmane Cissé, et de Touré Mamadou) a pris une violente raclée. Devant un public littéralement en phase avec Laurent Gbagbo. Et ce, suite à l’évocation du nom de celui-ci par le groupe Espoir 2000 dans l’une de leurs compositions. Cris, larmes de joie et hourra de victoire, telle était l’ambiance au Palais de la Culture à cause de Laurent Gbagbo. Situation cocasse qui, visiblement, à plongé dans une gêne totale les sbires du filleul de Nicolas Sarkozy.

Perplexe face à la réaction du public, ils n’ont eu d’autre choix que de constater une fois de plus l’impopularité de Ouattara. Pour de nombreux observateurs, cette réaction du public est une manifestation pure et simple de l’amour du peuple ivoirien pour Laurent Gbagbo. Les Ivoiriens ont soif de Laurent Gbagbo. Ils le portent toujours à cœur et ne manquent pas d’occasion de lui témoigner leur amour. Ce fut le cas lors du concert du groupe Magic Système, organisé dans la commune de Yopougon par une marque de boisson. Là encore, le public ne s’est pas fait prier pour scander à tue-tête « Laurent Gbagbo ! », quand le quatuor Magic a dans l’une de ses chansons, fait allusion au président du Fpi.

Qui ne souvient pas également de l’apothéose de la deuxième édition du festival Zouglou Days où l’espace de 4000 places du palais de la culture a été transformé en véritable lieu de pèlerinage pour le Woody de Mama? Ce, lorsque qu’à l’occasion de son passage sur scène le mythique groupe Zouglou Espoir 2000 a prononcé le fameux nom (Laurent Gbagbo) ? Réaction ? Liesse populaire, cris et larmes de joie. « Laurent Gbagbo est notre ADN, c’est le digne fils du peuple et le peuple se reconnait en lui. On ne peut pas cacher le soleil de la main. C’est lui, notre président et ce n’est pas négociable », lançait à cette époque une dame dans le public. Et dire que cette assertion a été dès le départ refoulée par les incrédules.

Du reste, la donne ne change pas. Le groupe Espoir 2000 a prouvé sa maturité musicale. Enchainant avec maestria, des tubes à succès. Série C, Le Bilan, Génération Consciente, Kognini, Gloire à Dieu… ont été passés au peigne au grand bonheur des zouglouphiles, qui ont répondu massivement à ce rendez-vous. Rendez-vous au cours duquel, Ossohou Hugues Patrick (Pat Sacko) et son compère Valérie, ont démontré que le zouglou demeure une des fiertés musicales ivoiriennes. Ils ont été soutenus dans la tâche par des groupes tels que les Garagistes, Les Patrons, Petits Denis, Les Mercenaires et Fitini.. Rappelons que c’est en 1997 que le groupe Espoir 2000 fait une entrée fracassante sur le devant de la scène ivoirienne. Cet opus connait rapidement le succès.

Noura Kamagaté, pour eburnienews.net

17:46 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Stephane Kipré revient sur la genèse de la crise ivoirienne

si vous êtes pressés, commencez après la 3ème minute...Les journalistes parlent beaucoup.

17:32 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

70 toiles du père de Sarkozy exposées à Moscou

Je ne me prononcerai pas sur la peinture de Pal Sarkozy, mais je sais que je ne me déplacerai pas s'il exposait près de chez moi...
C'est bien de pouvoir compter sur un nom de famille célèbre, on est promis à la célébrité avant même d'avoir fait ses preuves.
En ce moment le père de l'autre expose à Moscou. Voici un échantillon de sa peinture exposée."Pal Sarkozy donne l'impression d'un homme exceptionnellement fort d'esprit, qui, malgré sa biographie mouvementée, vit à cent à l'heure. Même dans les moments difficiles de sa vie, il ne se résigne pas, en gardant sa vitalité unique et sa volonté de changer", indiquent les organisateurs de l'exposition.
le reste sur sputniknews

Pal sarkozy.png

17:08 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Une analyse de Dramane Traoré

LES NUAGES S'AMONCELLENT

La France prépare en Cote d'Ivoire un film d'horreur dont le scénario est un mélange du génocide rwandais et de la désagrégation de la Lybie. Après avoir mis en place depuis longtemps un plan de néo-colonisation durable -avec comme homme lige Houphouet-Boigny qui a dirigé d'une poigne de fer ce pays pour son compte-, elle a été surprise de voir une autre race de politiciens qui ne soient pas prêts à brader leur pays. Elle porte au pouvoir, après dix ans de guerre et de sabotage, un autre esclave en la personne d'Alassane Dramane Ouattara. Celui-ci, se servant d'ambitieux renégats originaires du nord, cupides et des ressortissants de la sous-région ouest africaine surtout venant du Sahel, a mis en place une politique de rattrapage ethno-régional qui profite plus aux ressortissants de ces pays qu'aux nordistes, avec le soutien actif des autorités françaises. Il soumet tout le pays à la torture, au viol et aux meurtres des populations non nordistes et surtout au génocide des Wés de l'ouest du pays pour céder leurs terres aux burkinabés et pouvoir fournir à son beau fils tout le cacao qui y sera cultivé. Il prépare ainsi le génocide des populations originaires du nord de la C.I.par les 60 autres ethnies. Car pour ces populations meurtries dans leur chair, ce sont les dioulas qui les font souffrir et comme les mercenaires de Ouattara disaient que "guérés c'est guéré", eux aussi diront "dioula c'est dioula". Je dis que c'est la France qui prépare le chaos, parce qu'elle n'a jamais dénoncé tous les crimes de son valet ,mais au contraire, l'encourage.

Devant la détermination des ivoiriens à faire barrage à la forfaiture de Ouattara, elle a mis au point un scénario en deux parties.

Partie 1:
LA MISE EN PLACE DU GENOCIDE
Depuis que les Ivoiriens ont décidé de s'opposer à Ouattara et ce faisant à la françafrique, on assiste avec leurs assistants à un regain de violence sur les populations par les enfants soldats appelés "les microbes",  entrainés par les français. Remarquez qu'ils ont le même mode opératoire que les Interarmhwés rwandais, l'utilisation des machettes. Lorsque le génocide battait son plein aux Rwanda, un des fameux miliciens hutu du nom de Janvier Africa, -certainement un pseudonyme-, avait dit dans un journal français, en apprenant la mise en place de l’opération Turquoise, que les français n’arrêteront pas les massacres car disait-il,"ce sont les légionnaires français qui nous ont appris à jouer du couteau et à manipuler les matchettes".
Il y a de plus en plus d'attaques de lieux de cultes chrétiens (je suis même surpris du silence des hiérarchies catholique et évangélique devant ces violences), attaques qui servent à préparer les esprits à une guerre de religions, telle que conçue par les Français et Ouattara. Souvenez-vous de sa fameuse phrase sur RFI, "on ne veut pas que je sois président parce que je suis musulman..."Vous verrez bientôt des "chrétiens "attaquer eux aussi des mosquées et même tuer des "Imams" pour susciter les violences. Si cela ne prend pas, alors Ouattara et son épouse seront invités à un événement quelque part et à son retour, -sans Fantagbè qui aura d'"autres obligations à honorer"-, un missile bien placé mettra fin à sa vie. Alors tous les médias français parleront du "meurtre du gentil musulman du nord Ouattara par les méchants chrétiens du sud proche de GBAGBO". On verra alors déferler sur la C.I. toutes les crapules islamistes qui viendront venger et soutenir "leurs frères musulmans". Sur place, Il y déjà  un embryon de ces forbans constitué par les immigrés du sahel. Et comme il arrive souvent que ces brigands échappent à tout contrôle, alors ils(les français) passeront à la seconde partie du scenario:

Partie 2:
LE CHAOS
Les occidentaux ont détruit la LYBIE et tué KADDAFI. Ils ont pensé pouvoir mettre la main facilement sur les immenses gisements de pétrole et de gaz de ce pays. Leurs propres intérêts se sont heurtés à "l'ingérable". Aujourd'hui,la Lybie est devenue incontrôlable. C’est ce que les français vont faire, semer le chaos pour éviter que d'autres états -notamment leurs alliés et le BRICS- ne puissent profiter des richesses de la C.I.

Frères et sœurs ivoiriens, ouvrons les yeux. Il est temps que nous mettions de côté nos divergences politiques et que nous fassions bloc contre la France et ses suppôts. Ne nous laissons pas endormir par ces soit-disant coups de gueule des autorités françaises contre Ouattara. Ils ne scieront pas la branche sur laquelle ils sont assis. N'hésitons pas à répondre aux mots d'ordre des leaders de l'opposition. Unis,nous serons invincibles. Évitons à notre pays d'autres malheurs. Il n'y aura aucune prière ni aucune armée céleste qui viendront nous libérer. Il n'y a que notre détermination qui brisera nos chaines.
Dramane Traore

16:52 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Deux épines dans le pied d’Obama

Deux épines dans le pied d’Obama

Quoi qu’il advienne, Washington gagnera en Syrie. Car il n’y a pas une, mais deux politiques états-unienne vis-à-vis de ce pays. Soit ce sera la paix et l’on félicitera le président Obama pour avoir su négocier avec l’Iran ; soit ce sera la destruction de la République arabe syrienne et son occupation par l’Otan, et l’on félicitera quelques généraux états-uniens et l’Onu pour avoir mis fin au bain de sang. Thierry Meyssan révèle ici les dessous de cette double politique, notamment le complot ourdi au sein des Nations unies par le secrétaire général adjoint pour les Affaires politiques.
| Damas (Syrie)
JPEG -
          27.8 ko
John Allen

L’application de l’accord survenu entre Washington et Téhéran, le 14 juillet dernier, dépend principalement de la capacité du président Obama à le faire accepter par ses concitoyens en général et par le Congrès et sa propre administration en particulier. Or, il rencontre deux obstacles majeurs.

Le groupe de Petraeus

D’une part un courant politique reste favorable au projet Juppé-Wright de création d’un Sunnistan et d’un Kurdistan à cheval sur la Syrie et l’Irak. Il est organisé autour du général David Petraeus, directeur de la CIA jusqu’à la réélection d’Obama en octobre 2012 et actuel analyste en chef pour le fonds d’investissement Kohlberg Kravis Roberts. Il comprend son ancien adjoint, le général John Allen, actuel envoyé présidentiel spécial pour la lutte contre Daesh, et l’ancienne secrétaire d’État et actuelle candidate à la candidature démocrate, Hillary Clinton. Il dispose aussi de soutiens au Parti républicain comme l’actuel président de la Commission sénatoriale des Forces armées, John McCain, et le promoteur immobilier et principal candidat à l’investiture, Donald Trump.

Fin juillet, le général Allen était convié à l’Aspen Security Forum. Il y rencontrait des journalistes du New York Times auxquels il confiait à l’oreille s’être mis d’accord avec la Turquie pour créer une zone de sûreté dans le Nord de la Syrie. Stupéfaits par une décision qui viole la Charte des Nations unies, Eric Schmitt décidait d’y consacrer la « une » de son quotidien [1]. Cependant, à l’issue de quelques jours de déclarations publiques contradictoires, Washington et Ankara démentaient [2]. Dans la foulée, la Maison-Blanche clarifiait sa position : la priorité c’est la lutte contre Daesh, aussi bien avec les « rebelles syriens modérés » qu’avec le YPG (Kurdes marxistes-léninistes). Par conséquent, la Turquie, bien qu’autorisée à frapper chez elle la branche turque de l’organisation, était priée de ne pas les attaquer [3].

Le 29 juillet, « l’armée » des soixante « rebelles syriens modérés » formés par la CIA entraient en territoire syrien pour marquer au sol les cibles de Daesh que la Coalition souhaitait bombarder. Mais al-Qaïda en était informé et les attaquait, faisant vingt prisonniers, dont leur chef, le colonel Nadim Hassan. Seules les armées états-unienne ou turque pouvaient les avoir trahis.

Si dans un premier temps, les soupçons de trahison se sont dirigés vers la Turquie, ils se sont transférés sur les États-Unis après les véhémentes dénégations du Premier ministre intérimaire, Ahmet Davutoğlu [4]. Et qui donc alors dans l’armée US, sinon le groupe du général Allen ?

Les manœuvres du général Allen ont d’abord provoqué un grave incident entre le Pentagone et l’Armée turque. L’officier de liaison de cette dernière au CAOC (Combined Air and Space Operations Center) n’a prévenu que dix minutes à l’avance d’un raid en Irak, menaçant à la fois des élèves-soldats kurdes et leurs instructeurs états-uniens présents sur zone [5]. La voie choisie par Recep Tayyip Erdoğan, si l’AKP reste au pouvoir, pourrait conduire à une rupture partielle des relations entre Washington et Ankara [6].

Surtout ces incidents ont conduit le Pentagone à demander au CentCom de vérifier les allégations généralisées au Proche-Orient selon lesquelles la Coalition ne bombarde pas Daesh, mais au contraire le soutient. C’est le moment que la Defense Intelligence Agency choisit pour dénoncer le trucage des rapports du CentCom [7]. Il apparaît que celui-ci est commandé par un autre ancien collaborateur du général David Petraeus, le général Lloyd James Austin III.

JPEG -
              38.4 ko
Jeffrey D. Feltman

Le groupe de Feltman

L’autre difficulté d’Obama, c’est le secrétariat général des Nations unies. S’il est difficile de savoir à quel courant appartient Ban Ki-moon, trop occupé à monnayer sa position, il n’en est pas de même de son adjoint aux Affaires politiques, Jeffrey Feltman.

Avant d’être fonctionnaire international, il était diplomate états-unien. Il s’est progressivement spécialisé sur le Proche-Orient. Il fut notamment en poste en Israël, en Irak (où il administra la partie kurde) et au Liban (où il imposa ses vues au gouvernement Siniora). Il entretenait une rare relation de confiance avec la secrétaire d’État Condoleezza Rice avec laquelle il avait une vidéo-conférence hebdomadaire, puis fut nommé à ses côtés à Washington par la secrétaire d’État Hillary Clinton pour superviser toute la politique proche-orientale. Il avait alors été présenté comme le principal interlocuteur états-unien pour la Syrie [8].

C’est Jeffrey Feltman qui organisa, en 2005, l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, puis la Commission d’enquête de Detlev Mehlis et la création du Tribunal international spécial pour le Liban. Cette structure hybride avait été formée pour condamner les présidents libanais Émile Lahoud et syrien Bachar el-Assad sur la base de faux témoignages rémunérés, mais l’accusation s’effondra devant la vérité. M. Feltman poursuit aujourd’hui son œuvre contre la Syrie et l’Iran dans ses nouvelles fonctions.

Arrivé à l’Onu juste avant la Conférence de Genève 1 sur la Syrie, il s’employa à saboter l’accord entre son pays et la Russie et se joignit au groupe de Petraeus pour pousser la France à relancer la guerre. Il rédigea alors un plan de capitulation totale et inconditionnelle de la République arabe syrienne. La souveraineté du Peuple syrien devait être abolie ; la Constitution devait être abrogée ; le président devait être destitué ; l’Assemblée du Peuple devait être dissoute ; 120 dirigeants syriens devaient être arrêtés, jugés et condamnés ; la Direction du Renseignement militaire, la Direction de la Sécurité politique et la Direction de la Sécurité générale devaient être décapitées ou dissoutes ; les « prisonniers politiques » devaient être libérés et les cours anti-terroristes abrogées.

Après l’échec de la mission de Lakhdar Brahimi, il enjoignit à Ban Ki-moon de désigner l’Italien Stefan De Mistura pour le représenter en Syrie. Il avait connu cet élégant diplomate en Irak et s’était lié avec lui lors de leurs missions au Liban. De Mistura avait également fréquenté Petraeus et Allen durant sa mission de représentant du secrétaire général de l’Onu en Afghanistan.

Dès lors, tout en rencontrant les différentes parties au conflit et en leur souriant, Stefan De Mistura s’attela à imposer par surprise le plan Feltman pour la Syrie. Le 29 juillet dernier, il exposa avec Ban Ki-moon les grandes lignes de son plan « de paix » au Conseil de sécurité, mais les deux compères s’abstinrent de distribuer le moindre document écrit [9]. Ils demandèrent aimablement que le Conseil pousse les protagonistes à signer un Accord intérimaire, puis s’en remette à eux pour son application. Il s’agissait en réalité de dessaisir le Conseil de ses prérogatives, de contraindre la République arabe syrienne à signer un texte vague qui aurait permis à l’Otan d’occuper le pays et autorisé MM. De Mistura, Feltman et Ban à mettre en œuvre la capitulation du pays, selon le processus élaboré en 2012 par Feltman.

Cette habile manœuvre faillit réussir puisque le Conseil de sécurité adopta, le 17 août une étrange déclaration (et non pas une résolution) de soutien à Stefan De Mistura [10]. Contrairement à tous les usages, le texte fut d’abord discuté en aparté par les cinq puissances permanentes. La Russie, inquiète de ce qui se tramait, décida de voter « oui ». Elle craignait que Washington ne prépare une action hors du Conseil de sécurité et du Droit international. Cependant, précautionneux, l’ambassadeur vénézuélien Rafael Ramírez, qui avait été tenu hors de la rédaction de la déclaration, souleva deux objections : d’abord, le Communiqué de Genève 1 [11], que tout le monde soutient, contrevient en réalité à la Charte des Nations unies ; ensuite, il ne suffit pas de dire que l’on lutte contre le terrorisme, il faut encore aider la République arabe syrienne face à al-Qaïda et Daesh et cesser d’approvisionner indirectement ces organisations en armes, en fabriquant et instrumentant de pseudos-groupes rebelles.

C’était l’ancien compagnon d’Hugo Chávez et non les Alliés qui étaient sur la même longueur d’ondes que le président Barack Obama.

[1] « Turkey and U.S. Plan to Create Syria ‘Safe Zone’ Free of ISIS », Anne Barnard, Michael R. Gordon & Eric Schmitt, The New York Times, July 27, 2015.

[2] « Syrie, rhétorique et vérité », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 10 août 2015.

[3] « Washington interdit à Ankara de frapper les Kurdes de Syrie », Réseau Voltaire, 13 août 2015.

[4] “Turkey Denies Allegations it Tipped Off Al Qaida Abductors”, Mitchell Prothero, McClatchy, August 25, 2015.

[5] « Frictions entre le Pentagone et son allié turc », Réseau Voltaire, 15 août 2015.

[6] “America’s Dangerous Bargain With Turkey”, Eric S. Edelman, The New York Times, August 27, 2015.

[7] “Pentagon Accused of Skewing Intel on War Against ISIS”, Mark Mazzetti and Matt Apuzzo, New York Times, August 25, 2015.

[8] “Tough love for Syria from Obama”, David Kenner, Foreign Policy, March 3, 2009.

[9] « Débat du Conseil de sécurité sur la Syrie (rapport De Mistura) », Réseau Voltaire, 29 juillet 2015.

[10] « Réunion du Conseil de sécurité sur la Syrie (déclaration présidentielle) », Réseau Voltaire, 17 août 2015.

[11] « Communiqué final du Groupe d’action pour la Syrie », Réseau Voltaire, 30 juin 2012.

www.voltairenet.org/article188542.html

16:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Un nouveau livre pour la rentrée


PRÉSENTATION DU LIVRE :

La Refondation est l’âme politique du président GBAGBO. Comment pouvez-vous imaginer que, pour une élection présidentielle, l’Union Européenne, sur injonction de Nicolas Sarkozy, puisse décider d’un embargo sur les PRODUITS PHARMACEUTIQUES à destination d’Abidjan ?

Pour Franck Lutté, « L’actuel chef de guerre en Côte d’Ivoire Dramane Ouattara est le symbole vivant de l’IMPOSTURE. Il n’a pas gagné les élections en Côte d’Ivoire. Il est à la base de la plus grosse arnaque électorale jamais réalisée sur le continent africain.

Aujourd’hui, le peuple ivoirien souffre de cette injustice qui a conduit le Président GBAGBO à la prison de La Haye. » La refondation est l’action au service du peuple ivoirien. Beaucoup de choses négatives et péjoratives ont été répandues au sujet de ce projet afin d’empêcher sa réalisation.

Le présent ouvrage vise, à expliciter ce projet initié par le Président Koudou Laurent GBAGBO et stoppé par La rébellion ivoirienne, qui en définitive serait une rébellion française avec des mains ivoiriennes. Il s’agit également d’un hymne à la REFONDATION pour que vive la Côte d’Ivoire.

PRÉSENTATION DE L'AUTEUR :

Né à Puteaux (France), d’un père Ivoirien et d’une mère Camerounaise, Franck Joël Ségot Lutté * se définit comme un amoureux de la République et un passionné de l’État. Conseil en communication politique, il est le Fils d’un haut fonctionnaire de l’état ivoirien, compagnon de lutte du président Gbagbo, décédé en septembre 99.

Membre fondateur de la jeunesse PDCI France aux côtés de ses frères Mamadou Sylla et Yves Gnoleba et ex délégué adjoint à l’encadrement des jeunes du PDCI en France, il fut en 2010 directeur de campagne adjoint chargé de la mobilisation des jeunes en Europe pour le compte du camp présidentiel incarné par le président Gbagbo.

N’ayant pas accepté le coup d’état du 19 septembre 2002 qui s’est mué en une rébellion sanglante, il a fait le choix de se tenir au chevet de l’état en se tenant aux côtés du chef de l’état Gbagbo Laurent dès le soir du 19 septembre 2002. Position qu’il n’a pas quittée jusqu’à ce jour.

Considéré comme l’un des leaders les plus engagés de la résistance ivoirienne et panafricaine en Europe. Il a fait de la libération du président Gbagbo son cheval de bataille.
Aux côtés de son ami et compagnon de résistance Willy Bla, il arpente toutes les rues d’Europe afin de faire entendre une autre vérité sur la crise ivoirienne et sur l’action du président Gbagbo présenté par ses détracteurs comme étant un dictateur.
Il reste convaincu que le temps et l’action auront raison du mensonge débité par une certaine communauté dite internationale sur le compte du président Gbagbo. Franck Ségot Lutté n’a qu’une seule ambition : UNE COTE D’IVOIRE SOUVERAINE.
Pour cette ambition, il estime qu’aucun sacrifice ne sera de trop et aime à dire que la république n’est pas un bureau mais des valeurs. Il est secrétaire général et fondateur de l’association humanitaire, culturelle et politique « LES ENFANTS DE CÔTÉ D’IVOIRE « dont le parrain est le président Gbagbo.
___________________

* il écrivait également sous le pseudo Joël Curtis
A-Free-can.com

15:34 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

des menaces à peine voilées...

© koaci.com – Dimanche 30 août 2015 - Le ministre de la délégué à la défense Paul Koffi Koffi est en tournée depuis depuis peu à travers le pays, en vue de rassurer les populations sur la sécurisation de la présidentielle d’octobre prochain.
A Agboville ce week-end, et sans les nommer, il s’est adressé au camp des adeptes du « Gbagbo ou rien » conduit par Aboudrahamane Sangaré qui ont appelé au boycott des élections si les conditions d’un scrutin transparent et crédible n’étaient pas réunies.

Il a révélé que le gouvernement les suivait, mais attendait de les prendre sur les faits, avant de répondre également à Mamadou Koulibaly qui compte organiser des sit-in pour une élection transparente. « On les suit, ils font des réunions tout le temps, mais comme le voleur, on ne dit rien, on attend le jour où vous mettrez la main dans le sac, pour vous prendre » , a averti l’un des hommes en charge de la sécurité du pays ,avant d’ajouter. « Nous sommes préparés à cela. Ceux qui veulent créer la chienlit et le désordre, on les attend. Ceux qui appellent à la violence refusent de conduire personnellement ces manifestations de rues. L’Etat ne peut pas laisser prospérer de tels agissements. Force restera à la loi. »

Donatien Kautcha, Abidjan

13:52 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

"Dépannage" électrique en attendant la grosse panne

12:29 Écrit par Shlomit dans décroissance | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : électricité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Les six aspects de la démocratie interne à l'intérieur d'un parti

PARTIS POLITIQUES : PRATIQUE DE LA DÉMOCRATIE INTERNE
(Formation permanente AIRD)

PARTIS
          POLITIQUES : PRATIQUE DE LA DÉMOCRATIE INTERNE (Formation
          permanente AIRD)Au sein d’un parti politique, comme dans un pays, la démocratie ne va pas s’épanouir simplement par ce qu’elle est proclamée. En fait, la démocratie interne du parti peut être compromise par des facteurs tels que:
  • une direction isolée et/ou des structures de communication insuffisantes;
  • un manque de changement ou de renouvellement de la direction;
  • des membres du parti marginalisés
  • et des pratiques autoritaires et un manque de tolérance.

Parfois ces facteurs créent une situation dans laquelle quelques individus dominent les affaires du parti sans juste considération pour la grande masse des membres. Une telle situation empêche l’inclusion et limite l’opportunité pour les membres de façonner la politique d’un parti.

L’adhésion d’un parti à des principes démocratiques devrait être reflétée non seulement dans son statut, mais également dans les interactions quotidiennes entre les leaders et les membres. En fait, un parti doit être déterminé à pratiquer un comportement démocratique. Pour cela, les principes d’organisation et de fonctionnement doivent avoir pour but de promouvoir une véritable démocratie au sein du parti et de lui garantir la cohésion et les moyens indispensables et adéquats de mobilisation des masses autour des objectifs de développement de la nation haïtienne.

Les six aspects de la démocratie interne

La Démocratie Interne d’un parti politique est liée à six aspects:
  1. Sélection des Leaders du Parti : Il existe des règles et des procédures internes pour la sélection des leaders, tels que des critères comme le nombre d’années que la personne est membre ou une élection à l ‘intérieur du parti pour élire les leaders. Un parti politique a généralement des organes chargés de l’organisation d’élections internes, tels que l’Assemblé Générale ou un Congrès National.
  2. Choix des candidats électoraux: Pour assurer la plus grande participation des membres dans le choix des candidats aux élections, le parti peut organiser (1) des conventions ou des assemblés où un groupe de délégués représentants les différents secteurs du parti élisent des candidates ou (2) des élections à l’intérieur du parti où tous les membres votent pour choisir les candidats.
  3. Définition de la plate-forme politique du parti : Les membres doivent participer dans la définition de la plate-forme politique du parti. Ceci peut se faire par les membres lors d’un congrès national ou par un comité de membres délégués et représentatifs des secteurs du parti.
  1. Contrôle financier et mesures contre la corruption: Puisque le parti est une organisation de membres, il est important que le financement du parti reflète les valeurs démocratiques et transparentes du parti et qu’il rejète toute forme de corruption. Chaque parti doit avoir une commission financière chargée de gérer les fonds du parti.
  2. Représentativité des membres : Un parti démocratique doit avoir une proportionnalité des membres qu’il dit représenter, tels que les femmes, les ouvriers, les professionnels, la jeunesse, etc.
  3. Droits fondamentaux des membres : il doit exister un contrôle statuaire et légal interne pour gérer les relations entre les membres. Ces règles doivent être en accord avec la Constitution du pays, les Conventions des Droits Humains – par exemple les lois contre la discrimination – et les lois qui gouvernent les élections et le fonctionnement des partis politiques.

Extrait du séminaire de formation de l’AIRD du 29 août 2015 à Paris

(Bibliographie : NDI, Haiti 2003)
AIRD-CI

12:12 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |

Ouattara inéligible

En octobre 2015 doit se tenir, constitutionnellement, une élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Sans préjuger des autre aspects de cette élection, Commission électorale, liste électorale, conditions d’organisation de la campagne électorale, conditions du scrutin tant sur le plan technique (bureaux de vote, cartes d’électeurs, scrutateurs, etc…) que sécuritaire, un problème préalable se pose à nouveau : les conditions d’éligibilité de certains candidats potentiels...

C’est, en particulier, le cas du président en exercice, Alassane Dramane Ouattara, qui est, une nouvelle fois, confronté aux conditions découlant de l’application de l’Article 35 de la Constitution ivoirienne. Cette Constitution, approuvée par referendum le 23 juillet 2000 par près de 85% des ivoiriens (et pour lequel Ouattara avait appelé à voter OUI) prévoit, en son Article 35, des conditions d’éligibilité qui ont conduit, à l’occasion de l’élection présidentielle d’octobre 2000, la Cour Suprême à émettre un Arrêt le 6 octobre 2000, concluant à l’inégibilité d’Alassane Dramane Ouattara. Cet avis a, depuis ce temps, valeur de la chose jugée.
En 2005, à l’occasion des Accords de Pretoria signés en avril sous l’égide du Médiateur de la crise ivoirienne née de la rébellion de septembre 2002, le président sud-africain, Thabo Mbeki, le président Laurent Gbagbo a utilisé l’Article 48 de la Constitution (« équivalent » de l’Article 16 de la Constitution française) pour autoriser certaines candidatures pour l’élection programmée cette année là et qui se tiendra finalement en octobre/novembre 2010.

Le texte de l’Ordonnance Présidentielle énonce, dans son Article 1er : « UNIQUEMENT pour l’élection présidentielle d’octobre 2005, conformément à la lettre du Médiateur sud-africain, les candidats présentés par les partis politiques signataires des Accords de Marcoussis sont éligibles. En conséquence, monsieur Alassane Dramane Ouattara peut, s’il le désire, présenter sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2005 »

Monsieur Alassane Dramane Ouattara, au terme d’un processus qui n’a pas à être débattu ici, exerce aujourd’hui la fonction de président de la République en Côte d’ivoire. Cependant l’Arrêt de la Cour Suprême du 6 octobre 2000 demeure. Après son installation, en 2011, Alassane Dramane Ouattara avait la faculté de modifier cet Article 35, à la condition expresse de respecter l’Article 126 de la Constitution, al 2 : « est obligatoirement soumis au référendum le projet ou la proposition de révision ayant pour objet l’élection du Président de la République, l’exercice du mandat présidentiel, la vacance de la Présidence de la République et la procédure de révision de la présente Constitution ».

Jusqu’à ce jour, aucune révision n’a été proposée, ni par l’exécutif, ni par le législatif. Le 3 février dernier, Le Président du Conseil Constitutionnel, le professeur Francis Wodié, par ailleurs le premier agrégé de Droit Constitutionnel en Côte d’Ivoire, démissionnait. Lors de son discours prononcé à l’occasion de sa prestation de serment le 4 aout 2011, Francis Wodié avait déclaré ceci : « …lorsqu’il est demandé à un homme de loi, un constitutionnaliste de violer le droit, la loi, ou de ne pas s’en conformer, il doit alors démissionner pour être en paix avec sa conscience…»

Il semblerait que c’est sa volonté de ne pas laisser prospérer un projet de révision de l’Article 35 en dehors du cadre constitutionnel qui serait à l’origine de sa décision. Cela sous entend que le problème de cet Article 35 est perçu, en haut lieu, comme un obstacle. D’ailleurs d’autres voix se sont élevées pour rappeler cette difficulté majeure qui se présente pour Alassane Dramane Ouattara, en particulier le professeur de droit Faustin Kouamé, membre du PDCI et ancien ministre de la Justice dans le gouvernement d’Henri Konan Bédié, dans les années quatre-vingt dix.

Le referendum est toujours possible mais, compte tenu d’une jurisprudence non écrite, il est peu concevable de changer une loi électorale à moins de six mois d’un scrutin, a fortiori pour une échéance majeure, comme une élection présidentielle. Il ne resterait donc que deux mois pour la tenue d’une telle consultation. En revanche, à l’aune des évènements récents dans la sous-région, et ailleurs en Afrique, il serait extrêmement aléatoire d’engager un processus électoral pour la présidentielle à venir en Côte d’Ivoire, sans avoir, au préalable, vidé ce contentieux lourd de conséquences.

Une contribution de Bernard Houdin
Conseiller du président Laurent Gbagbo
ivoirebusiness

12:06 Écrit par Shlomit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer | Pin it! | | |